FAO.org

Accueil > Sustainable Forest Management > Boîte à outils GDF > Modules > Le bois-énergie > Notions de base

Gestion Durable des Forêts (GDF) Boîte à outils

Le bois-énergie

Ce module offre un aperçu des défis et des opportunités associés à la production et à l’utilisation des combustibles ligneux, ainsi que des conséquences socioéconomiques et environnementales pour les pays en développement. Il examine le rôle des approches par la chaîne de valeur en abordant les problèmes existant dans le secteur du bois-énergie, et analyse brièvement l’utilisation industrielle à grande échelle des combustibles ligneux. 

Le bois-énergie contribue aux ODD:

Le bois-énergie est une énergie issue des produits ligneux ou des dérivés du bois – normalement à travers des processus de combustion – utilisée pour cuisiner, chauffer ou produire du courant électrique. L’expression «bois-énergie» se réfère également aux matériaux en bois et aux dérivés du bois utilisés à des fins énergétiques («combustibles ligneux»), qui peuvent être à l’état solide, liquide ou gazeux (figure 1). Parmi les combustibles solides, on trouve le bois de chauffe (ou bois de feu), le charbon de bois et les granulés de bois (briquettes, copeaux) produites à partir du bois ou des résidus ligneux. Le bois de feu comprend la biomasse ligneuse non transformée des tiges, des branches ou d’autres parties de l’arbre, et parfois aussi des résidus ligneux (comme la sciure et les copeaux) provenant de la récolte du bois ou des industries de transformation du bois utilisés pour la production d’énergie. 

Figure 1. Types de combustibles ligneux les plus courants 

Le bois est une ressource énergétique de base pour des milliards de personnes

Le bois est une ressource énergétique de base pour des milliards de personnes

Un tiers des ménages du monde entier et deux tiers des ménages d’Afrique utilisent le bois comme combustible principal pour cuisiner, chauffer et bouillir l’eau (activité souvent essentielle pour garantir la salubrité de l’eau potable). Les combustibles ligneux représentent plus de la moitié de l’offre nationale en énergie dans 29 pays, notamment en Afrique subsaharienne. Il est peu probable que la demande totale en combustibles ligneux (surtout le charbon de bois) décline dans le court à moyen terme et elle pourrait même croître à mesure que les populations augmentent et deviennent de plus en plus urbaines, et à mesure que le bois est perçu comme une source d’énergie verte et renouvelable.

Malgré son importance socioéconomique, le bois est parfois considéré une source d'énergie inférieure. Le secteur traditionnel(*) des combustibles ligneux, par exemple, est souvent associé à une production non durable et illégale qui provoque le déboisement, la dégradation des forêts et, dans quelques régions, la pénurie de combustible. Un autre problème associé au secteur traditionnel des combustibles ligneux est la pollution de l’air intérieur, causée par l’utilisation de poêles à bois non efficaces, qui entraîne des problèmes de santé. Enfin, la collecte de bois de feu occasionne souvent une charge de travail disproportionnée pour les femmes et les enfants.

Dans de nombreux pays en développement il est sans doute peu réaliste de remplacer, à  court et à moyen terme, les combustibles ligneux par des combustibles fossiles comme source principale d’énergie pour cuisiner. Ce ne serait pas non plus une solution optimale étant donné la disponibilité, l’accessibilité, l’abordabilité, et le potentiel de durabilité des combustibles ligneux par rapport à d’autres solutions énergétiques. Il faudrait plutôt s’attaquer aux problèmes associés à la production et à l’utilisation traditionnelle des combustibles ligneux à travers des interventions réglementaires, des pratiques améliorées de gestion forestière, et des progrès technologiques. L’ensemble des réalisations suivantes permettrait d’assurer la durabilité et la viabilité du secteur du bois-énergie dans les pays en développement:

  • la production durable de combustibles ligneux dans les forêts et les arbres hors forêt;
  • l’utilisation et la conversion efficaces du bois et des déchets ligneux en charbon de bois ou autres combustibles ligneux transformés;
  • l’utilisation propre et efficace des combustibles ligneux; et
  • la comptabilisation intégrale des bénéfices et des coûts socioéconomiques et environnementaux du secteur du bois-énergie – au sujet de, par exemple, l'emploi, l’égalité des sexes, la sécurité alimentaire, la santé de l'homme, et le changement climatique.

Les principaux problèmes auxquels se confronte le développement durable du secteur du bois-énergie sont:

  • l’absence de données fiables sur la production, la transformation/conversion, les marchés et le commerce, ou la consommation;
  • l’absence de politiques et de réglementations solides, ainsi que d'une gouvernance efficace, concernant les plantations de bois-énergie, la collecte de combustibles ligneux, ou la production et la commercialisation du charbon de bois; et
  • le recours important des plus pauvres aux combustibles ligneux pour couvrir leurs besoins primaires en énergie et comme source d’emploi de subsistance.

Dans les pays en développement, les combustibles ligneux sont de plus en plus utilisés pour la production électrique et le chauffage domestique grâce à des technologies propres et efficientes, en partie à cause des préoccupations concernant le changement climatique et de la volonté de diminuer les émissions de gaz à effet de serre provenant des combustibles fossiles. Le bois-énergie, par exemple, représente plus de 10 pour cent de la consommation d'énergie dans 13 pays européens.

Les nouvelles possibilités d’améliorer le rendement du secteur du bois-énergie comprennent:

  • une conscience grandissante de la communauté internationale du besoin de garantir l’accès de tous aux sources d’énergie modernes et durables, y compris les pauvres;
  • un rôle actif joué par les systèmes durables du bois-énergie dans l’atténuation du changement climatique;
  • des progrès technologiques dans l’utilisation industrielle efficace des combustibles ligneux dans les pays développés, ce qui apporte des possibilités d'innovation et de transfert des technologies; et
  • une conscience grandissante du besoin d’aborder les problèmes du secteur du bois-énergie de façon holistique et systématique en intervenant dans toute la chaîne de valeur.

(*) En général, on peut considérer que la production et l’utilisation traditionnelle de combustibles ligneux correspond à la collecte ou à l’extraction de bois des forêts naturelles ou communautaires pour la cuisine et le chauffage ou pour des utilisations productives à petite échelle qui génèrent des revenus, ainsi que pour la production de charbon de bois avec des technologies à faible rendement destiné aux ménages ou aux micro-entreprises dans les marchés ruraux et urbains.