FAO.org

Accueil > Forum Mondial de la Banane > Projets > Bonnes pratiques dans le secteur de la banane > Emploi des femmes dans le secteur de la banane

Emploi des femmes dans le secteur de la banane

 

Les femmes représentent en moyenne 43% de la main-d'œuvre agricole dans les pays en développement. Dans la plupart des régions en développement, l'agriculture est la principale source de revenus pour les femmes en milieu rural. Cependant, celles-ci sont généralement moins rémunérées que les hommes et ont des emplois moins stables.

Dans le secteur de la banane, les femmes sont davantage représentées dans la production à petite échelle pour les marchés nationaux et régionaux, tandis que les hommes ont tendance à être plus présents dans la production bananière à grande échelle pour le marché international d’exportation.  

Le Groupe de travail du Forum Mondial de la Banane sur l'équité entre les sexes a lancé une étude en 2014, financée par la FAO, pour analyser les divers niveaux d'emploi des femmes au sein du secteur de l'exportation de bananes dans les principales régions productrices d’Amérique latine, des Caraïbes et d’Afrique.

On estime que les femmes représentent, en moyenne, moins d'un cinquième de la main-d'œuvre mondiale employée dans le secteur de l’exportation de bananes. L’étude a identifié la plus forte participation de femmes travaillant dans la banane dans les Caraïbes (à l'exclusion de la République dominicaine) où 40% à 45% des travailleurs et petits producteurs sont des femmes ; et la plus faible participation en Amérique latine (12,5%), République dominicaine (12,5%) et Côte d'Ivoire (11%).

Une analyse historique et culturelle révèle une corrélation entre les niveaux d'égalité des sexes dans la société et les niveaux d'implication des femmes dans le secteur bananier. La migration est également un facteur explicatif des différences entre les pays, car les responsabilités familiales et les dangers de la migration irrégulière signifient que les femmes sont moins susceptibles d’émigrer pour travailler dans les plantations de bananes.

Les tâches de production jugées appropriées pour les femmes varient considérablement d'une région à l'autre, et parfois entre les pays d’une même région. Alors que les petites productrices des Caraïbes travaillent sur l’ensemble des tâches de la production; en Amérique latine la participation des femmes est presque exclusivement limitée aux stations de conditionnement. L'Afrique occidentale et centrale se trouve entre ces deux situations. Aux Philippines, les femmes sont embauchées pour mener les mêmes activités que les hommes sur le terrain, bien qu'il existe une division des tâches dans les stations de conditionnement où elles procèdent au tri et à la manipulation des fruits tandis que les hommes appliquent les fongicides et soulèvent les charges lourdes.

Cette répartition des rôles basée sur le genre a des conséquences sur l'accès des femmes à l’emploi et constitue le facteur principal de l'écart salarial entre hommes et femmes dans l'ensemble du secteur. En effet, les femmes salariées et les travailleurs occasionnels gagnent significativement moins que leurs collègues masculins.

Le rapport souligne les obstacles suivants à l'emploi des femmes dans le secteur:

  • faible niveau d'éducation formelle et de formation sur le lieu de travail;
  • rôles restreints pour les femmes sur le lieu de travail (les tâches perçues comme physiquement exigeantes sont principalement attribuées aux travailleurs masculins);
  • discrimination en matière d'emploi (perception des femmes comme des salariées «à coût élevé» en raison des obligations de l'entreprise liées à la maternité);
  • fardeau de la «triple journée» (travail, tâches ménagères et garde d'enfants).

Pourtant, l'obtention un emploi dans le secteur de la banane peut constituer une opportunité pour les femmes en termes de génération de revenus, en particulier dans les communautés situées à proximité des bananeraies où il est difficile de trouver un emploi alternatif. L'emploi des femmes dans le secteur a donc un impact important sur le développement socio-économique local (ce dernier aspect nécessiterait une recherche plus approfondie).

Le rapport produit pour le FMB a identifié les problèmes suivants pour les femmes travaillant dans le secteur bananier:

  • la santé et la sécurité des femmes dans les bananeraies, en particulier les femmes enceintes et des mères allaitant;
  • la violence à caractère sexiste à domicile, le harcèlement sexuel sur le lieu de travail;
  • les faibles salaires (à la fois en raison d'une rémunération inégale et du fait que les femmes occupent généralement des fonctions moins rémunérées et plus précaires);
  • le manque de sensibilisation aux questions de genre et de droits des femmes parmi les travailleurs masculins, les employeurs et le secteur l'industrie dans son ensemble;
  • le manque de représentation des femmes dans les plates-formes de prise de décision, y compris les négociations collectives et autres plateformes de négociation et de dialogue social.

Les rapports régionaux décrivent un certain nombre d'innovations de la part des entreprises, syndicats et associations de producteurs qui pourraient constituer des exemples importants pour le secteur au niveau mondial afin de surmonter les défis susmentionnés:

  • campagnes de recrutement ciblées, politiques d'entreprise et clauses dans les conventions collectives visant à accroître l'emploi des femmes;
  • éducation et formation des travailleuses et de leurs familles;
  • avancées en matière de garde d'enfants et d'allaitement maternel;
  • prestation de soins de santé pour les travailleuses et leurs familles;
  • avancées obtenues par négociation collective en faveur des travailleuses;
  • formation spécifique sur l’égalité des sexes et promotion du leadership féminin;
  • formation en entreprise sur des sujets liés aux relations humaines et aux comportements respectueux dans le milieu de travail; et politiques visant à mettre fin au harcèlement sexuel.

Deux initiatives en particulier pourraient servir de source d’information en matière d’égalité des sexes à l’échelle du secteurde l'industrie:

  • L’accord régional Chiquita/IUF/COLSIBA sur les Comités de Femmes, qui vise à promouvoir et à renforcer un environnement de travail sécurisé (sans harcèlement, exclusion ni inégalité), propice à l'amélioration de la performance et au développement personnel et professionnel des employées.
  • La stratégie de genre Fairtrade International (FLO), qui cherche à utiliser la certification Fairtrade comme moyen de développer l'emploi des femmes et le travail décent dans le secteur de la banane et d'autres secteurs.

Pour de plus amples informations sur les problèmes ci-dessus et recommandations sur travail décent et les moyens de subsistance durables pour les femmes dans l'industrie mondiale de la banane, veuillez consulter la vue d'ensemble du rapport. Ces recommandations fournissent un cadre pour les activités en cours du Groupe de travail sur l'équité entre les sexes.

Références

Références

FAO. 2011. Women in agriculture. Closing the gender gap for development

FAO. 2015.The State of Food and Agriculture 2010-11. Closing the Gender Gap in Agriculture and Rural Employment

Urocal. 2012. Women’s rights and gender issues for small producers in Ecuador

Peters, K. FAO Gender report Caribbean. Case Study: Windwards Islands small farmers

BananaLink. Support Caribbean Bananas

H.J. Frundt. 2009. Fair Bananas!

FAO. 2006. Agriculture, trade negociations and gender. Impact of International Agricultural Trade and Gender Equity: Selected Country Case Studies

BananaLink. 2015. Women and the Banana Trade

Chambre d’Agriculture de Côte d’Ivoire website

Fisher, E., Qaim, M., 2012. Gender, Agricultural Commercialization, and Collective Action in Kenya

FAO. Fact Sheet Philippines – Women in Agriculture, Environment and Rural Production

FAO. 2015. Gender opportunities and constraints in inclusive agribusiness models - The case study of Unifrutti in Mindanao, Philippines

BananaLink. Report on Working Conditions of Female Banana Workers in the Republic of Cameroon

Festagro. Mujeres Bananeras en la Lucha

ILO. 2016. Decent work in global supply chains

Food Empowerment Project. Peeling back the truth on bananas.

World Banana Forum, 2012. Diagnosis on the labour rights situation in the global banana industry: Paper on Discrimination

BananaLink. Social Problems

BananaLink. 2012. Women in the banana industry

Cooper, A. 2015. Women in the Banana Export Industry - Global overview (available soon)

CGIAR. 2013. Research Program on Roots, Tubers and Bananas. 2013. Gender Strategy. Version 03

ILO, Decent work in Agriculture, 2003, p. 5.

Gender and Law, FAO Legislative study, 76, Rev.1, 2nd edition, p. 124

IUF. 2011. Diagnóstico social de las mujeres productoras y trabajadoras de banano en las provincias de Azua, Valverde y Montecristi

Festagro. Mujeres Bananeras en la Lucha

IUF. 2015. Empoderando a las Mujeres

Foro Emaus. Health Risks for Women Banana Workers

Ministerio de la Mujer de Republica Dominicana. 2011. Diagnóstico Social de las Mujeres Productoras y Trabajadoras de Banano en las Provincias de Azua, Valverde y Montecristi

ILO. 2012. Freedom of association for women rural workers. A Manual

World Banana Forum. 2014. Labor relations: Successful Cases Within the Banana Industry

Chiquita Brands International. 2012. Corporate Social Responsibility Report