Bureau de l’innovation

Les innovations en matière d’agriculture concernent tous les aspects du cycle de production, tout au long de la chaîne de valeur – qu’il s’agisse de la production végétale, forestière, halieutique ou animale, de la gestion des intrants et des ressources ou de l’accès au marché.

La notion d’innovation ne se limite pas à la technologie. Elle englobe aussi les processus sociaux, économiques, institutionnels, comportementaux, organisationnels et stratégiques, ainsi que les modèles commerciaux et les modèles de financement. Ces éléments, qu’ils soient conjugués ou séparés, peuvent avoir des effets bénéfiques sur la production, la nutrition, l’environnement et les moyens d’existence, notamment ceux des petits agriculteurs, des pêcheurs et des populations tributaires de la forêt. 

Créé en décembre 2019, le Bureau de l’innovation (OIN) vise à renforcer l’esprit d’innovation au sein de la FAO, notamment aux niveaux des modes de pensée et des modèles de coopération. Les innovations technologiques, sociales, stratégiques, institutionnelles et financières sont considérées comme étant pertinentes et applicables à l’ensemble des systèmes agroalimentaires. L’innovation est le principal moteur de la transformation des systèmes agroalimentaires: elle permettra à des millions de personnes de sortir de la pauvreté et aidera le monde à parvenir à la sécurité alimentaire et concrétiser les objectifs de développement durable (ODD). 

Domaines d’activité
Vision

Les ODD, par leur portée et leur envergure, nécessitent que l’on innove aussi bien dans le domaine du développement qu’au service de celui‑ci. La science et l’innovation sont des outils cruciaux pour la mise en œuvre des ODD. De même, dans le Cadre stratégique 2022-2031 de la FAO, elles sont considérées comme un élément fondamental, qui permettra de parvenir à un monde libéré de la faim et de la malnutrition. Les innovations technologiques, institutionnelles, stratégiques et financières dans les systèmes agroalimentaires sont considérés comme des accélérateurs à même de renforcer l’efficacité et l’impact des domaines prioritaires du Programme (DPP) de la FAO dans le cadre des quatre améliorations.

Le Bureau de l’innovation veille à ce que la FAO intègre systématiquement l’innovation dans ses programmes, favorise la collaboration croisée entre les différentes unités de la FAO et contribue à établir et à renforcer des partenariats porteurs de transformation. 

Le Bureau compte actuellement trois unités, qui composent sa structure, à savoir: le Secrétariat du Forum mondial de la recherche agricole et de l’innovation (GFAR), l’unité Recherche et vulgarisation (OINR), et l’unité Agriculture numérique. Le Bureau fait aussi une large place aux sciences comportementales, lesquelles constituent une discipline essentielle au développement agricole.


 

L’unité Recherche et vulgarisation aide les Membres de la FAO à transformer et à renforcer leurs systèmes nationaux de recherche agricole (SNRA) pour que la recherche agricole soit au service du développement et des services de vulgarisation et de conseil, de manière à favoriser la diversité des services de vulgarisation et ainsi relever les défis actuels et futurs. L’appui technique dont bénéficie les Membres vise notamment à promouvoir des systèmes d’innovation agricole plus cohérents et plus intégrés afin d’améliorer les capacités de fonctionnement des différents acteurs, notamment dans les domaines de l’enseignement agricole, de la recherche, de la vulgarisation et en ce qui concerne les agriculteurs et leurs groupes et organisations.   Dans le cadre de ses activités, l’unité élabore des outils, des méthodes et des directives permettant d’évaluer les systèmes nationaux de recherche, de vulgarisation et de conseil, fournit des avis en matière de politiques, de réformes et de renforcement des capacités, organise des consultations d’experts sur des questions nouvelles, réalise des études techniques, diffuse les technologies et les pratiques, et offre un appui technique aux fins de l’élaboration et de la mise en œuvre de projets et de programmes. L’unité fait également office de référent technique de la FAO pour ce qui est de la collaboration avec des instances mondiales dans les domaines de la recherche et de la vulgarisation, notamment le Forum mondial pour le conseil rural, le Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale (CGIAR) et les institutions ou organisations nationales et régionales spécialisées dans la recherche et la vulgarisation, ainsi qu’en ce qui concerne les biotechnologies. L’unité héberge la Plateforme pour l’agriculture tropicale, mécanisme multipartite lancé par le G20 pour renforcer les capacités de fonctionnement des systèmes d’innovation agricole dans les zones tropicales, et encourage le partage de connaissances par l’intermédiaire de portails mondiaux tels que TECA (Technologies et pratiques adaptées aux besoins des petits producteurs agricoles) et TAPipedia.

Forum mondial de la recherche agricole et de l’innovation est un mouvement collectif qui œuvre en faveur d’un nouvel avenir pour l’agriculture et les systèmes alimentaires. Les partenaires du Forum, qui représentent treize secteurs agroalimentaires, ont un message à faire passer: les exploitants doivent se trouver au cœur de l’agriculture.

Ensemble, ils s’engagent à mener des actions collectives – qui se matérialisent dans des programmes de travail multipartites aux niveaux local, national, régional et international – dont les deux principaux objectifs sont les suivants:

 

  1. réunir les connaissances, l’expertise et les ressources d’un éventail d’acteurs liés aux systèmes alimentaires afin de parvenir à une transformation qui s’inscrive dans la lignée des engagements pris lors du Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires en vue d’atteindre les objectifs de développement durable;
  2. réaliser cet objectif en écoutant attentivement et en laissant s’exprimer les personnes qui nous nourrissent chaque jour: les petits exploitants agricoles du monde entier.

Situé au Siège de la FAO, le Secrétariat du GFAR se compose d’une petite équipe qui s’efforce d’aider les partenaires à planifier, à promouvoir, à mettre en œuvre et à diffuser les enseignements tirés des actions collectives.

Agriculture numérique du Bureau de l’innovation aide la FAO à élaborer des politiques et à mettre en œuvre des projets ayant trait à l’agriculture numérique et collabore avec les autres unités de l’Organisation afin de développer cet aspect dans le cadre des projets et des programmes qu’elles mènent. Les domaines d’intervention de l’équipe sont les suivants:

 

  • aider les Membres à innover dans le cadre de l’agriculture numérique grâce à la création et au lancement du sous-programme intitulé Global Network of Digital Agriculture Innovation Hubs (réseau mondial de pôles d’innovation en matière d’agriculture numérique); 
  • appuyer les politiques relatives à l’agriculture numérique dans les pays grâce à l’élaboration de stratégies nationales; 
  • favoriser le développement des technologies de pointe et des technologies nouvelles (chaîne de blocs, intelligence artificielle, internet des objets, etc.) à la FAO et auprès des Membres; 
    contribuer au programme de la FAO relatif à la transformation numérique en participant à des activités dans le domaine de l’agriculture numérique; 
  • nouer des partenariats innovants en matière d’agriculture numérique avec différentes parties prenantes (notamment les organismes ayant leur siège à Rome, d’autres organismes du système des Nations Unies, le milieu universitaire ou le secteur privé) – dans le cadre de défis axés sur l’innovation, de sessions de formation, de hackathons et autres; 
  • animer la communauté de pratique mondiale e-Agriculture (et les manifestations liées à l’innovation en matière d’agriculture numérique), dont le rôle consiste à favoriser le dialogue, le partage des connaissances, les innovations en matière d’application de technologies numériques au service de l’agriculture et du développement rural durables; 
  • encourager les approches novatrices en favorisant les innovations conjointes, les séances de conception créative et les approches innovantes connexes; 
    renforcer le partage de connaissances et le renforcement des capacités dans le domaine de l’agriculture numérique dans le cadre d’activités différentes, telles que les sessions de formation, le défi mondial Agrilnno, ainsi que par l’intermédiaire du Rapport sur l’agriculture numérique et du Forum sur l’agriculture numérique.

Dans le cadre des sciences comportementales le Bureau de l’innovation aide la FAO et ses partenaires à cerner les contours des connaissances et des informations qui déterminent le comportement – et illustrent la façon dont le contexte social, psychologique et physique est souvent un facteur clé de la manière dont les personnes agissent. C’est pourquoi, pour exploiter le potentiel de l’innovation, obtenir de meilleurs résultats et travailler plus efficacement, le Bureau de l’innovation a recours aux sciences comportementales, ce qui lui permet de produire des données factuelles sur les moyens de favoriser des comportements porteurs d’innovation et de progresser vers la réalisation des ODD. La FAO utilise les sciences comportementales pour traduire ces données en interventions concrètes, dont le rôle est de promouvoir des attitudes et des actions: l’Organisation s’appuie sur ces sciences pour intégrer l’approche comportementale dans ses projets et ses programmes et relier les besoins en matière de changements comportementaux aux outils et aux compétences offerts par ces sciences.
Unités
Coup de projecteur
Agrilnno (GAC) 2021

Organisé conjointement par la FAO et l’Université du Zhejiang, le défi mondial Agrilnno vise à encourager les jeunes et les femmes à tirer parti de l’innovation, de l’entrepreneuriat et des technologies pour relever les défis liés à la transformation des villages ruraux en «villages numériques» et ainsi contribuer aux quatre améliorations.

Publications
Rapport sur l’agriculture numériqueRural e-commerce Development Experience from China

Réalisée par la FAO et l’Université du Zhejiang, cette publication s’intéresse à la manière dont le commerce électronique rural pourrait faire progresser la transformation numérique des systèmes agroalimentaires, notamment grâce au renforcement de l’efficacité de la production, à l’élargissement de l’accès des agriculteurs aux marchés, à l’amélioration de la lutte contre la pauvreté, à la promotion de l’entrepreneuriat agricole et au retour des jeunes générations dans leurs villages pour relancer l’économie et redynamiser les zones rurales.

Partenaires