Plateformes nationales AGRIS - Géorgie

On présente dans ce document succinct l’activité et l’expérience de la plateforme nationale AGRIS en la Géorgie, avec un aperçu des sciences alimentaires et agricoles et du rôle d’AGRIS dans le pays.

Food and agricultural science in Georgia

L’agriculture a toujours été un élément central pour le développement de la viabilité sociale et économique de la Géorgie, et reste le principal pilier de l’économie géorgienne. Un climat continental modéré, des hivers courts et relativement doux et de longs étés chauds permettent de planter tôt, ce qui donne aux producteurs un fort avantage compétitif, s’ajoutant à des sols et des conditions climatiques favorables pour tous les types de production agricole.

Les bibliothèques numériques nationales jouent un grand rôle pour sensibiliser aux risques de sécurité sanitaire des aliments et plus généralement aux technologies agricoles. Les publications agricoles, les données ouvertes et les plateformes numériques offrent les meilleures directives méthodologiques pour évaluer les politiques agricoles nationales, les systèmes alimentaires, l’agroécologie et la chaîne d’approvisionnement alimentaire.

La société civile de Géorgie, représentée par des organisations telles que Global Open Data for Agriculture and Nutrition (GODAN) [Données ouvertes mondiales pour l’agriculture et la nutrition – site en anglais], AGRIVI et SmartAgriHubs [site en anglais] joue un rôle crucial en utilisant la science, la technologie et l’innovation pour parvenir aux ODD et à un rétablissement viable et résilient de l’épidémie de maladie à coronavirus (COVID-19). Ces programmes fondés sur le savoir et ces plateformes d’apprentissage en ligne sont essentiels pour l’agriculture nationale, outre qu’ils assurent reconnaissance et participation aux organisations et aux communautés de la société civile, partenaires indispensables pour ces tâches. Il faut qu’ils suscitent demande et redevabilité pour la recherche sectorielle et la création de connaissances, les services dépositaires, la diffusion, le contrôle et l’évaluation. Les bibliothèques sont à même de faciliter le réseautage et les échanges avec les communautés scientifiques, et d’encourager une concertation de la société scientifique en soutenant tout ce qui fait avancer les politiques agricoles et les réformes nécessaires.

L’usage croissant des technologies numériques dans l’agriculture peut lancer une transformation de grande ampleur : services et produits améliorés, innovations, meilleure prise de décision, rentabilité et productivité accrues. Les cultivateurs peuvent se servir de technologies novatrices pour réduire les pertes et augmenter la viabilité au début de la chaîne alimentaire. Si on veut suivre le niveau de l’insécurité alimentaire au niveau national, il faut pouvoir comprendre l’ampleur et les tendances du problème au fil du temps. La collecte, l’agrégation et la prise en main des données au niveau local sont indispensables à la lutte contre l’insécurité alimentaire et ses effets.

Dans ce contexte, plusieurs possibilités s’offrent à la recherche agricole et à un rôle accru des bibliothèques au service de l’agriculture numérique :

  • investir dans l’information et la formation, particulièrement pour l’agriculture familiale et coopérative, afin de faire adopter plus largement les nouvelles technologies numériques ;
  • veiller à faire pratiquer de nouvelles méthodes de culture respectueuses de l’environnement et soutenir l’adoption de cultures susceptibles de s’adapter au climat ;
  • développer la recherche sur les moyens d’aider les petits producteurs dans les régions où l’eau est rare ;
  • cibler la recherche sur l’amélioration quantitative et qualitative des aliments pour bétail pour les petites et moyennes exploitations commerciales.

Les bibliothèques et les plateformes de données ouvertes collecteront en mode automatique toutes les données nécessaires, combinant capteurs ou stations de traitement évoluées. L’application des techniques de traitement des données à des sources externes et l’addition de données par les exploitants permettront de réduire les coûts de production, d’optimiser les méthodes de culture (engrais, irrigation, lutte contre les agents pathogènes, choix du moment de la moisson, adaptation physiologique des cultures aux conditions climatiques) et de certifier la qualité des aliments et la viabilité de la production agricole.

La transformation numérique novatrice du système agroalimentaire en Géorgie peut démontrer comment les technologies numériques peuvent accélérer cette transformation : efficience accrue dans les exploitations, accès amélioré des exploitants aux produits, aux intrants et aux marchés financiers, contrôle de qualité et traçabilité renforcés, et meilleures conception et communication des politiques agricoles. Elle pourrait mettre aussi en évidence le rôle clef que peut jouer le secteur public en encourageant l’adoption de technologies novatrices, pour que ce processus aboutisse au maximum d’avantages, tout en en réduisant les risques grâce à un écosystème d’ensembles de données ouvertes, de plateformes numériques, d’entreprenariat numérique, de systèmes de paiement numériques et de compétences numériques. Répondre à ce défi peut susciter et promouvoir de nouveaux concepts, idées et outils dans les conseils et la vulgarisation agricoles qui ont la possibilité de diffuser largement les méthodes agroécologiques.

L’Institut d’information scientifique et technique (TECHINFORMI)

Le TECHINFORMI [site en anglais] a été fondé en 1958 par décret du Cabinet des Ministres de l’ex-République socialiste soviétique de Géorgie en tant qu’institut de recherche pour l’information scientifique et technique. Il a changé plusieurs fois de nom officiel et de statut juridique au cours des 60 dernières années. En 1992 il est devenu l’Institut de recherche géorgien pour l’information scientifique et technique et les études technico-économiques (TECHINFORMI, 2021).

En 1993, par résolution du Cabinet du Premier ministre géorgien, le TECHINFORMI a été chargé de représenter la Géorgie dans les réunions et les organisations internationales d’information scientifique et technique. En 2006, le Gouvernement géorgien l’a doté par décret de la personnalité juridique de droit public, et en 2010 l’a constitué en institution de recherche indépendante à l’Université technique de Géorgie [site en anglais]. Le TECHINFORMI est à l’heure actuelle une des principales organisations de Géorgie pour l’information scientifique et technique.

Ayant pour mission de répandre les informations et les connaissances scientifiques et techniques dans le pays, il est en tant qu’institut de recherche pluridisciplinaire et interdisciplinaire le principal fournisseur de services d’information de Géorgie. Il est aussi l’un des principaux acteurs du système d’information scientifique et technique du pays, où la gestion de l’information dans le secteur agricole est un des sujets d’intérêt dominants.

Le TECHINFORMI et AGRIS

Le TECHINFORMI extrait, traite et diffuse des informations scientifiques et technologiques dans le pays et à l’étranger. Il crée des bases de données ouvertes où sont décrits des produits tels que résultats de projets de recherche et publications, qui sont visibles et accessibles à toute personne intéressée sur la page Web du TECHINFORMI (TECHINFORMI, 2021).

Le TECHINFORMI est devenu en 2021 la Plateforme nationale AGRIS en Géorgie. AGRIS est l’un des plus complets moteurs de recherche dans les documents de sciences alimentaires et agricoles, offrant un accès gratuit à des millions de fiches bibliographiques en 90 langues. Le TECHINFORMI communique régulièrement des références bibliographiques et des notes concernant des travaux de recherche agricole en Géorgie, dans tous les domaines intéressant la FAO, et ajoute des travaux de scientifiques géorgiens à la base de données d’AGRIS de la FAO (FAOc, 2021).

Pertinence d’AGRIS en Géorgie

Les dernières décennies ont vu une nette amélioration des techniques informatiques et des communications, pendant lesquelles le développement des réseaux numériques a révolutionné la façon de stocker et diffuser les données. La science et les résultats de recherche ont toujours joué un rôle important dans le développement de la société moderne, et l’agriculture ne fait pas exception. L’accès aux données scientifiques et aux documents de recherche revêt une importance encore plus cruciale avec la récente épidémie COVID-19, qui a fortement désorganisé les chaînes d’approvisionnement agricole et alimentaire dans le monde. Le développement des systèmes qui sous-tendent la visibilité et l’accessibilité de l’information et des données scientifiques peut être vu comme l’un des principaux indicateurs du développement social dans le monde, contribuant directement aussi au bien-être et à la richesse de la population mondiale.

L’agriculture a toujours été importante pour stimuler la viabilité sociale et économique en Géorgie, et a concouru à son développement économique et social. La Géorgie, et tout particulièrement le TECHINFORMI, ont accumulé une vaste expérience de la diffusion de ressources scientifiques dans le domaine agricole.

La FAO offre de nombreux outils et plateformes stimulant l’information scientifique et les données numériques sur l’alimentation et l’agriculture, et AGRIS est l’un d’entre eux. Le TECHINFORMI fonctionne depuis 2000 comme centre fournisseur de données, et a été désigné en 2021 plateforme nationale AGRIS en Géorgie. Il a depuis lors contribué plus de 1 000 fiches bibliographiques à AGRIS, et 499 documents au cours des seules six dernières années (voir Figure 1).

Documents provided by TECHINFORMI to AGRIS

Figure 1. Documents communiqués par le TECHINFORMI à AGRIS. Source : TECHINFORMI, 2021 

AGRIS sert aussi de plateforme pour échanger avec le monde des informations scientifiques et techniques nationales issue d’institutions universitaires et de recherche géorgiennes. Il exerce un effet important en accroissant directement le niveau des connaissances dans des domaines essentiels du secteur agricole considérés comme les plus pertinents dans l’environnement mondial actuel.

Pour les scientifiques géorgiens, AGRIS sert de grande plateforme de partage d’informations scientifiques nationales issues d’institutions locales de recherche, d’universités et de chercheurs, à qui AGRIS permet de les rendre visibles dans le monde et accessibles parmi des fiches bibliographiques structurées et indexées de haute qualité provenant de fournisseurs internationaux. Pour ce qui est du contenu des données, il importe de souligner que par AGRIS on peut accéder à la littérature grise – communications, actes de conférence, spécifications et normes techniques, traductions non commerciales, bibliographies, documentation technique et commerciale – et à des documents officiels qui ne sont pas indexés dans les grandes bases de données. AGRIS donne la priorité à part égale à la collecte et au moissonnage de documents soumis à un examen critique et de littérature grise, ouvrant l’accès à des informations précieuses dans des domaines de recherche moins populaires.

Avoir accès à la littérature grise concernant l’alimentation et l’agriculture permet aux scientifiques et aux chercheurs géorgiens d’analyser d’autres sources, et leur offre aussi une bonne plateforme d’échange de littérature grise nationale.

AGRIS – Diversité de l’accès à des documents scientifiques multilingues sur l’alimentation et l’agriculture

Les langues utilisées en alimentation et agriculture étant diverses, AGRIS est multilingue. Ce multilinguisme assumé est important pour un accès accru à la littérature scientifique. Il y a là une opportunité exceptionnelle pour les scientifiques et les chercheurs géorgiens. AGRIS donne accessibilité et visibilité à d’énormes quantités d’informations et de connaissances dans différentes langues par le biais d’AGROVOC, le thésaurus multilingue de la FAO, disponible en plus de 40 langues, dont le géorgien. Parallèlement, à manier les mots-clefs d’AGROVOC, les scientifiques géorgiens, de même que les étudiants de mastère et de doctorat, acquièrent la pratique de la terminologie la plus pertinente, courante et correcte pour leurs futurs articles scientifiques.

AGRIS – Réseau international de fournisseurs de données et plateforme d’échange de connaissances

Faire partie d’un groupe de fournisseurs de données de 150 pays (voir figure 2) est un avantage considérable pour la Géorgie, qui participe officiellement aux manifestations et réunions mondiales organisées par la FAO. Cela facilite le partage de vues et de conceptions multiples, et ouvre de nouvelles perspectives au développement de collaborations et de partenariats interculturels et internationaux.

Partager des connaissances entre différents fournisseurs de données d’un très grand nombre de pays en développement et développés aidera la Géorgie à s’intégrer au réseau de collaboration mondiale entre chercheurs.

AGRIS, outil permettant de visualiser l’activité des fournisseurs de données sur la carte du monde

AGRIS offre un outil fort utile, intégré à son interface (tableau de bord institutionnel), qui donne accès à des statistiques telles que le nombre de vues des pages et les visites par pays et par semaine, par mois et par année (voir figure 3), et permet de parcourir les collections des institutions et d’y faire des recherches, ainsi que de filtrer les contenus par fournisseur de données. Il est important de pouvoir suivre à quel point les données sont découvrables et utilisées en interne et en externe, cela permet de déceler des lacunes et de donner la priorité voulue à de nouveaux domaines à développer en vue de concourir à la réalisation des ODD dans le pays et dans le monde.

Techinformi page views

Figure 2. Nombre de vues de pages par mois de juin 2020 à juin 2021. Source : FAOe, 2021

 

Activités à venir

Le TECHINFORMI, en sa qualité de représentant officiel dans AGROVOC et de plateforme nationale AGRIS, continuera à soutenir les établissements d’enseignement locaux, les éditeurs et les organisations non gouvernementales afin de mieux sensibiliser aux avantages du partage de métadonnées. Il se concentrera également sur les paramètres à respecter pour les métadonnées des documents scientifiques pertinents pour AGRIS et d’autres bases de données internationales. Il recherche sans relâche des possibilités d’améliorer et approfondir sa capacité de rendre plus visibles, plus accessibles et plus aisées à utiliser les données et les sciences agricoles de Géorgie et d’encourager ces qualités.

Le TECHINFORMI a planifié en 2021 plusieurs activités destinées à développer et rendre AGRIS encore plus visible, plus accessible et plus aisé à utiliser à l’avant-garde du domaine agricole en Géorgie. Le but en était :

  • de faire la promotion d’AGRIS par l’intermédiaire du TECHINFORMI plateforme nationale, et d’accroître le nombre de fournisseurs de données en Géorgie ;
  • de développer la documentation d’AGRIS et de la promouvoir par des campagnes en faveur d’AGRIS afin d’aider les institutions alimentaires et agricoles locales à répondre aux critères de qualité voulus pour devenir fournisseurs de données d’AGRIS en Géorgie ;
  • d’enrichir la contribution de la Géorgie à AGRIS de documents tels que des pièces uniques de littérature grise ;
  • d’organiser des débats en ligne avec le réseau du TECHINFORMI, d’échanger avec des organisations locales désireuses de devenir fournisseurs de données d’AGRIS et de mener des formations sur la préparation des contenus et la vérification de la qualité ;
  • d’organiser plus de séances en ligne (séances distinctes selon les différents groupes ciblés) sur AGRIS et les avantages qu’il présente en Géorgie ;
  • de donner des orientations aux partenaires susceptibles de se joindre au réseau d’AGRIS ;
  • d’offrir des conseils aux organisations susceptibles de fournir des données ou qui le font sur la manière de soumettre des informations sur les ressources (métadonnées) ;
  • de diffuser et de promouvoir des informations sur les publications d’AGRIS et les manifestations organisées par la FAO.

Bibliographie

FAOa. 2021. Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture [en ligne]. Rome. [consulté le 16 juillet 2021]. https://www.fao.org/home/fr 

FAOb. 2021. Objectifs de développement durable. In : Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture [en ligne]. Rome. [consulté le 16 juillet 2021]. https://www.fao.org/sustainable-development-goals/fr/

FAOc. 2021. AGRIS. In : Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture [en ligne]. Rome. [consulté le 16 juillet 2021]. https://www.fao.org/agris/fr

FAOd. 2021. Fournisseurs de données AGRIS. In : Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture [en ligne]. Rome. [consulté le 16 juillet 2021]. https://www.fao.org/agris/fr/data-providers

FAOe. Fournisseurs de données AGRIS. In : Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture [en ligne]. Rome. [consulté le 16 juillet 2021].  https://agris.fao.org/agris-search/provider_stats.dotspan=?1y

TECHINFORMI. 2021. Institut d’information scientifique et technique [en ligne]. Tbilissi. [consulté le 16 juillet 2021]. https://techinformi.ge/en/