2014, Année internationale de l’agriculture familiale de l’ONU: quels enjeux?

Le point de vue de Sébastien Abis, Chercheur associé à l’IRIS et administrateur au CIHEAM

Pourquoi l’agriculture familiale a-t-elle été placée au centre des attentions des organes onusiens cette année?

Tout d’abord, il convient de rappeler que ces années internationales dédiées à des thématiques précises sont promues dans le cadre onusien afin de sensibiliser les opinions publiques du monde entier aux grands enjeux du développement qui correspondent aux objectifs de la charte des Nations-unies et qui peuvent revêtir un caractère politique, environnementale, sociale ou encore humanitaire. Plusieurs sujets peuvent coexister durant une même année. Ce sera le cas en 2014 car, outre l’agriculture familiale, c’est aussi l’année internationale des petits Etats insulaires en développement et celle de la cristallographie (qui est, selon la définition donnée dans le Larousse, la « science de la matière cristallisée, des lois qui président à sa formation, de sa structure, de ses propriétés géométriques, physiques et chimiques »).

Ensuite, et pour être bref, ce choix de positionner l’agriculture familiale au cœur du dispositif onusien en 2014, indique que les questions agricoles sont vraiment redevenues centrales dans l’agenda stratégique international. La crise alimentaire de 2007/2008 et les nombreux événements sociopolitiques qui secouent la planète ces derniers mois où les motifs alimentaires et ruraux ne manquent pas (comme dans certains pays arabes) ont contribué à ce reclassement. C’est malheureux qu’il ait fallu attendre une succession de crises pour remettre l’agriculture à l’ordre du jour. Mais en même temps, c’est assurément salutaire quand on sait que le sujet avait quitté les écrans radars politiques et médiatiques au tournant du millénaire, puisque le secteur primaire était jugé obsolète et que le prix des produits alimentaires était bas. En 2014, non seulement l’agriculture s’est réinvitée au cœur des politiques de développement de plusieurs pays ou s’affiche comme l’un des secteurs d’expression de la puissance pour ceux qui en ont la force, mais l’inflation alimentaire s’est également réintroduite comme une menace dans le quotidien des populations, outre celles qui souffraient et souffrent encore de la faim. 

13/01/2014