Partenariat mondial sur les sols
 

Pourquoi un Partenariat mondial sur les sols?

Le sol est sous pression. La prise de conscience renouvelée du rôle central des ressources en sol comme base pour la sécurité alimentaire et leur prestation de services écosystémiques clés, y compris l'adaptation aux changements climatiques et l’atténuation de leurs effets néfastes, a entraîné de nombreux projets, initiatives et actions aux niveaux régionaux et internationaux. Malgré ces nombreuses et nouvelles activités, les ressources en sol sont toujours considérées comme une priorité de second rang. En effet, aucun organe de gouvernance internationale n’existe pour le soutien et la coordination des initiatives ni pour assurer l’information sur les sols et la reconnaissance adéquate de son importance dans les discussions sur les changements globaux et les processus décisionnels. De même, la coordination et le partenariat sont essentiels afin de créer une voix unique et reconnue pour les sols et pour éviter la fragmentation des efforts et le gaspillage des ressources.

Le maintien de la santé des sols pour nourrir la population croissante du monde et répondre à leurs besoins en biomasse (énergie), fibres, fourrage et autres produits ne peut être assuré que grâce à un partenariat fort. C'est l'un des principes clés qui guidera la constitution du Partenariat mondial sur les sols.

GSP chart

Répondre aujourd'hui à la problématique des sols:

Données sur les sols - fragmentées, en partie obsolètes (fertilité, carbone organique du sol, etc.), hétérogènes et difficiles à comparer, pas facilement accessibles, inadéquates quant aux besoins des utilisateurs.

Capacités du sol - ressources en sol de plus en plus limitées (perte d'expertise et de compétences en matière de sols).

Connaissance et recherche sur les sols - fragmentées (fertilité, changement climatique, écologie), les compétences des pédologues ne sont pas accessibles à d’autres disciplines ni pour la prise de décision, et ne sont pas aptes à résoudre les problèmes ou les programmes de développement d'aujourd'hui.

Sensibilisation et investissements dans la gestion des sols - extrêmement faible dans la mesure où le sol est une ressource précaire et nécessite des soins particuliers de la part de ses utilisateurs

Politique des sols - souvent perçue comme une priorité de second ordre ; absence d’un organe de gouvernance internationale pour soutenir une action coordonnée mondiale.

Besoin de disposer de politiques des sols compatibles et coordonnées - une voix unique et faisant autorité est nécessaire pour mieux coordonner les efforts et mettre en commun les ressources limitées (pour l’agriculture, la foresterie, la sécurité alimentaire, les conventions des Nations Unies relatives à la désertification, la biodiversité et le changement climatique respectivement (CNULCD, CNUCBD, la CCNUCC), la gestion des catastrophes et des sécheresses, la concurrence pour les terres, la planification de l’utilisation des terres rurales et urbaines et leur développement).