FAO.org

Accueil > En action > L'aide vétérinaire aux gardiens de troupeaux rend un grand service à l'Angola

L'aide vétérinaire aux gardiens de troupeaux rend un grand service à l'Angola

L'Union européenne et la FAO unissent leurs efforts pour améliorer la sécurité alimentaire en Angola en renforçant ses services vétérinaires. 

Points clés

La sécurité alimentaire et la santé animale en Angola, deuxième exportateur africain de pétrole, est l'un des défis majeurs pour le pays. Le projet «Renforcement des services d'appui à l'élevage en Angola» (SANGA), dirigé par la FAO et cofinancé par l'Union européenne (UE) et l'Institut angolais des services vétérinaires, s'efforce de combler les déficiences du système de prestation des services d'élevage par une action sur la production et la santé animales. Dans le cadre de son mandat, la FAO tire parti de l'expérience qu'elle a acquise dans d'autres pays pour mettre en place en Angola un système de services de santé animale sans précédent, qui repose sur un partenariat public-privé entre l'Institut des services vétérinaires (public) et les auxiliaires de santé animale (privé). Le bétail revêt une importance particulière pour la population angolaise. Pour de nombreuses communautés, il représente une source majeure de revenus et contribue à la sécurité alimentaire. Ce projet aidera à formuler une stratégie en faveur de l'innovation agricole, et formera 120 auxiliaires de santé animale et plus de 20 techniciens vétérinaires. 

En 2000, l'Angola a signé, aux côtés de 190 autres pays, la déclaration du Millénaire, exprimant ainsi son intention de réduire la pauvreté de moitié, de nourrir toute sa population et d'assurer l'éducation de tous les enfants d'ici à 2015.

Dans le cadre du projet FAO/UE, des gardiens de troupeaux, des auxiliaires de santé animale et des vétérinaires bénéficient d'une assistance technique et d'une formation à court terme, deux aspects essentiels au développement de l'agriculture et au renforcement de la sécurité alimentaire.

De nombreux gardiens de troupeaux estiment que leurs moyens d'existence sont menacés par l'absence de services vétérinaires fiables, ainsi que par les problèmes de sécurité liés au conflit et les catastrophes naturelles – deux aspects essentiels au développement de l'agriculture et au renforcement de la sécurité alimentaire.

En Angola, les auxiliaires de santé animale (Tratadores de Gado en portugais), qui s'occupent du bétail à l'échelon municipal, ont développé un réseau avec les producteurs. Ils exercent leurs fonctions sous la supervision de techniciens vétérinaires, qui sont des agents publics relevant des districts.

Ce système de services vétérinaires repose sur les compétences professionnelles et commerciales des producteurs. Les Tratadores de Gado peuvent exercer leurs propres activités vétérinaires, notamment fournir des conseils aux producteurs sur le traitement à administrer et vendre des produits vétérinaires.

Afin de garantir l'efficacité et la viabilité économique de ce nouveau système, les Tratadores de Gado doivent être formés et acquérir des compétences extrêmement diverses.

Le projet SANGA leur fournit par ailleurs un lot de médicaments vétérinaires et des outils leur permettant de développer leurs activités commerciales.

Une approche durable
Ce système ne peut fonctionner que si la rémunération des services rendus par les Tratadores de Gado, autrefois fortement tributaire des subventions gouvernementales, est à la charge des producteurs.

La FAO s'efforce de faire mieux connaître les avantages liés à une meilleure qualité des services vétérinaires et à une disponibilité croissante de médicaments dans ce nouveau système de services d'appui en santé animale, qui repose sur la participation des gardiens de troupeaux. 

Actuellement, la vente de médicaments s'effectue par le biais d'un réseau de pharmacies vétérinaires équipées de réfrigérateurs solaires.

Un système d'élevage plus résilient et plus productif
Au cours des derniers mois, une multitude d'activités ont été menées: 15 pharmacies vétérinaires municipales ont été remises en état et équipées; des équipements solaires ont été mis en place dans un local de refroidissement à Cunene et à Lubango; et dans d'autres pharmacies, des réfrigérateurs ont été installés pour stocker les vaccins.

Le projet arrivant aujourd'hui à son terme, les outils vétérinaires sont diffusés dans les pharmacies vétérinaires et les gardiens de troupeaux disposent d'outils adaptés pour soigner leurs animaux. 

En outre, des experts internationaux, en collaboration avec des techniciens de l'Institut des services vétérinaires, veillent à la restitution du capital (médicaments vétérinaires et outils).

Ce projet représente la première tentative de mise en place d'un réseau de services vétérinaires à l'échelon municipal en Angola, dans le but d'accroître la productivité de l'élevage et la résilience des communautés pastorales.

 

Partagez