Commission des ressources génétiques pour l'alimentation et l'agriculture
Questions intersectorielles





Objectifs et indicateurs relatifs à la biodiversité pour l'alimentation et l'agriculture

S'agissant de la biodiversité pour l'alimentation et l'agriculture, la Commission reconnaît qu'il est important de définir des objectifs et des indicateurs qui permettent, d'une part, d'assurer une meilleure cohérence et d'améliorer la coopération entre les instances et les organismes internationaux et, d'autre part, d'alléger la tâche que la communication de données constitue pour les pays. La Commission a décidé de jouer un rôle de chef de file dans la définition et l'utilisation d'objectifs et d'indicateurs internationaux relatifs à la biodiversité pour l'alimentation et l'agriculture. Elle a demandé à la FAO de poursuivre ses travaux dans ce domaine en coopération avec d'autres organismes compétents et a intégré les activités relatives à ces objectifs et indicateurs dans son Programme de travail pluriannuel .

Vingt objectifs, les objectifs d'Aichi pour la biodiversité, ont été définis dans le cadre du Plan stratégique 2011-2020 pour la diversité biologique. Les indicateurs qui permettront de suivre les progrès accomplis vers la réalisation de ces objectifs sont en cours d'élaboration.  La conservation et l'utilisation durable des ressources génétiques pour l'alimentation et l'agriculture sont au cœur même de l'objectif 13 d'Aichi: «D’ici à 2020, la diversité génétique des plantes cultivées, des animaux d’élevage et domestiques et des parents pauvres, y compris celle d’autres espèces qui ont une valeur socio-économique ou culturelle, est préservée, et des stratégies sont élaborées et mises en œuvre pour réduire au minimum l’érosion génétique et sauvegarder leur diversité génétique

La FAO apporte une contribution active au processus de définition, mise à l'essai et application d'objectifs et d'indicateurs relatifs à la biodiversité pour l'alimentation et l'agriculture au niveau génétique et, le cas échéant, aux niveaux des espèces et des écosystèmes, y compris en qualité de partenaire du Partenariat relatif aux indicateurs de biodiversité. Ces objectifs et indicateurs sont utilisés pour contrôler aussi bien l'état des ressources génétiques que le niveau de mise en œuvre des plans d'action mondiaux élaborés pour les différents secteurs des ressources génétiques. Les activités, qui s'inscrivent dans ce contexte, en sont donc à des stades de développement différents selon les secteurs.

Ressources phytogénétiques pour l'alimentation et l'agriculture

À sa quatorzième session ordinaire, tenue en 2013, la Commission a adopté 63 indicateurs pour le suivi de la mise en œuvre des 18 activités prioritaires du deuxième Plan d'action mondial pour les ressources phytogénétiques pour l'alimentation et l'agriculture, ainsi que les trois objectifs suivants:

  • Conservation: D'ici à 2020, une proportion croissante de la diversité génétique des plantes cultivées et des espèces sauvages apparentées aux plantes cultivées, tout comme celle des plantes alimentaires sauvages, est préservée in situ, à la ferme et ex situ de manière complémentaire.
  • Utilisation durable: D'ici à 2020, l'utilisation accrue des ressources phytogénétiques pour l'alimentation et  l'agriculture permet d'assurer une intensification plus durable de la production agricole et d'améliorer les moyens d'existence tout en réduisant la vulnérabilité génétique des cultures et des systèmes de culture.
  • Capacités institutionnelles et humaines: D'ici à 2020, bien plus nombreux sont ceux qui sont conscients de la valeur des ressources phytogénétiques pour l'alimentation et l'agriculture et les capacités institutionnelles et humaines nécessaires pour assurer la conservation et l'utilisation durable de ces ressources, tout en réduisant au minimum l'érosion génétique et en préservant leur diversité génétique, sont renforcées.

Des indices composites plus généraux sont également en cours d'élaboration pour chacun des trois objectifs relatifs aux ressources phytogénétiques. Ils seront établis à partir des données issues des indicateurs de suivi de la mise en œuvre du deuxième Plan d'action mondial.

Ressources zoogénétiques pour l'alimentation et l'agriculture 

À sa quatorzième session ordinaire, la Commission est convenue d'un certain nombre d'indicateurs et d'objectifs connexes pour le suivi de la mise en œuvre et de l'incidence du Plan d'action mondial pour les ressources zoogénétiques.

Des indicateurs de progrès ont été définis pour chacun des quatre domaines prioritaires du Plan d'action mondial et chacune des 13 priorités stratégiques d'action au niveau national, ainsi que pour le suivi de la situation en matière de collaboration et de financement. Ils sont calculés à partir des données contenues dans les rapports d'avancement que les pays présentent à la FAO. La première série d'indicateurs de progrès a été élaborée en 2012 .

Les indicateurs relatifs à l'état des ressources génétiques elles-mêmes seront calculés en fonction des données concernant les populations des différentes races, telles qu'enregistrées par les pays dans le Système d'information sur la diversité des animaux domestiques:

  • nombre de races adaptées localement;
  • proportion de la population totale représentée par les races adaptées localement et exotiques; et
  • nombre de races classées comme étant à risque, non à risque et à risque inconnu
cliquer pour agrandir
Ressources génétiques forestières 

À sa quatorzième session ordinaire, la Conférence a adopté le Plan d'action mondial pour la conservation, l'utilisation durable et la mise en valeur des ressources génétiques forestières. Des indicateurs pour le suivi de l'état de ces ressources et de l'état d'avancement de la mise en œuvre du Plan d'action mondial sont en cours d'élaboration.

Nutrition et biodiversité

Des indicateurs nutritionnels pour la biodiversité ont été définis dans le but de faire mieux comprendre le rôle que joue la diversité biologique dans le traitement des questions d'ordre nutritionnel au niveau national. Ces indicateurs - dont l'un porte sur la composition des aliments et l'autre sur la consommation alimentaire - visent à comptabiliser les aliments qui sont considérés comme étant « riches en biodiversité », à savoir les produits recensés comme étant:

  • inférieurs à l'espèce, c'est-à-dire une variété, un cultivar ou une race (Musa paradisiaca var. Sapientum, par exemple);
  • d'origine sauvage (par opposition aux produits cultivés ou issus de l'élevage); ou
  • sous-utilisés (ces aliments sont répertoriés dans la liste INFOODS des espèces sous-utilisées.

 

L'indicateur relatif à la composition des aliments dénombre les aliments riches en biodiversité pour lesquels il existe au moins une valeur relative à un nutriment ou un composant bioactif. Il permet de se faire une idée approximative des données relatives à la composition des aliments riches en biodiversité, dont on dispose au niveau mondial.

L'indicateur relatif à la consommation alimentaire repose sur le comptage du nombre d'aliments riches en biodiversité rapportés par un outil d'enquête. Il indique dans quelle mesure ces aliments figurent dans les outils de calcul de la consommation alimentaire.