FAO.org

Accueil > Faim zéro > detail

Recul des cas de travail des enfants dans l’agriculture

Le 12 juin est la Journée internationale contre le travail des enfants


10 Jun 2015

«Les enfants contraints de travailler ont besoin de notre soutien et de notre action, afin de jouir de leurs droits à l'éducation et à la santé, de devenir à l’âge adulte des agriculteurs et des travailleurs productifs et d’échapper ainsi à la pauvreté et à la faim.» - José Graziano da Silva, Directeur général de la FAO 

Le travail des enfants ne concerne pas un pays, une origine ethnique, une culture ou une idéologie en particulier. Aujourd'hui, environ 100 millions de garçons et de filles âgés de 5 à 17 ans travaillent encore dans le secteur agricole, l'un des 3 secteurs d'activité les plus dangereux.

Une journée typique dans la vie d'un enfant qui travaille dans l'agriculture commence tôt. Pour gagner sa vie, il passe ses journées à travailler dans les champs, à garder le bétail ou à nettoyer des poissons. Dès leur plus jeune âge - de 6 à 8 ans -, ces enfants doivent combiner leurs études avec de longues heures de travail qui mettent leurs corps à rude épreuve. Entre 9 et 11 ans, les enfants travaillent plus longtemps, ils ont parfois même trop de travail ou sont trop fatigués pour fréquenter l'école de façon régulière. Les statistiques montrent que de nombreux enfants quittent l'école à l'âge de 14 ans. À 15 ans, les enfants ont atteint l'âge minimum d’accès à l'emploi, mais, avec un niveau d’éducation plutôt modeste voire inexistant, ils sont souvent embauchés pour exécuter des travaux dangereux. Ces enfants atteignent le début de l’âge adulte avec des compétences trop limitées pour obtenir des emplois décents et se retrouvent piégés dans des emplois non qualifiés. Ils reçoivent des salaires peu élevés et ne bénéficient pas de la sécurité sociale.
À l’âge adulte, ces enfants deviennent des producteurs agricoles. Toutefois, sans éducation, ils sont moins susceptibles de s'adapter aux chocs, de gérer leurs ressources ou d’adopter de nouvelles technologies pour améliorer leurs revenus. Les conditions de travail de ces jeunes adultes sont précaires, ce qui perpétue le cercle vicieux de la pauvreté rurale et affecte la vie future de leur famille.

Depuis 2007, la FAO et ses partenaires ont uni leurs forces pour intensifier les mesures visant à réduire et à prévenir le travail des enfants dans l'agriculture, y compris la pêche, l’exploitation forestière et l'élevage. Les activités au niveau des pays se situent au cœur de notre action visant à réduire et à prévenir l'exploitation des enfants. À titre d’exemple, nous sensibilisons et nous renforçons les capacités des acteurs du secteur agricole en vue de lutter contre le travail des enfants dans l'agriculture, en rassemblant les acteurs nationaux du marché de l’emploi et du secteur agricole en vue de développer et de mettre en œuvre des plans de travail conjoints.

Un plan national d'action pour lutter contre le travail des enfants dans le secteur de la pêche a été élaboré au Cambodge, tandis qu'au Mali, la FAO a contribué à accroître les connaissances relatives au travail des enfants dans les chaînes de valeur du riz et du coton et aux risques liés aux pesticides pour les enfants. En Tanzanie, les enjeux liés au travail des enfants ont été intégrés dans diverses politiques, telles que le Plan d'action national pour les droits de l'homme, et en République démocratique populaire lao, la FAO s’est efforcée de renforcer les capacités des agents provinciaux pour lutter contre ce problème. Au Malawi, les agents de vulgarisation agricole dans tous les districts du pays ont été formés afin de réduire le travail des enfants.

Une journée dans la vie d'un enfant qui vie et étudie en milieu rural, et dont les droits sont respectés grâce aux approches promues par la FAO et aux efforts déployés en collaboration avec tous nos partenaires, commence dans une salle de classe. Profitant de programmes de transferts monétaires et de repas scolaires gratuits (comme par exemple dans le Projet de la FAO Renforcer les programmes d’alimentation scolaire dans le cadre de l'Initiative "l'Amérique latine et les Caraïbes libérées de la faim à l’horizon 2025"), les enfants âgés de 6 à 11 ans sont encouragés à se rendre à l'école. Quand les enfants atteignent 12-14 ans, ils commencent à effectuer des tâches agricoles sans danger pendant un nombre limité d’heures, en dehors du temps scolaire, et mettent en pratique les leçons apprises. Vers l’âge de 15-17 ans, ils fréquentent l'école secondaire et/ou suivent une formation professionnelle adaptée aux milieux ruraux et agricoles. Ils acquièrent des compétences utiles pour le travail dans le secteur agroalimentaire mais aussi nécessaires à la vie courante, afin de bénéficier, en tant que jeunes adultes (18-19 ans) de meilleures opportunités d’emploi agricole ou non agricole.
Ces enfants sont maintenant devenus des adultes en bonne santé et des travailleurs productifs et qualifiés, en mesure de soutenir leur famille et leur communauté et de transmettre leur éducation et leur expérience à leurs enfants.

Rejoignez-nous pour lutter contre le travail des enfants dans l'agriculture et diffusez ce message le 12 juin, durant la Journée internationale contre le travail des enfants, et au-delà!

Partagez