FAO and the Green Climate Fund (GCF)

Partnering for climate action

    logoGCF Logo
Vanuatu. ©FAO/Rudolf Hahn

Stimuler l’action pour le climat dans les petits États insulaires en développement

Les petits États insulaires en développement (PEID) sont particulièrement sensibles aux effets du changement climatique en raison de leur petite superficie, de leur isolement et du peu de ressources naturelles dont ils disposent. L’élévation du niveau de la mer et les phénomènes météorologiques extrêmes de plus en plus fréquents menacent sérieusement les êtres humains ainsi que les écosystèmes dont dépendent leurs moyens d’existence et leur bien-être. Il est primordial d’investir dans la résilience climatique de l’agriculture si l’on veut accroître la sécurité alimentaire, nutritionnelle et hydrique des populations vulnérables des PEID.

La FAO collabore avec les PEID pour faciliter le financement de l’action climatique dans le cadre de projets du Fonds vert pour le climat (FVC) porteurs de transformation qui améliorent la résilience climatique et font baisser les émissions de gaz à effet de serre.

 Points clés du projet Ires à Cuba

Renforcement de la résilience climatique des ménages et des communautés rurales par la réhabilitation des paysages de production dans certaines localités de la République de Cuba (IRES)

  • 119,9 millions USD d'investissements climatiques pour des mesures d'adaptation et d'atténuation.
  • Environ 300 000 personnes bénéficieront d'une sécurité alimentaire accrue grâce à l'amélioration des services écosystémiques et à la résilience climatique accrue de la production agricole.
  • 2,7 millions de tonnes d'émissions seront évitées grâce à des techniques de production plus résistantes au climat, à l'agroforesterie, aux systèmes sylvopastoraux, au reboisement et à la régénération naturelle assistée des forêts.
  • Groupe prioritaire du FVC : Petit État insulaire en développement.

Améliorer la résilience climatique à Cuba

La FAO coopère étroitement avec les autorités cubaines afin de rendre le secteur agricole plus inclusif, plus durable et plus résistant aux effets du changement climatique au cours d’un projet qui vise à accroître la résilience climatique des communautés et des ménages ruraux en restaurant les terres agricoles dans certaines zones de l’archipel («Increased climate resilience of rural households and communities through the rehabilitation of production landscapes in selected localities of the Republic of Cuba», ou IRES).

En tant que petit État insulaire en développement (PEID), Cuba est particulièrement sensible aux effets du changement climatique. La hausse des températures moyennes, les longues périodes de sécheresse et la diminution des précipitations nuisent à la production agricole – en particulier celle de denrées de base comme le riz et les haricots – et menacent les moyens d’existence des ménages agricoles et la sécurité alimentaire.

Grâce aux 119 millions d’USD alloués sous la forme de subventions et de cofinancements, le projet IRES pourrait grandement contribuer à rendre la production agricole plus résiliente face au changement climatique dans sept municipalités cubaines qui y sont exposées.

La restauration des terres productives et la préservation des services écosystémiques offriront de nombreux avantages à quelque 52 000 exploitants familiaux et seront bénéfiques pour l’environnement; elles amélioreront la sécurité alimentaire et nutritionnelle ainsi que l’accès à l’eau, créeront des possibilités d’emploi et renforceront les systèmes locaux de production alimentaire. L’adoption de pratiques d’agroforesterie sur 35 000 hectares de terres permettra également de faire reculer les émissions de gaz à effet de serre.