Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.

Global Forum on Food Security and Nutrition • FSN Forum

Re: Youth – feeding the future. Addressing the challenges faced by rural youth aged 15 to 17 in preparing for and accessing decent work

Dosse Sossouga
Dosse SossougaAmis des Etrangers au Togo (ADET)Togo

Contribution posted on the FSN Forum in West Africa
English translation below

- Vous savez, la jeunesse a été dérouté depuis, avec l'idée que gagner sa vie c'est "aller à l'école pour devenir un Ministre, un Magistrat, un Président, un haut fonctionnaires de l'Etat etc.. Cela faisait mépriser le secteur agricole au profit des pauvres paysans et paysannes qui utilisent des moyens traditionnels pour les cultures vivrières et autres. La course à l'intruction conduit jusqu'à présent à aquérir de gros diplômes pour être au sommet de la hiérarchie pré-établie par l'administration.

Maintenant, la jeunesse,  la future génération fera face à d'énorme difficultés de subsistance, vu que la démographie des jeunes est galopante.

Les jeunes ruraux, face aux conséquences désavantageuses des changements climatiques, à la rareté des terres cultivable héritées des parents, les Etats doivent orienter la production agricole vers sa professionalisation:

- Regrouper les jeunes en groupement, les former, les recruter avec toutes les garanties d'assurance, de pensions à la retraite tout en s'attaquant à l'atténuation des enjeux climatiques avec l'utilisation de l'énergie solaire, des cuisinières solaires, des véhicules hybrid.

La lutter effective contre la désertification et la promotion effective de la reforestation. La protection de la biodiversité, l'aquaculture et l'élevage doivent être des priorités dans les politiques. Alors le cadre proprice pour changer la donne est l'école et la valorisation du secteur agricole en créant de débouchés pour les produits et promouvoir l'agro-alimentaire. Des mesures incitatives vont drainer les jeunes vers le secteur si l'avenir les rassurent.

- Les contraintes sont souvent techniques , financiers et l'incertitude des jeunes d'avoir un  avenir meilleur  avec l'agriculture.

- Le meilleur temps d'éducation est quand on est à l'école ou en apprentissage. c'est pourquoi la jeunesse doit être encadrer à ces moments pour éviter qu'ils perdent leur temps de travail  après pour cette cause. Des activités agricoles doivent être couplé de l'instruction. Des ingénieurs agronomes doivent être formés et répartis dans les établissements solaires. Alors il faut une réformes dans le programme scolaire. Ces techniciens agricoles peuvent détecter les talents des jeunes et les orienter vers leur professionalisation entre 15 et 18 ans. A défaut, on peut leur organiser des formations professionnelles en saison sèches s'ils n'ont pas d' activités contre saison.

- Souvent les jeunes ruraux ne maîtrisent pas les mécanismes de prêts bancaires et si certains le font c'est au risque d'endettement en cas d'une mauvaise saison liée soit aux catastrophes naturelles, aux effets du changement climatique ou à la mévente. Alors il faut les former, les équiper (adaptation climatique, irrigation, agriculture Nama, l'agriculture intelligente, la gestion des produits des océans et d'eau douce etc..). En plus il faut une politique d'énergie pour tous, une modernisation des moyens de cuison pour déconnecter la population de l'utilisation du carbone forester(bois, charbon de bois) dans les ménages. Promouvoir les industries de transformation des produits agricoles avec l'expertise des spécialistes en la matière.

L'Afrique dispose de 60% de terre cultivable contre 40% répartie dans le reste du monde entier. Pourquoi  le riz doit être importé en Afrique? La plus forte population des jeunes dans le monde se trouve en Afrique. Il est temps de changer de mentalité pour renverser la tendance mais qui doit changer la donne? C'est moi, c'est toi, c'est le gouvernement, c'est nous tous avant qu'il ne soit trop tard.

You know, the youth have been for long pushed off course, with the idea that earning their living means going to school to become a Minister, a Magistrate, a President, a high level civil servant, etc. That led to a disregard for the agricultural sector to the profit of the poor farmers, both men and women, who use traditional means for food producing and other crops. The race for education up until now leads to the acquisition of grand diplomas in order to be at the top of the hierarchy pre-established by the administration.

Now, the youth, the future generation, will have to face enormous difficulties with subsistence, given the soaring demography of the youth.

Since the rural youth are faced with the dire consequences of climatic change and the scarcity of cultivable lands passed down by parents, The States should redirect agricultural production towards more professional methods:

- Form the young in groups, give them training, and win them over with guarantees of insurance and retirement pensions while fighting for the mitigation of climate risks through the use of solar energy, solar cookers and hybrid vehicles.

The successful struggle against desertification and the effective promotion of reforestation. The protection of biodiversity, fish farming and livestock rearing must be prioritized in policies. This being so, the appropriate framework in order to change the situation is the school and the validation of the agricultural sector by creating outlets for products and promoting agro-food business. Incentives will draw the youth towards the sector if the future looks re-assuring.

- The constraints are often technical, financial and the uncertainty of the youth that they will have a better future with agriculture.

- The best time to learn is when one is at school or apprenticed.  This is why the youth must be supervised at these times to avoid the loss of their working time later due to this. Agricultural activities must be coupled with instruction. Agricultural engineers must be trained and spread out among school establishments. Next it is necessary to reform the school program. These agricultural technicians can find out the talents of the youth and guide them between the ages of 15 and 18 years old towards becoming professionals. Failing that, they could receive professional training during the dry season if they do not have out of season activities.

- Often the rural youth do not understand the mechanisms of bank loans and if some of them do, it is at the risk of becoming indebted should there be a bad season whether linked to natural catastrophes, to the effects of climate change or to a slump in sales. So, it is necessary to train them, equip them (climate adaptation, irrigation, Nama [Nationally Appropriate Mitigation Action] agriculture, intelligent agriculture, the management of sea and freshwater products, etc. ...). Additionally, an energy policy for all is needed, a modernization of the means of cooking to break the population away from using forest derived carbon (wood, charcoal) in their homes. Promote the agricultural products transformation industries with the expertise of specialists in the field.

Africa has 60% of the arable land against the 40% in the rest of the world. Why is it that rice has to be imported into Africa? The world highest youth population is in Africa. It is time to change our way of thinking in order to reverse the trend but who will change this situation? It is I, it is you, it is the government, and it is all of us before it is too late.