Pays à faible revenu et à déficit vivrier (PFRDV) – Liste mise à jour en juin 2021

On trouvera sur cette page la liste des pays à faible revenu et à déficit vivrier (PFRDV)

La nouvelle liste des PFRDV compte 47 pays, soit quatre de moins que la précédente. Trois pays – Djibouti, les Îles Salomon et le Viet Nam – ont été retirés de la liste sur la base du critère du revenu et un pays – l’Inde – en a été retiré sur la base du critère des importations de produits alimentaires.


Les notes qui suivent se réfèrent au statut en phase de transition, c’est à dire, le pays continue d’être inscrit sur la liste comme (PFRDV) pour l’une de ces raisons. Si cette position perdure au-delà de trois ans, le pays est enlevé de la liste :

  • 1. Dépasse le seuil de revenu fixé par la Banque mondiale pour la troisième année consécutive

Classification:

Pour classer un pays dans la catégorie des pays à faible revenu et à déficit vivrier, à des fins d’analyse, la FAO se fonde sur trois critères. Tout d’abord, le revenu national brut (RNB) par habitant doit être inférieur au plafond «historique» que la Banque mondiale utilise pour déterminer si les pays ont droit à l’aide de l’Association internationale de développement (AID) et aux conditions à 20 ans de la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD), appliquées aux pays inclus dans les catégories I et II de la Banque mondiale. La liste actualisée des PFRDV est basée sur le RNB pour 2019 (que la Banque mondiale a estimé au moyen de la méthode Atlas) et le plafond historique de 1 945 USD pour 2019. Le deuxième critère est la balance commerciale nette des produits alimentaires (à savoir les exportations brutes moins les importations brutes) du pays, dont on calcule la moyenne sur les trois dernières années pour lesquelles des statistiques sont disponibles, en l’occurrence 2017, 2018 et 2019. Les volumes d’échanges d’un large panier de produits alimentaires de base (céréales, racines et tubercules, légumineuses, graines oléagineuses et huiles hors arboriculture, viande et produits laitiers) sont convertis et agrégés en fonction de la valeur calorigène des différents produits. Troisièmement, la FAO applique le critère d’auto-exclusion si un pays qui répond aux deux critères ci-dessus demande expressément à être exclu de la catégorie des PFRDV. En outre, on a introduit en 2001 un facteur supplémentaire, pour éviter que les pays entrent et sortent trop souvent de cette catégorie, généralement en raison de chocs exogènes à court terme.