Objectifs de développement durable

Indicateur 2.1.1 - Prévalence de la sous-alimentation

La prévalence de la sous-alimentation (PoU) estime la proportion de la population dont  la consommation alimentaire habituelle est insuffisante pour fournir l’apport énergétique alimentaire nécessaire à une vie normale, active et saine. Elle est exprimée en pourcentage. Cet indicateur mesure les progrès vers la réalisation de la cible de l'ODD 2.1.

Cible 2.1

D’ici à 2030, éliminer la faim et faire en sorte que chacun, en particulier les pauvres et les personnes en situation vulnérable, y compris les nourrissons, ait accès toute l’année à une alimentation saine, nutritive et suffisante.

 

 

 

 

 

 

Pourcentage des personnes sous-alimentées, par région, en 2000 et en 2020 (en anglais)

Impact

La prévalence de la sous-alimentation offre aux pays une mesure pour suivre les progrès réalisés dans la lutte contre la faim de façon cohérente avec le passé. Avec l'indicateur 2.1.2, elle facilite la prise de décision éclairée afin de garantir qu'aucune personne et aucun territoire ne soit laissé pour compte et créer un monde Faim zéro.

Par sous-alimentation, on entend qu'une personne n'a pas accès à une quantité de nourriture suffisante pour satisfaire ses besoins en disponibilité énergétique alimentaire, sur une année. La FAO définit la faim comme synonyme de sous-alimentation chronique.

Résultats clés

En 2020, le nombre de personnes sous-alimentées dans le monde a continué d’augmenter, de sorte que 720 à 811 millions de personnes ont été confrontées à la faim. 

Le nombre de personnes dans le monde touchées par la faim a continué d’augmenter au cours de l’année 2020, qui a été assombrie par la pandémie de covid-19. Après être restée à peu près stable de 2014 à 2019, la prévalence de la sous-alimentation a augmenté, passant de 8,4 pour cent en 2019 à 9,9 pour cent environ en 2020, ce qui complique la réalisation de l’objectif «Faim zéro» d’ici à 2030. L’estimation pour 2020 varie entre 9,2 et 10,4 pour cent, en fonction des hypothèses qui sont retenues pour tenir compte des incertitudes.

En chiffres absolus, on estime que 720 à 811 millions de personnes dans le monde ont été confrontées à la faim en 2020, soit 118 millions de personnes de plus qu’en 2019 si l’on prend en compte le milieu de la fourchette (768 millions), avec des estimations allant de 70 à 161 millions. Les chiffres font apparaître des inégalités régionales persistantes et inquiétantes. Environ une personne sur cinq (21 pour cent de la population) a été confrontée à la faim en Afrique en 2020, soit plus du double que dans toute autre région. Cela représente une augmentation de 3 points de pourcentage en un an. Viennent ensuite l’Amérique latine et les Caraïbes (9,1 pour cent) et l’Asie (9,0 pour cent), avec des progressions de 2,0 et 1,1 points de pourcentage, respectivement, de 2019 à 2020.

Sur le nombre total de personnes sous-alimentées (768 millions) en 2020, plus de la moitié (418 millions) vivent en Asie, plus du tiers (282 millions) en Afrique et 8 pour cent (60 millions) en Amérique latine et dans les Caraïbes. Par rapport à 2019, 46 millions de personnes de plus ont été touchées par la faim en Afrique en 2020, près de 57 millions de plus en Asie et 14 millions environ de plus en Amérique latine et dans les Caraïbes.

Pour plus d'information, voir le rapport 2021 sur L’État de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde

En évidence

Multimédias

Partagez