Sélectionner

Les prix internationaux du blé et du maïs ont fléchi en mai, tandis que ceux du riz ont augmenté

Prix internationaux des céréales
10/06/2020

 

Les prix internationaux du blé ont globalement diminué en mai, après avoir augmenté en avril, en raison principalement de perspectives favorables concernant l’offre mondiale durant la campagne 2020/21. Le blé américain de référence (n°2 dur roux d’hiver, f.o.b.) s’est échangé en moyenne à 223 USD la tonne, soit près de 4 pour cent de moins qu’en avril, un recul qui fait plus que compenser la hausse du mois précédent. Toutefois, les prix sont restés quelque 5 pour cent plus élevés qu’à la même période en 2019. Bien que le ralentissement des échanges durant le mois de mai ait exercé des pressions à la baisse sur les prix, des conditions trop sèches dans certaines parties d’Europe et dans la région de la mer Noire ont empêché des déclins plus importants des prix du blé. 

 

Les prix à l'exportation du maïs ont de nouveau fléchi en mai, le maïs américain de référence (n°2, jaune, f.o.b.) s’est échangé en moyenne à 144 USD la tonne, soit près de 1 pour cent de moins qu’en avril et plus de 16 pour cent de moins qu’un an auparavant. L’abondance des disponibilités à l'exportation et les perspectives favorables concernant l’offre dans les deux hémisphères ont continué d’exercer des pressions à la baisse sur les prix, alors que la demande globale émanant des secteurs de l'alimentation animale et des usages industriels n’ont guère montré de signes d'une reprise rapide. Néanmoins, aux États-Unis d’Amérique, les gains enregistrés sur le marché du pétrole brut et le raffermissement de la demande à l’exportation ont limité les baisses des prix. Ces dernières ont été plus importantes en Argentine en raison de la pression saisonnière exercée par les nouvelles récoltes et de l'accumulation de stocks dans les ports en amont compte tenu du bas niveau de l’eau dans les rivières.

 

L'Indice FAO des prix du riz (2002-2004=100) a enregistré une cinquième hausse mensuelle consécutive en mai, en raison principalement de la hausse des cours des variétés Japonica et Basmati. Les prix à l'exportation ont affiché des tendances contrastées dans les principaux pays producteurs d'Asie. En Thaïlande, les efforts visant à combler les écarts de prix avec les pays concurrents ont entraîné une chute des prix de 8,1 pour cent par rapport au mois précédent. La concurrence avec l’Inde a également abouti à une baisse des prix du riz 25% de brisures au Pakistan, bien que la fluctuation des taux de change ait favorisé des hausses de la plupart des prix des autres variétés dans le pays. Le raffermissement de la demande a soutenu des augmentations des prix en Inde et au Vietnam. Aux États-Unis d’Amérique, le resserrement de l'offre a maintenu les prix à la hausse et accru l'intérêt des acheteurs à l’égard des disponibilités en provenance d’Amérique du Sud, où l’avancement des récoltes et les dépréciations constantes des devises ont largement contenu les prix.