La résilience
©FAO

La FAO soutient le Gouvernement d’Haïti afin de protéger les moyens d’existence des populations touchées par le tremblement de terre

30/05/2022

Le 14 août 2021, le Grand Sud d’Haïti a été touché par un séisme de magnitude 7,2 qui a causé d’énormes dégâts aux cultures et dont les répercussions nuisent encore à la population rurale déjà en situation d’insécurité alimentaire. Touchant particulièrement le département de Grand’Anse, la FAO, grâce au soutien du Royaume de Belgique à travers le Fonds spécial pour les activités d’urgence et de relèvement, a fourni une réponse d’urgence aux victimes de la catastrophe.

Dans le département de Grand’Anse, le rapport préliminaire de l’évaluation des dégâts causés par le séisme au secteur agricole, réalisé par la FAO et la direction départementale de l’agriculture de Grand’Anse, indiquait que plus de 250 ha de cultures ont été détruits, un nombre important d’unités de transformation de produits agricoles ont été endommagées, et plus de 400 animaux domestiques sont décédés, sans compter les personnes blessées et disparues. Dans les communes les plus touchées de Corail et de Pestel, le tremblement de terre a endommagé plus de 90 pour cent des citernes de collecte d’eau des pluies, seule source d’eau des populations de certaines sections communales où les sols karstiques ne permettent pas le stockage des eaux souterraines. Selon les informations recueillies auprès des ménages vulnérables touchés, les besoins prioritaires relatifs au secteur agricole concernaient les semences, les outils agricoles pour la relance de leur production au début de la saison d’hiver, le traitement vétérinaire des animaux malades et le repeuplement du petit élevage. 

En septembre 2021, grâce aux fonds reçus du Royaume de Belgique, la FAO, en collaboration avec ses partenaires de terrain, a assisté plus de 2 960 ménages dans le département de Grand’Anse, à travers des distributions d’intrants essentiels. Au total, 462 ménages ont reçu des petits ruminants, avec notamment deux chèvres en âge de se reproduire au profit de chaque ménage. Les 2 500 autres ont reçu un total de 25 tonnes de haricot, 12,5 tonnes de maïs, 1 250 000 boutures de patate douce et 750 000 boutures de manioc et ont été accompagnés par la FAO pour la mise en valeur de leurs parcelles agricoles.

«À la suite du séisme, j’ai perdu ma maison, mes parcelles et mes animaux. Je voyais la vie en noir. Bien que d’autres organisations soient venues au secours des victimes, la FAO nous a permis de reconstituer rapidement nos jardins ensevelis à cause des mouvements du sol et j’ai rapidement vu des retombées positives sur mes conditions de vie sur le long terme. J’ai reçu des semences de haricots, de maïs, des boutures de patate et de manioc, ainsi que deux chèvres. Je remercie la FAO.» confie Venita Celine, bénéficiaire de 59 ans, mère célibataire d’un garçon, habitant dans la deuxième section communale de Corail dans le département de Grand’Anse. 

Roselaine Alexandre, 61 ans, veuve et mère de quatre enfants se dit soulagée grâce au soutien de la FAO qui lui a permis de relancer ses activités agricoles. Elle a reçu des chèvres et des intrants et s’estime heureuse de pouvoir remercier la FAO au nom de la communauté de Sou Mòn. Elle émet cependant quelques craintes quant aux conditions de vies de plus en plus difficile des populations haïtiennes, saluant toutefois le travail accompli par la FAO, qui a redonné un peu d’espoir aux victimes habitant dans les milieux les plus reculés.

Edelaine Wesch, 29 ans, mère de deux enfants, se joint aux commentaires de Roselaine: «Mes activités agricoles vont devenir plus productives grâce aux semences reçues, sans oublier les chèvres qui je l’espère resterons longtemps sur mon habitation. Je garderai de bon souvenir de la FAO. Ordinairement, je vends au bord de la route des bananes et j’ai dû prendre un crédit pour cette activité. Suite au séisme, je n’arrivais même plus à rembourser mes dettes et à payer la scolarité de mes enfants. Avec la contribution de la FAO, dans peu de temps, je pourrais reprendre mes activités et assurer une meilleure vie à ma famille.»

Les besoins de réponse suite au séisme restent considérables et les ressources sont limitées. La FAO continue de soutenir les actions du Gouvernement pour relancer et améliorer la production agricole et le développement de l’élevage des petits ruminants. Le support de la communauté internationale et des bailleurs de fonds aux interventions de la FAO est essentiel afin de continuer à répondre aux besoins d’autres familles touchées, à reconstruire leurs moyens d’existence et relancer leurs activités productives, et empêcher ainsi la détérioration de leur sécurité alimentaire

Partagez