FAO.org

Accueil > En action > Œuvrer pour l’avenir de l’agriculture dans le pays des mille collines

Œuvrer pour l’avenir de l’agriculture dans le pays des mille collines

Rulindo, Rwanda: un modèle de réussite

Points clés

Le district de Rulindo, au Rwanda, pays des mille collines, se fait le champion d’une démarche plus intégrée pour promouvoir le développement local et l’intensification durable de l’agriculture. Il s’agit d’une approche globale consistant à utiliser les ressources naturelles de manière durable tout en augmentant les revenus des agriculteurs, en créant des moyens d’existence plus résilients et en améliorant la qualité de l’alimentation des populations. Avec l’aide de la FAO et de ses partenaires, Fonerwa (un fonds d’investissement en faveur d’initiatives vertes au Rwanda) et les coopératives d’horticulteurs et de fleuristes, le district de Rulindo a créé 4 815 nouveaux emplois, réservé 1 830 hectares de terres pour la production de fruits et l’agroforesterie, utilisé neuf étangs à la fois pour un programme piscicole et pour l’irrigation et mis en valeur 1 950 hectares grâce à la technique du terrassement progressif. La FAO espère calquer cette approche efficace dans les programmes qu’elle met en œuvre dans d’autres régions d’Afrique et du monde. 

Le district de Rulindo au Rwanda peut nous apprendre beaucoup de choses sur l’avenir de l’agriculture. Les autorités locales et la FAO ont uni leurs efforts pour démontrer à quoi ressemble une approche intégrée durable de l’agriculture, dans la pratique. Le Rwanda, pays des mille collines, a un énorme potentiel agricole. Dans ses régions montagneuses, le climat frais et les pluies abondantes se prêtent bien à des cultures très variées, telles que le café, le thé, la pomme de terre ou les bananes.

Dans le même temps, le district est confronté à de nombreux défis. L’eau qui ruisselle des collines pentues a contribué à la perte et à l’érosion du sol. La pratique d’une agriculture intensive a eu pour effet de dégrader les sols ; la forte croissance démographique accroît les besoins alimentaires et la baisse des ressources en eau et de leur qualité fait peser une menace sur l’agriculture et les moyens d’existence. 

Approche intégrée
Les avantages d’une approche intégrée et durable sont évidents à Rulindo. En fusionnant les priorités et les plans de travail des différents départements gouvernementaux, l’approche à rassembler des programmes qui n’avaient jamais été liés auparavant. Cela a engendré de meilleurs dialogues entre les ministères et a contribué à la formulation de nouveaux programmes tenant mieux compte de la relation entre l’agriculture et les ressources naturelles.

En intégrant des pratiques optimales d’anciennes initiatives de pays soutenues par la FAO, comme le Projet de gestion transfrontalière des agro-écosystèmes du bassin de la Kagera,  le district de Rulindo adopte des pratiques de gestion durable des terres, comme le terrassement, pour assurer son développement. Les autres initiatives mises en œuvre à Rulindo concernent l’agroforesterie, la conservation des ressources en sols et en eau, la gestion intégrée de la fertilité des sols, les systèmes intégrés d’agriculture et d’élevage, la protection des rives des fleuves, l’apprentissage par la pratique dans le cadre d’écoles pratiques d’agriculture. 

S’appuyer sur des initiatives passées
Une de ces initiatives vise à améliorer la gestion et la conservation de l’eau du fleuve Yanze. Le Yanze est la principale source d’approvisionnement en eau de Kigali, la capitale du Rwanda, et d’une grande partie du district. Il est essentiel à la vie et aux moyens d’existence.  

Cependant, ses débordements constants - exacerbés par le changement climatique et les conditions météorologiques instables qui en découlent - risquent d’emporter des sols et de détruire des cultures précieuses. Par ailleurs, l’envasement du fleuve et les prélèvements d’eau excessifs, dus à la mauvaise gestion des terres, entraînent des pénuries d’eau durant les saisons sèches.

Pour remédier à ces problèmes, la FAO a aidé les agriculteurs à planter des bambous sur 27 kilomètres en bordure du Yanze. Les bambous présentent plusieurs avantages : ils maintiennent en place les rives des fleuves, ils enrayent les pertes de sol et ils fournissent de nouveaux produits que les agriculteurs peuvent vendre sur les marchés locaux. Le bambou peut être utilisé comme combustible, comme matériau de construction ou pour la fabrication d’objets d’artisanat.

La conservation des ressources en sols contribue à sauvegarder les progrès accomplis dans le domaine de l’agriculture. Le district de Rulindo a aussi adopté diverses solutions pour limiter la dégradation des sols comme les cultures intercalaires et l’agroforesterie, l’intégration de forêts et d’arbustes sur des terres agricoles.

Changer les habitudes
Avec de nouveaux partenaires tels que le Fonerwa et des coopératives d’horticulteurs et de fleuristes, le district a aidé à contribué à motiver les agriculteurs, en les incitant à essayer des pratiques plus innovantes et à se lancer dans d’autres variétés de cultures. Ces partenariats ont créé 4 815 emplois, réservé 1 830 hectares de terres pour la production de fruits et l’agroforesterie, utilisé neuf étangs à la fois pour un programme de pisciculture et pour l’irrigation, et mis en valeur 1 950 hectares par terrassement progressif (construction de terrasses étalée sur plusieurs années grâce à des pratiques agricoles améliorées).

La fourniture de nouveaux produits alimentaires, tels que les champignons et les légumineuses, permet aussi de répondre aux besoins nutritionnels de la population. Riches en protéines, les légumineuses peuvent être une bonne alternative aux produits animaux.

Synthèse
Avec un appui de la FAO, le district de Rulindo a également récemment créé un marché, une composante essentielle de la chaîne de valeurs, pour vendre les légumes et les fleurs produits localement. Les populations et les entreprises de toute la région viennent y acheter des produits qui n’ont plus besoin d’être expédiés vers d’autres marchés. Cela réduit les pertes alimentaires durant le transport, en particulier dans une zone où les infrastructures sont souvent insuffisantes. Par ailleurs, les femmes, qui sont généralement chargées de la vente des denrées, n’ont plus besoin de faire le trajet jusqu’à Kigali, leur offrant plus de temps pour d’autres activités.

Rulindo est un modèle pour la région dont peuvent s’inspirer d’autres pays d’Afrique et du monde. La FAO continue de soutenir des projets durables et intégrés de la ferme à l’assiette dans le monde entier. 

Partagez