FAO.org

Accueil > La FAO et les migrations

Migration

Les migrations sont les mouvements de personnes à l’intérieur d’un pays ou à travers les frontières. Cela inclut tous les mouvements, quels que soient leurs motivations, leur durée et leur caractère volontaire ou involontaire. Cela comprend les migrants économiques, les personnes déplacées, les réfugiés et les demandeurs d’asile, les rapatriés et les personnes qui se déplacent pour d’autres raisons, y compris pour le regroupement familial. Dans ses travaux, la FAO s'intéresse à la migration rurale, à savoir les mouvements de population depuis les zones rurales et entre les zones rurales elles-mêmes.

La FAO et les migrations

Le phénomène migratoire, ses origines et ses conséquences, doivent être pris en compte dans la lutte contre la faim et contre la pauvreté. Avec sa mission d'éradiquer la faim, de mettre fin à l'insécurité alimentaire et à la malnutrition, d'éliminer la pauvreté et de promouvoir la gestion durable des ressources naturelles, la FAO est particulièrement bien placée pour aider les pays à prendre en compte les dimensions rurales de la migration, ses conséquences pour les populations rurales et ses répercussions sur l'avenir de l'agriculture et des systèmes alimentaires.

Avec ses partenaires, la FAO poursuit ses travaux pour renforcer la contribution positive des migrants en termes de réduction de la pauvreté, d'amélioration de la sécurité alimentaire et de la nutrition ; et de résilience des ménages ruraux.

En 2017, il y a eu 258 millions de migrants internationaux.
Environ un milliard de personnes sont des migrants internes dans les pays en développement.
En 2017, il y avait 68,5 millions de personnes déplacées de force dans le monde.
85% des réfugiés sont accueillis dans des pays en développement.
Les femmes représentent près de la moitié des migrants internationaux.
1/3 de tous les migrants internationaux ont entre 15 et 34 ans.
Les envois de fonds internationaux sont estimés à 613 milliards dollars EU, dont environ 40% sont envoyés dans les zones rurales.
En 2016, les catastrophes climatiques et celles liées à l'eau ont été à l'origine du déplacement de 23,5 millions de personnes.

Migration, agriculture et développement rural

  • Les migrations doivent être un choix, et non pas une nécessité. La coopération internationale doit créer les conditions qui permettent aux communautés de vivre dans la paix et la prospérité dans leur propre pays.
  • Les facteurs négatifs à l'origine des migrations incluent les conflits, les crises d'origine naturelle ou provoquées par les hommes, la pauvreté rurale, l’insécurité alimentaire, l’inégalité, le chômage, le manque de protection sociale ainsi que l’épuisement des ressources naturelles en raison de la dégradation de l’environnement et du changement climatique. La promotion du développement durable et des opportunités dans l'agriculture peut être l'une des solutions à ces facteurs.
  • Investir en faveur d'un développement rural durable, de l’adaptation au changement climatique et dans des moyens d'existence ruraux résilients représente une partie importante de la réponse mondiale au phénomène migratoire.
  • La mise en place de politiques cohérentes prenant en compte les problématiques liées à la migration, à l'agriculture et au développement rural est nécessaire pour que les mouvements migratoires soient sécurisés, ordonnés et réguliers.
  • Pour exploiter au mieux les opportunités que représente le phénomène migratoire, il est nécessaire de faciliter l'investissement des fonds envoyés de l'étranger, mobiliser les migrants et la diaspora et permettre le transfert des connaissances et des compétences.
  • En travaillant avec les gouvernements, les agences des Nations unies, le secteur privé, la société civile, les associations de la diaspora et les communautés locales, la FAO exploite le potentiel de développement que représente la migration pour améliorer la sécurité alimentaire et réduire la pauvreté.

Faits marquants

La réponse de la FAO

La FAO a un rôle actif à jouer dans la prise en compte du phénomène migratoire. En compilant des statistiques et des données sur la migration rurale et ses facteurs, la FAO cherche à combler les lacunes dans les connaissances afin de soutenir des politiques, des programmes et des investissements fondés sur des preuves scientifiques. En sensibilisant le public au rôle crucial que jouent les migrations dans l’agriculture et le développement rural, la FAO aide à définir les nouveaux programmes mondiaux, régionaux et nationaux en matière de migration et s'efforce d'améliorer la cohérence entre les politiques migratoires et les politiques de développement rural. La FAO collabore également avec les parties prenantes pour renforcer leurs capacités à fournir des moyens de subsistance viables dans les zones agricoles et rurales.

L’Organisation vise à protéger le droit à l’alimentation de toutes les personnes qui se déplacent, tout en favorisant leur intégration dans leurs nouvelles communautés et en renforçant la résilience sociale et économique des communautés d’accueil. En travaillant avec ses partenaires et en utilisant les moyens de subsistance agricoles résilients comme un instrument clé, la FAO joue un rôle important en:

  1. s'attaquant aux facteurs négatifs qui obligent les gens à se déplacer et en encourageant les solutions alternatives dans les zones rurales;
  2. facilitant la mobilité rurale et faire en sorte que les personnes puissent se déplacer régulièrement et en toute sécurité entre les zones rurales et urbaines ainsi qu’à travers les frontières internationales;
  3. renforçant la contribution positive des migrants et des personnes déplacées pour les communautés rurales et agricoles;
  4. faisant la promotion de la résilience.

Partagez