Gestion Durable des Forêts (GDF) Boîte à outils

Gestion participative des conflits

L’objectif du module sur la Gestion participative des conflits est d’aider les gestionnaires de conflits, les forestiers et les autres parties prenantes à gérer les conflits forestiers par des approches participatives. Il explique comment concilier les politiques forestières contradictoires, régler les différends et instaurer des relations positives entre les parties prenantes du secteur forestier pour une planification harmonieuse et une mise en œuvre réussie de la GDF.

Le module fournit aussi des liens vers des outils et études de cas clés sur la gestion efficace des conflits.

Gestion participative des conflits contribue aux ODD:

Les conflits sont un important obstacle aux efforts faits pour gérer durablement les forêts et obtenir des résultats positifs dans le secteur forestier. Les conflits forestiers peuvent résulter en une perte de revenu, d’emploi, de recettes publiques et de services environnementaux et ils peuvent entraîner la violence.

Étant donné la rareté croissante des ressources en terre et la valeur grandissante des forêts, les conflits qui ont pour cadre la forêt risquent de se poursuivre.

Les objectifs de la GDF peuvent se réaliser si les parties prenantes travaillent de concert pour évaluer et défendre les nombreux intérêts forestiers, instaurer la confiance et la coopération, et chercher des solutions qui assurent des avantages réciproques  - un processus appelé gestion participative des conflits (GPC). Il peut imposer la participation de spécialistes capables de faciliter le dialogue, d’encourager la participation, de niveler les différences et de faciliter les solutions participatives.

Le présent module fournit des informations utiles qui pourront aider les spécialistes de la gestion des conflits, les forestiers et d’autres parties prenantes à gérer les conflits forestiers grâce à des approches participatives. Il offre une feuille de route pratique pour ceux qui souhaitent régler les conflits liés à la mise en œuvre de la GDF par le biais de la GPC. Il explique comment transcender les politiques forestières controverses, régler les différends et instaurer des relations favorables entre les parties prenantes forestières pour une planification harmonieuse et la mise en œuvre réussie de la GDF.

En quoi consistent les conflits forestiers?

En quoi consistent les conflits forestiers?

Les conflits ou différends ont lieu lorsque les gens sentent que leurs objectifs, besoins, intérêts ou valeurs sont menacés. Cela peut être le résultat d’un désaccord, mais les conflits et les différends transcendent les simples différences d’opinion. En matière forestière, ils sont l’expression de valeurs et priorités différentes (et souvent enracinées) concernant l’utilisation des ressources forestières.

Les conflits existent partout. Ils ne sont pas toujours négatifs car ils servent parfois à déterminer un changement positif. Un conflit peut donc être positif, négatif ou neutre. La manière dont les conflits se développent dépend de la manière dont ils sont gérés. Beaucoup peut être entrepris pour éviter que les conflits dégénèrent en violence ou destruction en analysant leurs causes profondes dès le début, que ce soit au niveau local, national ou international.

La gestion des forêts est une source inhérente de conflit parce qu’elle a de multiples objectifs et, de ce fait, de nombreuses parties prenantes – comme les utilisateurs forestiers locaux, les institutions gouvernementales au sein et à l’extérieur du secteur forestier, la société civile et le secteur privé – montrent souvent des intérêts concurrentiels. En outre, la gestion des forêts pourrait être fragmentée et sujette à des cadres juridiques confus, chevauchants, concurrentiels ou contradictoires.

Les conflits d’une intensité relativement faible pourraient n’entraine pas automatiquement la violence, mais peuvent alimenter la violence « structurelle » qui représente un frein au développement, ainsi que des maladies, la famine et la migration forcée.  Dans de nombreuses parties du monde, les forêts jouent des rôles importants dans les moyens d’existence, les identités et la sécurité, et les conflits liés à leur contrôle, gestion et exploitation doivent être résolus rapidement. L’intensification des conflits augmente la vulnérabilité des utilisateurs forestiers désavantagés et aboutissent souvent à des souffrances humaines, au déclin économique et à la dégradation de l’environnement.

Les conflits qui ont pour cadre la forêt ne sont pas un phénomène nouveau. Dans de nombreux pays, les populations forestières ont été dépossédées de leurs terres et de leurs biens forestiers par des intervenants extérieurs comme les bûcherons, les éleveurs, les occupants et les chasseurs. Autrefois, les communautés forestières ont été entravées dans leurs efforts de défense de leurs terres et forêts par le manque de reconnaissance juridique, par un déséquilibre de pouvoir, et par des forces extérieures qui ont rapidement pris l’ascendant. Toutefois, celles qui ont des liens traditionnels avec les forêts sont reconnues de façon croissante dans les lois statutaires – et autonomisées par elles, - augmentant les possibilités d’approches participatives de la gestion des conflits qui assurent des résultats équitables.

En quoi consiste la gestion participative des conflits?

En quoi consiste la gestion participative des conflits?

La gestion participative des conflits (GPC) peut contribuer à prévenir et gérer les conflits forestiers. Elle comprend une large gamme d’approches informelles dont : le travail concerté de parties prenantes pour atteindre un accord sur des sujets à controverses ; et la facilitation de l’apprentissage social entre les individus, les groupes et les organisations dans le but de résoudre des conflits qui ont pour cadre la forêt.

Le processus de la GPC se déroule suivant trois stades principaux :

  1. le stade de la pré-délibération qui comprend une analyse du conflit et l’élaboration d’une stratégie de GPC;
  2. le stade de la délibération, comprenant la recherche d’un accord; et
  3. l’approbation et la mise en œuvre de l’accord.

La GPC permet aux gestionnaire forestiers de:

  • promouvoir la participation de groupes de parties prenantes divers ou en compétition à l’identification d’un accord auquel toutes les parties prenantes adhèrent ;
  • aider les parties prenantes à adopter des comportements orientés vers la coopération plutôt que la poursuite d’intérêts individuels ;
  • établir de nouvelles formes de communication et de prise de décisions sur des questions importantes, et souligner l’importance de l’équité et de la responsabilité dans les communications des parties prenantes;
  • instituer des partenariats et renforcer les réseaux de parties prenantes;
  • créer un espace où les parties prenantes peuvent communiquer dans le but de promouvoir des accords futurs permettant de prendre des mesures concrètes;
  • prendre des décisions qui reposent sur une forte base de soutien.