FAO.org

Accueil > Objectifs de développement durable > Aperçu > Les négociations intergouvernementales sur un Programme de développement pour l’après-2015
Objectifs de développement durable

Les négociations intergouvernementales sur un Programme de développement pour l’après-2015

Lors de la phase finale du processus, les négociations intergouvernementales de l'Assemblée générale des Nations Unies sur le Programme de développement pour l’après-2015 (sous les sigles IGNP en anglais) se dérouleront au siège de l'ONU, à New York, de janvier à juillet 2015. Les États membres devraient se mettre d'accord sur l’issue qui sera adoptée à l’occasion d'un sommet des chefs d'État et de gouvernement, les 25 et 27 septembre 2015.

Le document final comprendra:

  • La déclaration
  • Les Objectifs de développement durable (ODD) et les cibles
  • Les moyens d’action et le partenariat mondial pour le développement durable
  • Le suivi et l’examen de mise en œuvre

Les facilitateurs – M. Macharia Kamau et M. David Donoghue, Représentants permanents respectifs du Kenya et de l'Irlande auprès des Nations Unies - ont été nommés à la tête des consultations ouvertes, inclusives et transparentes avec l'objectif de convenir d'un programme ambitieux et transformatif pour éliminer la pauvreté et réaliser le développement durable d'ici 2030.

Conformément à la résolution 68/309 de l'Assemblée générale, la proposition du Groupe de travail ouvert « est la principale base de l'intégration des objectifs de développement durable dans le Programme de développement pour l’après-2015 », sachant que d'autres contributions au processus seront également examinées.

Le processus conduisant au Programme de développement pour l’après-2015 est mené par les États membres avec des contributions émanant des parties intéressées, notamment les grands groupes, la société civile, les institutions scientifiques et universitaires, les parlements, les autorités locales et le secteur privé.

Le financement du développement

S’appuyant sur le Consensus de Monterrey (2002) et la Déclaration de Doha (2008), la troisième Conférence internationale sur le financement du développement (sous les sigles FfD3 en anglais) qui se tiendra du 13 au 16 juillet 2015 à Addis-Abeba, est appelée à jouer un rôle crucial dans la réalisation d'un Programme de développement transformatif pour l’après-2015. Le résultat de cette Conférence constituera une contribution importante aux négociations intergouvernementales, déterminant dans une large mesure les moyens qui aideront les pays à mettre en œuvre les ODD. S’efforçant d'assurer « une véritable coordination » entre les deux processus, les co-facilitateurs respectifs débattront, en avril 2015, la portée exacte de la Conférence au delà du financement pour inclure potentiellement les moyens d’action, un partenariat mondial renouvelé pour le développement et d'autres éléments.

Les indicateurs

En amont de la 3ème session des négociations intergouvernementales prévues entre les 23 et 27 mars, les États membres recevront des conseils techniques sur un cadre d'indicateurs pour les assister dans leur prise de décision. Les co-facilitateurs ont demandé à la Commission de statistique des Nations Unies (CSNU) - un organisme intergouvernemental conseillé par des experts statistiques des Nations Unies - de présenter « pour réflexion » un projet d'indicateurs mondiaux indicatifs pour la mesure et le suivi des ODD/objectifs de développement et cibles pour l’après-2015, et leur mise en œuvre. Conjointement à l’engagement des États membres, les discussions autour des indicateurs incluront les réflexions des organisations régionales, de la communauté scientifique ainsi que d'autres parties prenantes.

Le soutien de la FAO

La FAO et le système des Nations Unies, qui a joué un rôle de facilitateur dans le débat mondial autour du Programme de développement pour l’après-2015 et a soutenu de vastes consultations, continueront  à soutenir les États membres en leur facilitant des données empiriques, une réflexion analytique ainsi que leur expérience sur le terrain.

La FAO soutient notamment le travail de la Commission de statistique des Nations Unies en fournissant des conseils techniques sur les indicateurs existants et potentiels. Le statisticien en chef de la FAO, M. Pietro Gennari, préside le Comité de coordination des activités de statistique (sous les sigles CCSA en anglais) qui assiste la Commission et contribuera à dégager un consensus sur un ensemble réalisable d'indicateurs significatifs pour les responsables politiques. 

Partagez