Mécanisme multidonateurs flexible (FMM)

Depuis 2010, le Mécanisme multidonateurs flexible est le principal mécanisme de financement commun destiné aux partenaires de la FAO qui souhaitent contribuer à un financement souple de l’Organisation.
Il s’agit d’un mécanisme novateur qui permet à la FAO d’affecter des fonds là où ils sont le plus nécessaires et le plus efficaces pour éliminer la faim et assurer la durabilité de l’alimentation et de l’agriculture, réduire la pauvreté rurale et favoriser des systèmes agroalimentaires inclusifs et efficients.

TRAVAILLONS POUR #FAIM ZÉRO

FOCUS

ACTUALITÉS
La Norvège rejoint le FMM pour des résultats encore plus manifestes dans les domaines du changement climatique et des systèmes alimentaires durables

Le 10 décembre 2019, la Norvège, représentée par l'Agence norvégienne de coopération pour le développement (Norad), est devenue officiellement membre contributeur du Mécanisme multidonateurs flexible (FMM) de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). L'accord, signé par Roberto Ridolfi, Sous-Directeur général de la FAO, et Mette Møglestue, Directrice de la Norad, fixe une contribution norvégienne de 90 millions de couronnes (environ 10 millions d’USD) en faveur des programmes et sous-programmes du FMM pour les trois années à venir. Il témoigne de l’engagement de la Norvège en faveur du renforcement de l'orientation programmatique du FMM autour des systèmes alimentaires résilients et durables, du changement climatique et de l'agriculture.

ÉVÉNEMENT
Innovation, rapidité, efficacité: un futur flexible pour la mobilisation des ressources

Vendredi 29 novembre 2019, le Mécanisme multidonateurs flexible (FMM) a tenu sa dernière réunion de consultation des partenaires de ressources au Siège de la FAO à Rome. Le Directeur général Qu Dongyu a ouvert la réunion en soulignant l'importance de mécanismes de financement à la fois souples et solides tels que le FMM pour favoriser l'innovation, la rapidité d’intervention et la coopération intersectorielle en vue de réaliser les Objectifs de développement durable (ODD). «Nous apprenons ensemble, nous contribuons ensemble et nous travaillons ensemble», a-t-il rappelé.

POINTS CLÉS

Croissance bleue

Au Kenya, 52 habitants du littoral diversifient leurs revenus grâce à la culture d’algues marines.

Toujours au Kenya, plus de huit groupes tirent une subsistance de 570 cages d’engraissement pour crabs.

268 000 jeunes plants de mangrove ont été plantés.

Investissements dans le secteur agroalimentaire

34 pays utilisent RuralInvest, méthode multilingue et boîte à outils gratuite pour l’élaboration de propositions d’investissements agricoles et ruraux durables.

Agriculture intelligente face au climat

Au Malawi, l’adaptation au changement climatique a été intégrée dans la nouvelle politique agricole nationale et le nouveau Plan national d’investissement agricole (PNIA).

Autonomisation des femmes

En 2017, les clubs Dimitra de la FAO ont aidé environ 1,6 million de femmes et d’hommes vivant en zone rurale au Burundi, au Ghana, au Mali, au Niger, en République centrafricaine, Congo et au Sénégal.

Agroforesterie intelligente face au climat

Au Guatemala, 400 hectares ont été remis en état.

Aux Philippines, plus de 50 hectares de forêt dégradée ont été réhabilités.

60 000 mètres carrés de pare-feu ont été créés dans le bassin de Carood.

Mesure de l’insécurité alimentaire mondiale

Depuis 2014, 140 pays ont recueilli annuellement des données sur l’insécurité alimentaire et un certain nombre de pays sollicitent actuellement l’aide de la FAO en vue d’améliorer le suivi de l’insécurité alimentaire.

Emploi des jeunes ruraux

Depuis 2017, l’ICA a aidé plus de 700 jeunes en milieu rural à acquérir de nouvelles compétences, à accéder aux services de l’emploi, à des réseaux professionnels ainsi qu’aux terrains et aux financements.

AVEC L’APPUI DE