Mécanisme forêts et paysans

Soutien aux organisations régionales et mondiales de producteurs forestiers et agricoles

Le Mécanisme forêts et paysans (FFF, d’après Forest and Farm Facility) lance régulièrement des appels à propositions dans le but d’appuyer les organisations de producteurs forestiers et agricoles (OPFA) faîtières. En 2019, le FFF a mis l’accent sur les moyens permettant d’améliorer les services offerts à leurs membres par ces organisations. Trois d’entre elles (se trouvant respectivement en Afrique, en Asie et en Amérique latine) et un réseau mondial ont été choisis en vue d’une collaboration et ont reçu des subventions de la part du Mécanisme, ces entités ayant montré leur aptitude à: 

  • prendre en compte et/ou soutenir la participation des femmes et l’engagement des jeunes;
  • promouvoir ou favoriser une gouvernance plus inclusive et des processus intersectoriels;
  • améliorer les capacités d’entrepreneuriat, l’accès aux marchés et aux financements, et les services de développement commercial;
  • consolider les mesures portant sur l’atténuation, l’adaptation et la résilience face au changement climatique; et/ou
  • renforcer les capacités en vue de favoriser un accès plus aisé et équitable aux services sociaux et culturels.

Afrique

Le Réseau des organisations paysannes et des producteurs agricoles de l'Afrique de l'Ouest (ROPPA) regroupe 147 organisations de producteurs locales réparties dans 15 pays, chacune ayant sa propre plateforme nationale. La principale mission du ROPPA est de veiller à ce que les politiques relatives aux activités agrosylvopastorales et aux pêches s’appuient sur un modèle d’agriculture familiale garantissant la souveraineté alimentaire.

En collaboration avec le FFF, le ROPPA améliore les connaissances des organisations d’agriculteurs sur la gestion durable des forêts en rassemblant les idées et pratiques innovantes issues d’une sélection d’exploitations familiales. Sur la base du répertoire de l’innovation et des bonnes pratiques qui en résulte, des ateliers de dialogue et d’échange sont organisés en vue d’élargir les savoirs des autres membres. 

Un autre objectif du ROPPA consiste à influer sur les politiques relatives aux activités agrosylvopastorales et aux pêches, en rédigeant des notes d’information et en organisant des discussions sur la protection des zones forestières au sein d’instances législatives. 

La dernière composante est axée sur la promotion des produits forestiers utilisables ou commercialisables, socle de la protection des zones forestières communautaires. Dans le cadre de cette composante, des activités sont organisées pour encourager la participation des femmes et des jeunes dans les foires commerciales, et favoriser les échanges entre producteurs de l’Afrique de l’Ouest et producteurs se trouvant dans des situations similaires dans d’autres régions du continent.

Asie

L’Association des agriculteurs d’Asie pour le développement rural durable (AFA, d’après l’anglais Asian Farmers Association for Sustainable Rural Development) est une alliance regroupant 20 organisations d’agriculteurs nationales disséminées à travers 16 pays asiatiques – et dont les membres s’élèvent à quelque 13 millions d’individus. L’objectif de l’AFA est de renforcer les capacités des dirigeants et du personnel technique de ces organisations de producteurs nationales en vue de lutter contre la pauvreté et la faim, accroître la résilience et augmenter le bien-être des agriculteurs familiaux. 

Avec le soutien du FFF, l’AFA fera entendre les voix des jeunes hommes et femmes à la tête d’organisations de producteurs forestiers et agricoles (OPFA), et renforcera leurs capacités de plaidoyer. L’AFA se bat en faveur de moyens d’existence qui soient axés sur l’agroforesterie, durables, résilients et sensibles à la participation des jeunes et des femmes, dans le cadre de la Décennie des Nations Unies pour l’agriculture familiale. Ainsi, des comités de jeunes agriculteurs seront mobilisés dans des camps de leadership qui leur permettront de développer des plans d’action pour les jeunes agriculteurs dans 10 pays (Cambodge, Inde, Indonésie, Kirghizistan, Mongolie, Myanmar, Népal, République démocratique populaire lao, Viet Nam et Philippines). 

Sur cette base, l’AFA favorisera des politiques intersectorielles multipartites, garantissant une meilleure représentation des comités de jeunes agriculteurs au sein des OPFA. À cet effet, l’Association organisera des échanges régionaux et soutiendra le développement de campagnes de communication à l’intention des décideurs, en élaborant des recommandations pour promouvoir l’entrepreneuriat des jeunes. 

Amérique latine

L’Alliance mésoaméricaine des peuples et forêts (AMPB, d’après l’espagnol Alianza Mesoamericana de Pueblos y Bosques) est un espace de coordination et d’échange réunissant 10 autorités territoriales qui gèrent ou influencent les principales zones forestières de la Mésoamérique. Les pouvoirs autochtones et les organisations forestières communautaires relevant de l’Alliance s’efforcent d’améliorer leur propre dialogue – axé sur la gestion communautaire des ressources naturelles – tout en cherchant à influer sur les gouvernements et la coopération internationale afin que les stratégies pour la conservation de la biodiversité et sur l’équilibre climatique intègrent adéquatement les droits et les avantages des peuples autochtones et des communautés forestières.

En collaboration avec le FFF, la Commission pour la parité hommes-femmes de l’AMPB, œuvrant dans les espaces de plaidoyer les plus importants de la région, promeut des politiques aptes à favoriser un environnement commercial positif pour les entreprises de base locales. Cela comprend la création de programmes et produits financiers correspondant aux besoins des groupement locaux, sans aucune discrimination fondée sur l’ethnie ou le sexe. À l’échelle globale, les femmes dirigeantes de l’AMPB s’expriment lors d’événements politiques majeurs tels que les Conférences des Parties (COP) à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) et les plateformes afférentes. 

Au niveau local, les organisations de femmes autochtones se mobilisent pour le renforcement de leurs capacités en vue d’améliorer leur compétences commerciales. Cela comprend notamment, mais non exclusivement, les réalisations suivantes: 

  • la création d’un nouveau plan de commercialisation pour la noix-pain (ou noix de Maya) au Guatemala; 
  • le renforcement de systèmes de production de légumes autochtones;
  • l’élaboration d’un plan de développement commercial national au Nicaragua; et
  • l’extension des financements de la banque pour les femmes d’Emberá à Panama.