FAO.org

Accueil > 70ème anniversaire de la FAO > 2005-15
70ème anniversaire de la FAO

Bienvenue sur le site dédié au 70e anniversaire de la FAO!

Que savez-vous de ce que la FAO a fait durant les 70 dernières années pour éliminer la faim dans le monde? Testez vos connaissances avec ce quiz!

Souhaitez-vous en apprendre davantage sur l’histoire de la FAO?
Nous avons rassemblé des documents qui vous feront voyager dans l’histoire de la FAO, à travers les protagonistes, les événements et les initiatives qui ont marqué ces 70 dernières années. Cliquez-ici pour en savoir plus.

2005 - 15

Malgré les catastrophes naturelles ou d'origine humaine survenues au cours de cette période, des objectifs de développement ont été fixés selon un calendrier serré, ce qui a permis de changer le modèle en vigueur dans les domaines de la sécurité alimentaire et du développement agricole. Enfin, des progrès mesurables ont été accomplis pour ce qui était de réduire le nombre de personnes souffrant de sous-alimentation chronique dans le monde.

Faire face aux inondations, à la famine et aux maladies
Juin 2011, Rome – Plaque commémorant l'adoption de la Déclaration d’éradication mondiale de la peste bovine

En 2011, l'Asie et l'Afrique ont été le théâtre de deux types de catastrophes liées à des événements naturels: les inondations et la famine. Le Pakistan a connu les pires inondations de son histoire, qui ont détruit les stocks de semences et tué plusieurs millions de têtes de bétail. La FAO a alors distribué des semences de blé à un demi-million de familles d'agriculteurs, et ce à temps pour les semailles. Elle a fourni à 235 000 autres familles des aliments, des médicaments et des abris pour leurs animaux. 

En Somalie, la pire sécheresse qui ait touché le pays en 30 ans a provoqué une famine dans deux régions, faisant plus de 260 000 morts et plaçant des millions de personnes dans une situation extrêmement précaire. La FAO et la communauté internationale ont alors débloqué 120 millions d'USD pour lutter contre la sécheresse dans toute la corne de l'Afrique.

L'épidémie de grippe aviaire et d'autres situations d'urgence en matière de santé animale ou de sécurité sanitaire des aliments ont incité la FAO à étudier comment prêter une assistance en temps réel dans le monde entier. En 2006, l'Organisation a présenté son Centre de gestion des crises, structure de pointe chargée de surveiller l'apparition de foyers de maladies et de dépêcher des spécialistes à n'importe quel endroit du globe en moins de 48 heures.

Directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts

Outre la gestion des situations d'urgence, la FAO a continué de promouvoir et de favoriser le développement durable de l'agriculture dans un monde où les ressources naturelles se faisaient de plus en plus rares.

En réalité, l'un des principaux objectifs fixés dans le sillage des  Directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts, instrument capital approuvé par le Comité de la sécurité alimentaire mondiale (CSA) en 2012, consistait à favoriser le développement durable tout en protégeant l'environnement. Les Directives appelaient les secteurs public et privé à s'engager et comprenaient des recommandations destinées à préserver les droits des populations locales en cas d'acquisitions de terre à grande échelle et à empêcher l'accaparement des terres.

La FAO a lancé une grande campagne de levée de fonds afin d'obtenir les 20 millions d'USD nécessaires à la mise en œuvre des Directives qui visaient à aider les gouvernements à protéger les droits des citoyens de posséder des terres, des forêts et des zones de pêche, ou d'y avoir accès. Deux géants du secteur des boissons, PepsiCo et Coca-Cola, ont participé à la campagne. Outre des négociations équitables et respectueuses de la législation en matière de transferts et d'acquisitions de terres, ces entreprises se sont engagées à renforcer leur participation au CSA et à réaliser des évaluations sociales et environnementales tout au long de leurs chaînes d'approvisionnement mondiales. PepsiCo a commencé à travailler au Brésil, son premier fournisseur de sucre, tandis que Coca-Cola a collaboré avec Oxfam dans plusieurs des principaux pays producteurs de sucre. En 2014, le CSA a approuvé les Principes pour un investissement responsable dans l’agriculture et les systèmes alimentaires, fondés sur les Directives.

Protéger la Terre
Sénégal – Un paysan prépare le sol avant d'y planter des choux

C'est au cours de la dernière décennie que la FAO s'est engagée de nouveau à améliorer la santé des ressources en sol mondiales – qui sont limitées – et à arrêter la dégradation des terres. En réalité, 33 pour cent des sols du monde sont moyennement ou fortement dégradés à cause de l'érosion, de l'épuisement des éléments nutritifs, de l'acidification, de la salinisation, du tassement et de la pollution chimique.

Conscients de la nécessité d'agir de toute urgence en vue d'améliorer la situation, les membres du Partenariat mondial sur les sols ont approuvé en 2014 une série de plans d'action visant à préserver les ressources en sol, qui servent de base à la production agricole. Afin de sensibiliser le grand public, l'Organisation des Nations Unies (ONU) a fait du 5 décembre la Journée mondiale des sols et de 2015 l'Année internationale des sols.

Élargir le cercle des partenariats

Au cours de la décennie actuelle, la FAO a aussi renforcé son réseau de partenaires afin d'améliorer la sécurité alimentaire et la résilience des populations vulnérables dans le monde entier. C'est pourquoi, en 2013, l'Organisation a conclu un nouvel accord de partenariat avec la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR), plus grand réseau humanitaire au monde. Aux termes de cet accord, la FAO doit fournir des indications techniques afin de permettre à l'important réseau de la FICR – composé de 13 millions de bénévoles – d'aider des ménages pauvres, soit quelque 150 millions de personnes, à faire face aux menaces et aux catastrophes ayant des répercussions sur l'agriculture, la sécurité alimentaire et la nutrition.

Afin de contribuer à remettre le programme mondial en matière de nutrition sur la bonne voie, la FAO a tenu en 2014, en partenariat avec l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), la première grande manifestation mondiale organisée sur la question en 20 ans. La deuxième Conférence internationale sur la nutrition (CIN2) s'est déroulée à Rome à la fin du mois de novembre. À cette occasion, le pape François a exhorté les dirigeants du monde entier à en faire davantage, et la manifestation a abouti à l'adoption plébiscitée d'un engagement politique radical pris en ce sens par 172 gouvernements, la Déclaration de Rome sur la nutrition, ainsi que d'un cadre à l'appui d'une action concrète. 

Distinctions pour des réalisations extraordinaires

Depuis l'établissement d'une série de cibles qu'il convenait d'atteindre à l'horizon 2015, les objectifs du Millénaire pour le développement, le nombre de personnes sous-alimentées de manière chronique a enfin diminué dans les régions les plus pauvres du monde.

En 2013, 38 pays étaient déjà parvenus à réduire de moitié la proportion de personnes souffrant de la faim. Dix-huit de ces pays (Arménie, Azerbaïdjan, Cuba, Djibouti, Géorgie, Ghana, Guyana, Kirghizistan, Koweït, Nicaragua, Pérou, Saint-Vincent-et-les Grenadines, Samoa, Sao Tomé-et-Principe, Thaïlande, Turkménistan, Venezuela et Viet Nam) ont été mis en avant pour avoir atteint à la fois cet objectif et celui, plus draconien, établi en 1996 lors du Sommet mondial de l'alimentation (SMA), à savoir réduire de moitié le nombre absolu de personnes sous-alimentées.

En 2014, la FAO a mis 13 pays à l'honneur pour les progrès remarquables qu'ils avaient accomplis dans la lutte contre la faim, qui supposait notamment d'atteindre les cibles internationales avant la fin de 2015. Le Brésil, le Cameroun, l'Éthiopie, le Gabon, la Gambie, l'Iran, Kiribati, la Malaisie, la Mauritanie, Maurice, le Mexique, les Philippines et l'Uruguay sont les derniers inscrits sur la liste croissante des pays ayant avancé à grands pas dans la lutte contre la sous-alimentation.

Le 7 juin 2015, la FAO a distingué 14 autres pays (Angola, Bolivie, Chine, Costa Rica, Gabon, Îles Salomon, République démocratique populaire lao, Mali, Mozambique, Myanmar, Népal, Ouzbékistan, République dominicaine et Suriname) qui avaient atteint la cible 3 de l'OMD 1 – réduire de moitié la proportion de personnes souffrant de la fin à l'horizon 2015.

À ce jour, sur les 129 pays suivis par la FAO, 73 ont atteint la cible.

"Si tout le monde y met du sien, nous pourrons atteindre, ensemble, l’objectif Faim Zéro de notre vivant"

José Graziano da Silva, Directeur général de la FAO

Soixante-dix-ans après sa fondation, la FAO a beaucoup de choses à célébrer. Le monde a accompli de réels progrès dans la lutte contre la pauvreté et la faim au cours des dernières décennies.

Mais il reste encore beaucoup à faire. Au niveau mondial, quelque 800 millions de personnes souffrent encore de faim chronique et près d'un milliard d’autres demeurent plongées dans l’extrême pauvreté.

Le 70ème anniversaire de la FAO célébré cette année coïncide avec l’adoption par la communauté internationale des 17 Objectifs de développement durable (ODD) qui détermineront la façon dont les pays se développeront au cours des prochaines décennies. Deux de ces objectifs mentionnent spécifiquement que la faim et la pauvreté doivent être éliminées d’ici à 2030. Aujourd’hui, la mission de la FAO et son mandat demeurent aussi actuels que jamais.

Nous allons relever ces défis et, mettant à profit notre expérience et notre expertise, nous contribuerons à débarrasser le monde de la faim et de la pauvreté une fois pour toutes.

Si nous faisons l'effort tous ensemble, nous appartiendrons alors effectivement à la «génération Faim Zéro».