FAO.org

Accueil > Renforcement des capacités > Ressources > Outils pratiques > Comment documenter et partager les bonnes pratiques pour générer le changement
Renforcement des capacités

Comment capitaliser et partager vos bonnes pratiques pour générer le changement?

Qu’est-ce qu’une bonne pratique?

Une bonne pratique est une expérience réussie, testée et reproduite dans différents contextes et qui peut donc être recommandée comme un modèle. Elle mérite d’être partagée afin qu’un plus grand nombre de personnes puissent l’adapter et l’adopter.

Pourquoi capitaliser et partager les bonnes pratiques?

En capitalisant et en partageant les bonnes pratiques, une équipe, une organisation ou un pays peut tirer des enseignements de ses propres expériences et de celles des autres. L’occasion est ainsi offerte de transformer le savoir en action et de renforcer les capacités afin d’améliorer les résultats, et de répondre plus rapidement et efficacement aux différents types de crises ou de changements pouvant surgir.

Si aucune mesure n’est prise pour analyser, capitaliser et partager le savoir acquis dans les programmes et les projets, les erreurs se reproduiront vraisemblablement, les expériences réussies peuvent être oubliées et les possibilités d’améliorer les pratiques perdues.

Évolution d’une pratique

Une pratique évolue souvent selon un processus en quatre étapes. Au début, une innovation potentielle, une nouvelle technique ou technologie menée à titre pilote présente des preuves minimales de résultats. Puis, après avoir été testée à plusieurs reprises dans un contexte spécifique, elle devient une pratique prometteuse; c’est-à-dire, une pratique qui est efficace dans un contexte spécifique, mais représente un risque si elle est appliquée dans un contexte différent. Enfin, lorsque son efficacité a été avérée pour avoir été reproduite avec succès dans de multiples contextes, la pratique peut être qualifiée de bonne pratique et être largement partagée afin qu’elle soit adaptée et adoptée par d’autres. Dans certains cas, une bonne pratique peut évoluer pour être institutionnalisée, par exemple lorsqu’elle sert de base à la formulation d’une politique ou d’une norme.

Afin de capitaliser une bonne pratique, il est nécessaire de démarrer le processus de documentation dès les premières étapes lorsque la pratique est encore au stade d’innovation potentielle.

Quelles sont les étapes du processus de capitalisation et de partage d’une bonne pratique?

Étape 1: Identifier la pratique et cadrer le processus

Avant de commencer à documenter, vous devez identifier la pratique sur laquelle vous souhaitez vous concentrer, et cadrer le processus que vous allez suivre, en répondant aux questions clés suivantes:

  • Quoi? (Identifier l’expérience/pratique sur laquelle vous allez vous concentrer)
  • Pourquoi? (Définir l’objectif du processus de capitalisation)
  • Pour qui? (Comprendre les besoins de votre public cible)
  • Avec qui? (Identifier les parties prenantes qui participeront)
  • Quand? (Établir un calendrier pour le processus)

Lors de l’identification de la pratique, n’oubliez pas de vérifier le niveau de preuves disponibles et de vérifier son potentiel de réplication.

Enfin, vous devez planifier la marche à suivre pour capitaliser et partager votre pratique, en précisant les actions à prendre, les personnes responsables, le calendrier et le budget éventuel.

Outils pouvant être utilisés pour l’étape 1:

Cadrer le processus

Un modèle assorti de questions guides pour mieux cadrer le processus de capitalisation

Plan d'action

Un modèle permettant de lister les actions à prendre pour mener à bien le processus

Étape 2: Collecter et organiser les informations sur la bonne pratique

Après avoir identifié la pratique et cadrer le processus de capitalisation, il vous faudra collecter et organiser toutes les informations requises pour documenter la pratique. Elles devront comprendre au moins le contexte et l’objectif de la pratique, les parties prenantes, l’approche méthodologique, les résultats et les facteurs de réussite et les contraintes. Il vous faudra aussi expliquer en quoi la pratique est durable et ce qui devrait être pris en considération pour adapter, adopter et répliquer la pratique à plus grande échelle.

En principe, la collecte de données devrait commencer au début de la mise en œuvre de la pratique et se poursuivre tout au long de son expérimentation.

Outils pouvant être utilisés pour l’étape 2:

Canevas pour les bonnes pratiques

Un canevas comportant des sections prédéfinies et des questions guides pour aider à rédiger le contenu étape par étape et s’assurer qu’aucune information importante n’est omise

Étape 3: Analyser les résultats de la bonne pratique

Documenter une bonne pratique ne consiste pas uniquement à décrire les bons résultats obtenus, mais à expliquer comment et pourquoi les activités ont été concluantes. Cette étape est fondamentale car elle permettra aux autres de comprendre les facteurs clés de réussite et comment la bonne pratique peut être reproduite dans le contexte qui leur est propre. Vous ne devez pas analyser les résultats seul, mais plutôt réfléchir avec les différentes parties prenantes en utilisant des méthodes participatives (par exemple Revue après action ou rétro-vision, Le changement (le plus) significatif, Le diagramme d’Ishikawa, etc.).

Étape 4: Documenter et se préparer à communiquer

Une fois que vous avez collecté toutes les informations utiles et que vous êtes à même d’expliquer comment et pourquoi il s’agit d’une bonne pratique, vous devez choisir le format le plus approprié et documenter la pratique. N’oubliez pas qu’une bonne pratique peut être documentée de différentes manières, pas seulement à l’aide de produits écrits. Par exemple, une courte vidéo peut transmettre un message plus efficacement qu’un long document; ou un programme radio peut permettre d’atteindre des communautés rurales ne disposant pas d’un accès à internet.

Cependant, même lorsqu’il s’agit d’un produit audio, visuel, vidéo ou web, vous aurez à passer par une étape d’écriture (par exemple, rédiger le script d’un programme radio ou d’une représentation théâtrale). L’écriture prend du temps et il est important de déterminer qui sera chargé de la rédaction de la première version, du retour d’information sur le contenu, de la relecture et de la correction d'épreuves, ainsi que de la conception de la présentation finale.

Outils pouvant être utilisés pour l’étape 4:

Produits de communication

Une matrice présentant les produits les plus appropriés pour transmettre votre message et atteindre le public cible.

Atelier d’écriture

Un atelier en face-à-face avec l’objectif spécifique de réunir les parties prenantes en vue de rédiger conjointement un document ou une publication.

 Étape 5: Partager la bonne pratique pour générer le changement

Les bonnes pratiques sont documentées pour être largement partagées et ainsi être adoptées, adaptées et répliquées à plus grande échelle. Il est donc extrêmement important de choisir les canaux de communication les plus adaptés pour attendre le public cible.

Une bonne pratique peut être partagée par des voies diverses:

  • Canaux conventionnels: télévision, radio, distribution de documents imprimés, etc.
  • Canaux numériques: courriel, médias sociaux, sites web, communautés en ligne, blogs, etc.
  • Face-à-face/présentiel: foire de partage des connaissances, visite d’échange, réunion, pièce de théâtre, etc.

Chaque canal présente ses propres avantages. Certains offrent un moyen rapide d’atteindre de nombreuses personnes, d’autres permettent davantage d’interactions et de retours d’information. Envisagez de partager des produits différents à travers divers types de canaux afin d’être sûr d’atteindre tous les publics ciblés.

 Outils pouvant être utilisés pour l’étape 5:

Canaux de communication

Une matrice qui aide à choisir les canaux de communication les plus appropriés pour transmettre le message et atteindre le public cible.

 Générer le changement

Le but ultime du processus est non seulement de publier et de partager les bonnes pratiques, mais de générer le changement par l’adoption, l’adaptation et la réplication à plus grande échelle de ces bonnes pratiques. Il est donc important de prévoir, dès le début du processus, comment l’impact du partage de la bonne pratique sera suivi et évalué.  

Partagez