Réduction des émissions provenant du déboisement et de la dégradation des forêts REDD+

Travaux de la FAO sur les tourbières

Qu'est-ce que la tourbe?


Une tourbière est une zone de terre avec une accumulation en surface de couches de matière organique en état de décomposition (appelée tourbe). La tourbe se développe dans des conditions hydromorphes. Les tourbières constituent une immense réserve de carbone terrestre. Les dommages causés à ces écosystèmes fragiles, qui mettent des milliers d'années à se transformer en un puits de carbone, sont une source majeure de gaz à effet de serre. Selon les dernières estimations mondiales, le drainage des tourbières et les incendies représentent au moins 5 pour cent des émissions mondiales de gaz à effet de serre, contribuant ainsi au changement climatique. Une protection et une restauration appropriées des écosystèmes des tourbières soutiennent à la fois la capacité d'adaptation ainsi que les efforts d'atténuation du changement climatique et maintiennent la production d'autres services écosystémiques.

Notre contribution

Les objectifs de la FAO en matière de tourbières sont les suivants : aider au développement d'une gestion responsable des tourbières, développer des moyens d'existence durables, améliorer les services environnementaux et réduire les impacts négatifs comme les émissions de gaz à effet de serre. La FAO aide les pays à faire progresser la gestion durable des tourbières à travers :

  • Le partage des connaissances et le renforcement des capacités,
  • Les politiques et la gouvernance telles que l'intégration des tourbières dans les plans et les rapports nationaux, et
  • L’appui technique au niveau régional, national et sur le terrain.

L'appui technique comprend la cartographie et le suivi, ainsi que l'intégration de ces activités dans les cadres institutionnels existant.

La FAO travaille sur des projets couvrant différents aspects de la gestion des tourbières en collaboration avec quatre pays : Indonésie, Pérou, République démocratique du Congo et la République du Congo, en plus d'autres travaux au niveau mondial.

 

 

 

L’importance des tourbières

Alors que les tourbières ne couvrent que 3 pour cent de la masse terrestre libre de glace, elles contiennent 30 pour cent du carbone organique des sols de la planète et peuvent contenir plus de carbone que les forêts et l'atmosphère réunies.

On estime que les tourbières sont présentes dans 180 pays du monde entier, dans toutes les zones climatiques, mais la répartition réelle de la superficie des tourbières est encore méconnue.

Les tourbières sont de plus en plus menacées par l'abaissement de la nappe phréatique. Le drainage de ces nappes est causé par différents activités parmi lesquelles on compte l'agriculture, les plantations, l'exploitation forestière, le pâturage et l'extraction de la tourbe pour l’utiliser comme combustible.

Les tourbières drainées représentent actuellement 10 pour cent des émissions totales du secteur de l'agriculture, de la foresterie et de l'utilisation des terres.

En outre, le drainage des tourbières altère le couvert végétal, menace la biodiversité, diminue la qualité de l'eau, provoque des affaissements de terrain, augmente la fréquence des incendies et d'autres impacts négatifs sur les populations, leurs moyens d'existence et l'environnement. En tant que solutions, la réhumidification et la gestion responsable des tourbières peuvent aider à maintenir les services écosystémiques des tourbières, à améliorer les moyens de subsistance locaux, à restaurer la qualité de l'eau et à contribuer à l'atténuation et à l'adaptation aux changements climatiques ainsi qu'à la réduction des risques de catastrophe.

Travailler avec des partenaires

La FAO est un membre fondateur de l'Initiative mondiale pour les tourbières (GPI), qui regroupe plus de 28 autorités et institutions travaillant ensemble à la conservation et à la gestion durable des tourbières, afin de maintenir le carbone dans le sol plutôt que dans l'atmosphère, où il contribuerait au changement climatique.

Ensemble, les partenaires contribuent à la carte mondiale du carbone organique des sols.

Contactez-nous: Maria Nuutinen [email protected]