L’Assemblée générale des Nations Unies a déclaré 2021 Année internationale des fruits et des légumes.

La FAO est l’organisme chef de file de cette manifestation, en collaboration avec d’autres organisations et organes compétents du système des Nations Unies.

Cette Année internationale des fruits et des légumes offre une occasion exceptionnelle de sensibiliser le public au rôle important des fruits et des légumes dans la nutrition, la sécurité alimentaire et la santé humaines, ainsi que dans la réalisation des objectifs de développement durable des Nations Unies.

Axes d’action de l’Année internationale des fruits et des légumes (2021)

  1. Plaidoyer et sensibilisation
    • Sensibiliser le public au rôle que jouent les fruits et les légumes dans l’amélioration de la nutrition, de la diversité alimentaire et de la santé; faire connaître leur importance sociale, économique et environnementale et leur contribution au développement durable;
    • Promouvoir les objectifs de l’Année internationale et encourager son intégration dans les programmes de développement nationaux, régionaux et mondiaux;
    • Stimuler un débat mondial sur les différents aspects des fruits et des légumes et leur contribution aux objectifs de développement durable et à d’autres conventions et lignes directrices mondiales pertinentes.
  2. Production et diffusion de connaissances
    • Mieux comprendre comment les différents aspects des systèmes alimentaires fournissant fruits et légumes contribuent à la société, à l’économie et à la durabilité environnementale dans les pays développés et en développement et créer des messages d’information reposant sur des faits établis;
    • Promouvoir des outils et des mécanismes de suivi et de mesure des incidences positives et négatives des différents volets de l’Année internationale des fruits et des légumes.
  3. Élaboration de politiques
    • Promouvoir des politiques, des lois et des règlements fondés sur des données probantes, ainsi que l’échange de bonnes pratiques qui font progresser et maximisent la contribution des fruits et des légumes au développement durable, à la croissance économique et aux moyens d’existence des populations rurales, à la sécurité sanitaire des aliments et à la promotion d’une alimentation diversifiée, équilibrée et saine;
    • Encourager des approches intégrées et globales des systèmes alimentaires fournissant fruits et légumes au moyen de politiques nationales transversales qui contribuent à la réalisation des objectifs de développement durable et des objectifs des conventions et directives mondiales pertinentes;
    • Stimuler la coopération et les partenariats entre les secteurs public et privé concernant différents aspects de l’Année internationale des fruits et des légumes, y compris dans le domaine de la recherche;
    • Promouvoir l’investissement dans l’innovation et le développement des infrastructures afin de promouvoir la consommation et la production durable de fruits et de légumes et de réduire les pertes et gaspillages.
  4. Renforcement des capacités et éducation
    • Appuyer la formulation et la mise en œuvre de mesures et de programmes éducatifs (programmes d’alimentation scolaire, potagers scolaires, potagers urbains et périurbains, jardins et potagers suspendus, lieux de travail sains, développement des connaissances en matière d’alimentation, programmes d’éducation collective sur les pertes et gaspillages alimentaires, entre autres) et de matériaux didactiques connexes afin de mieux faire connaître les avantages de la production et de la consommation de fruits et de légumes, leurs incidences sur la santé et la nutrition, ainsi que d’autres sujets pertinents liés à l’Année internationale des fruits et des légumes;
    • Renforcer l’intégration de l’éducation nutritionnelle, en soulignant l’importance des fruits et des légumes, dans l’élaboration des programmes d’études, en cohérence avec le Programme 2030 et les ODD;
    • Renforcer l’autonomie des parties prenantes, en particulier des femmes et des jeunes, par le développement des connaissances et des compétences dans la production et la manutention après récolte, la transformation, la préparation, la commercialisation et la consommation des fruits et des légumes.

Regardez la vidéo promotionnelle

Partagez cette vidéo sur les réseaux sociaux pour inciter à l'action pour  
#IYFV2021


Explorer


Lancement officiel de l’AIFL 2021
Le Directeur général de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), M. Qu Dongyu, a lancé l’Année internationale des fruits et des légumes (2021) le 15 décembre 2020. À cette occasion, il a appelé à renforcer la production durable d’aliments sains grâce à l’innovation et aux technologies, ainsi qu’à réduire les pertes et le gaspillage de nourriture.
En savoir plus |Lire l’article en ligne | Programme Provisoire
| Biographie des orateurs

Regarder le lancement officiel

L'Année internationale des fruits et des légumes (AIFL 2021) Document de référence

En plus de donner un aperçu des effets bénéfiques de la consommation de fruits et de légumes, le présent document propose un examen des différents aspects du secteur des fruits et des légumes sous l’angle d’une approche axée sur les systèmes alimentaires, allant de la production et du commerce durables de ces denrées à la gestion des pertes et du gaspillage. Le document dresse un panorama du secteur et fournit un cadre qui servira de base aux débats dans la perspective de la célébration de l’Année internationale, en mettant en évidence les liens qui unissent les parties prenantes et les enjeux sur lesquels il faudra agir en priorité.

Download

Que faut-il entendre par «fruits et légumes»?

Par «fruits et légumes» on entend les parties comestibles des végétaux (par exemple, les structures porteuses de graines, les fleurs, les bourgeons, les feuilles, les tiges, les pousses et les racines), qui sont cultivés ou récoltés à l’état sauvage, dans leur état brut ou sous une forme peu transformée.

Définition des fruits et légumes aux fins de l’Année internationale des fruits et des légumes

Par «fruits et légumes» on entend les parties comestibles des végétaux (par exemple, les structures porteuses de graines, les fleurs, les bourgeons, les feuilles, les tiges, les pousses et les racines), qui sont cultivés ou récoltés à l’état sauvage, dans leur état brut ou sous une forme peu transformée.

Sont exclus de cette définition:
  • les racines et tubercules amylacés que sont le manioc, la pomme de terre, la patate douce et l’igname (bien que les feuilles de ces végétaux soient consommées comme légumes);
  • les légumes secs (légumineuses), sauf récoltés avant maturité;
  • les céréales, y compris le maïs, sauf récoltées avant maturité;
  • les fruits à coque, les graines et graines oléagineuses dont noix de coco, noix et graines de tournesol;
  • les plantes médicinales et herbacées et les épices, sauf celles qui sont utilisées comme légumes;
  • les stimulants que sont le thé, le cacao et le café;
  • les produits transformés et ultratransformés à base de fruits et légumes que sont les boissons alcoolisées (par exemple, vins et spiritueux), les substituts de viande à base de plantes ou les produits à base de fruits et légumes contenant des ingrédients ajoutés (par exemple, jus de fruits conditionnés et ketchup).


Les fruits et légumes très peu transformés sont ceux qui ont été soumis à des opérations telles que lavage, tri, parage, épluchage, tranchage ou hachage, qui n’affectent pas leur qualité de fraîcheur.

Les aliments très peu transformés conservent la plupart des propriétés physiques, chimiques, sensorielles et nutritionnelles qui leur sont inhérentes et de nombreux aliments très peu transformés sont aussi nutritifs que sous leur forme non transformée. Il s’agit par exemple des fruits tranchés, des fruits en sachet, des salades de légumes ou encore des fruits et légumes surgelés et séchés.

Les objectifs de l’Année internationale des fruits et des légumes (2021)

  1. Sensibiliser le public et diriger l’attention des décideurs politiques sur les bienfaits nutritionnels et sanitaires de la consommation de fruits et de légumes;
  2. Promouvoir des régimes alimentaires et des modes de vie diversifiés, équilibrés et sains à travers la consommation de fruits et de légumes;
  3. Réduire les pertes et gaspillages dans les systèmes alimentaires pourvoyeurs de fruits et légumes;
  4. Mettre en commun les pratiques optimales dans les domaines suivants:
    1. promotion de la consommation et de la production durable de fruits et de légumes qui contribuent à des systèmes alimentaires durables;
    2. amélioration de la durabilité dans les domaines du stockage, du transport, du commerce, de la transformation, de la vente au détail, de la réduction du gaspillage et du recyclage, et renforcement des interactions entre ces processus;
    3. intégration des petits exploitants, y compris les agriculteurs familiaux, dans les chaînes de production, de valeur et d’approvisionnement locales, régionales et mondiales pour une production et une consommation durables de fruits et de légumes, en reconnaissant les contributions des fruits et légumes, y compris des variétés locales ou sélectionnées par les agriculteurs, à leur sécurité alimentaire, à leur nutrition, à leurs moyens d’existence et à leurs revenus;
    4. Renforcer la capacité de tous les pays, en particulier des pays en développement, d’adopter des approches et des technologies novatrices dans la lutte contre les pertes et gaspillages de fruits et légumes.

Les objectifs de l’Année internationale des fruits et des légumes (2021)

  1. Sensibiliser le public et diriger l’attention des décideurs politiques sur les bienfaits nutritionnels et sanitaires de la consommation de fruits et de légumes;
  2. Promouvoir des régimes alimentaires et des modes de vie diversifiés, équilibrés et sains à travers la consommation de fruits et de légumes;
  3. Réduire les pertes et gaspillages dans les systèmes alimentaires pourvoyeurs de fruits et légumes;
  4. Mettre en commun les pratiques optimales dans les domaines suivants:
    1. promotion de la consommation et de la production durable de fruits et de légumes qui contribuent à des systèmes alimentaires durables;
    2. amélioration de la durabilité dans les domaines du stockage, du transport, du commerce, de la transformation, de la vente au détail, de la réduction du gaspillage et du recyclage, et renforcement des interactions entre ces processus;
    3. intégration des petits exploitants, y compris les agriculteurs familiaux, dans les chaînes de production, de valeur et d’approvisionnement locales, régionales et mondiales pour une production et une consommation durables de fruits et de légumes, en reconnaissant les contributions des fruits et légumes, y compris des variétés locales ou sélectionnées par les agriculteurs, à leur sécurité alimentaire, à leur nutrition, à leurs moyens d’existence et à leurs revenus;
    4. Renforcer la capacité de tous les pays, en particulier des pays en développement, d’adopter des approches et des technologies novatrices dans la lutte contre les pertes et gaspillages de fruits et légumes.