Plateforme de connaissances sur l'agriculture familiale

Peuples autochtones et agriculture familiale

Les peuples autochtones peuvent contribuer de manière significative au débat sur l'agriculture familiale du fait de leur patrimoine de connaissances traditionnelles, de leur richesse spirituelle et de leur compréhension de la gestion écosystémique. Les peuples autochtones constituent un ensemble très hétérogène. Leurs modes de vie sont adaptés à une grande diversité d'écosystèmes, et se caractérisent toujours par une étroite relation avec la nature. Les peuples autochtones ont en commun des éléments clés de leur mode de vie qui les distinguent du reste de la population. En particulier: leurs systèmes alimentaires sont holistiques et combinent la cueillette, la chasse et la culture; ils prônent une économie du don, avec bien souvent un faible niveau de monétisation; les activités sont menées selon un principe de réciprocité; l'unité de production est la communauté ou le clan; ils exploitent des ressources collectives –forêts, lacs, cours d'eau, terres et pâturages; et leurs systèmes alimentaires sont respectueux de l'environnement dans lequel ils évoluent.

Pour en savoir plus

Pour en savoir plus

Même si les peuples autochtones diffèrent des agriculteurs familiaux et des petits producteurs alimentaires, ils ont en commun leur relation intime avec l'environnement et leur attachement à leurs terres et à leur territoire.

L'expression «peuples autochtones» a été approuvée au niveau international par les peuples autochtones eux-mêmes afin d'englober divers collectifs parfois dénommés adivasis, janajatis, populations montagnardes, tribus des collines, minorités ethniques, tribus répertoriées, communautés adat, peuples des montagnes, chasseurs-cueilleurs, nations premières ou encore aborigènes, ainsi que d'autres groupes qui correspondent aux caractéristiques énumérées dans les définitions de travail de l’expression.

Les peuples autochtones représentent moins de 5 pour cent de la population mondiale (on estime que plus de 370 millions d'individus, répartis dans plus de 70 pays, mais vivant pour la plupart en Asie et dans le Pacifique, se définissent eux-mêmes comme appartenant à un peuple autochtone),  mais ils rassemblent 15 pour cent environ de la totalité des pauvres de la planète. Les peuples autochtones constituent un ensemble très diversifié dont la contribution au patrimoine mondial est considérable, mais le défaut de reconnaissance de leurs droits, de débouchés et d'accès aux terres, territoires et ressources naturelles qui sont leurs, fait que ces peuples sont placés en situation de vulnérabilité et de marginalisation.

C'est pourquoi un programme axé sur la sécurité alimentaire mondiale, la gestion durable des ressources naturelles et la lutte contre la pauvreté ne peut être complet s'il ne prend pas en compte les besoins des peuples autochtones.

Dans un contexte de changement climatique, d'appauvrissement des ressources et de nécessité d'augmenter les rendements, les peuples autochtones détiennent un large champ de connaissances qui peut participer à la diversification de la production agricole et à l'obtention de produits alimentaires plus nutritifs.

Le respect du principe de consentement libre, préalable et éclairé, inscrit dans la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, est primordial lorsqu'il s'agit de travailler avec ces peuples. Ce principe s'applique également aux petits exploitants et aux agriculteurs familiaux lorsque ceux-ci sont confrontés à des investissements et des plans qui concernent leurs terres.

La FAO travaille en collaboration avec les peuples autochtones à la mise en œuvre commune de la politique qu’elle a définie en 2010  concernant les peuples autochtones et tribaux. Actuellement, ces travaux portent sur les Directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts dans le contexte de la sécurité alimentaire nationale, la formation des femmes autochtones chefs de file, les indicateurs, le principe du consentement libre, préalable et éclairé et la sensibilisation.

Ressources

Des semences du passé adaptées au présent et à l’avenir

Le petit mil noir et l’oignon blanc, deux semences paysannes qui font leur retour au Niger
Au Niger, le changement climatique et les facteurs économiques pèsent sur les conditions de vie des producteurs agricoles. Faussés par la promesse de meilleurs rendements, bon nombre de producteurs nigériens ont abandonné leurs pratiques agricoles et les variétés paysannes pour adopter des nouvelles pratiques parfois inappropriées. Ce cas traite du...
Niger
2019 - SWISSAID
More

Network

Food Security Center

Others
Food Security Center (FSC) is a Non-Profit Organization that aims improving nutritional security and environmental sustainability through specific education programs and actions which are addressed not only to children, but to adults as well – both in Europe and Africa. These programs, have been designed to meet the requirements of...
Greece
More