FAO.org

Accueil > Sustainable Forest Management > Boîte à outils GDF > Modules > Critères et indicateurs: Un outil pour renforcer la GDF > Notions de base

Gestion Durable des Forêts (GDF) Boîte à outils

Critères et indicateurs: Un outil pour renforcer la gestion durable des forêts, de la politique à la pratique

Ce module s’adresse aux personnes intéressées par la durabilité dans le secteur forestier. Il définit des Critères et des Indicateurs (C&I), présente leurs principales utilisations, donne des exemples de C&I existants et fournit des liens vers des outils et des études de cas pour aider les utilisateurs à comprendre et à tirer le meilleur parti de cet instrument pour la gestion durable des forêts.

Critères et indicateurs contribue aux ODD:

Les C&I proposent un cadre pour déterminer les composantes essentielles d’une gestion durable des forêts et pour attester des nombreux avantages économiques, sociaux et environnementaux que ce type gestion apporte à la société.

Il est de plus en plus attendu des gestionnaires qu’ils démontrent une gestion durable des forêts en quantifiant les progrès réalisés en fonction des objectifs et des résultats attendus. Les C&I permettent d’enrichir les informations disponibles sur les aspects économiques, sociaux et environnementaux des forêts et ainsi établirles tendances qui s’en dégagent d’une manière compréhensible et facile à  véhiculer. Par conséquent, les C&I se sont imposés comme un outil très efficace dans la promotion de la gestion durable des forêts.

Les critères définissent et caractérisent les éléments ou les conditions essentielles à utiliser comme référence dans la gestion durable des forêts. Ils  tiennent compte des rôles productifs, protecteurs et sociaux des forêts. Chaque critère se réfère à un élément clé de durabilité et est élaboré à l’aide des indicateurs. Les critères représentent les valeurs essentielles ou les objectifs de gestion établis par les programmes forestiers nationaux ainsi que d’autres politiques et initiatives similaires. Un simple critère peut être associé à de multiples buts et objectifs et vice-versa.

Les indicateurs sont des variables ou des paramètres qui permettent de mesurer des aspects spécifiques des critères. Les indicateurs aident à contrôler l’état des forêts, ainsi que les tendances qui s’en dégagent, en des termes quantitatifs, qualitatifs ou descriptifs.

Par exemple, le premier critère retenu par le Groupe de travail sur la Conservation et l’Aménagement Durable des Forêts Tempérées et des Forêts Boréales du Processus de Montréal est «Maintien de la diversité biologique». Il exprime une valeur essentielle indentifiée par les pays participant. Chacun des sous-domaines de ce critère – diversité écologique, diversité des espèces et diversité génétique – comporte trois indicateurs qui mesurent l’ampleur de cette valeur essentielle. Les changements souhaités seront dans la plupart des cas définis en indiquant la direction à prendre vers un ou plusieurs des neuf indicateurs.

Tableau 1. Indicateurs du Critère 1 «Maintien de la diversité biologique» retenu par le Groupe de travail du Processus de Montréal pour la Conservation et l’Aménagement Durable des Forêts Tempérées et des Forêts Boréales

Tableau 1. Indicateurs du Critère 1 «Maintien de la diversité biologique» retenu par le Groupe de travail du Processus de Montréal pour la Conservation et l’Aménagement Durable des Forêts Tempérées et des Forêts Boréales

 Critère 1: Maintien de la diversité biologique

 Diversité de l’écosystème

1.1.a Superficie et pourcentage des forêts par type d’écosystème forestier, stade de succession, classe d’âge et le foncier et type de propriété forestière

1.1.b Superficie et pourcentage des forêts dans les aires protégées par type d’écosystème forestier, et par classe d’âge ou stade de succession

1.1.c Fragmentation des forêts

Diversité des espèces

1.2.a Nombre d’espèces associées à des forêts naturelles

1.2.b Nombre et états des espèces à risque associées à des forêts naturelles, au sens juridique ou d’après l’évaluation scientifique

1.2.c État des efforts in situ et ex situ axés sur la conservation de la diversité des espèces

Diversité génétique

1.3.a Nombre et répartition géographique des espèces associées aux forêts qui encourent un

risque de perdre leur variation génétique et des génotypes adaptés à leur environemment local

1.3.b Niveaux de population des espèces sélectionnées parmis celles associées aux forêts afin d’y décrire la diversité génétique

1.3.c Situation des efforts in situ et ex situ axés sur la conservation de la diversité génétique

Source: Les critères et les indicateurs pour la conservation et l’aménagement durable des forêts tempérées et des forêts boréales. Quatrième édition, 2015.

Par ailleurs, les C&I sont fortement utiles pour rendre accessible au plus grand nombre la compréhension de la large étendue des valeurs économiques, sociales et environnementales des forêts. Ils peuvent contribuer à conclure des accords sur des enjeux essentiels; identifier les besoins en matière d’information; servir de cadre de référence pour l’élaboration, la planification et la programmation de politiques; faciliter le suivi des résultats; et contribuer à prendre, sur base de preuves tangibles, des décisions dans les forêts. Ainsi, les C&I peuvent être employés comme un moyen de vérification de la durabilité des pratiques forestières (par les services d’audit, par exemple) et de parvenir à une gestion cohérente des forêts.

L’Organisation Internationale des Bois Tropicaux (OIBT) est la pionnière du développement des C&I pour les forêts tropicales. Au début des années 90, elle a publié la premiére série  de critères mondiaux pour la gestion durable des forêts (Critères de mesure de l’aménagement durable des forêts tropicales) ayant pour objectifs l’évaluation des conditions des forêts tropicales dans les pays producteurs membres et l’identification des faiblesses dans les pratiques forestières ainsi que les améliorations à y apporter. En 2000, s’appuyant sur les travaux préalables de l’OIBT et des résultats du Sommet de la Terre de Rio de 1992, des initiatives en matière de C&I ont été lancées partout dans le monde pour orienter et évaluer les réalisations en matière de gestion durable des forêts à différents niveaux. Actuellement, de nombreux pays établissent des rapports nationaux qui évaluent leurs progrès dans la gestion durable des forêts grâce à l’utilisation des C&I.

La plupart des processus de création des C&I cherchent à satisfaire les besoins régionaux., tels que les C&I du Processus centro-américain de Lepaterique, les C&I du Processus de Tarapoto pour les forêts amazoniennes, le Processus de Montréal et l’Organisation Africaine du Bois (en collaboration avec l’OIBT). Les opérations de certification forestière, comme celles du Forest Stewardship Council et du Programme de reconnaissance des certifications forestières, ont utilisé les C&I pour développer leurs normes de gestion des forêts. Les C&I jouent donc un rôle utile à la fois pour les politiques et pour les approches axées sur les marchés, avec des liens directs et indirects entre les deux.

L’adoption récente des objectifs de développement durables (ODD) permet de conduire une gestion et une gouvernance fondées sur les résultats pour l’aménagement des ressources, y compris des forêts. Le secteur forestier peut s’appuyer sur les C&I pour évaluer les progrès accomplis vers les différents ODD, notamment l’ODD15.