Science, technologie et innovation

Les systèmes agroalimentaires font face à des difficultés complexes et inédites liées au changement climatique, à la perte de biodiversité, aux migrations, aux conflits, à l’instabilité économique et à la covid-19. Les inégalités de revenus se creusent, et une grande partie de la population rurale vit encore dans la pauvreté, voire l’extrême pauvreté. Le monde n’est pas sur la bonne voie pour atteindre l’objectif «Faim zéro» d’ici à 2030.

La FAO estime que la science, la technologie et l’innovation peuvent accélérer la transformation des systèmes agroalimentaires destinée à rendre ceux-ci plus efficaces, plus inclusifs, plus résilients et plus durables, en vue d’améliorer la production, la nutrition, l’environnement et les conditions de vie, en ne laissant personne de côté.
Dernières nouvelles

Événement hybride,

Évènements
FAO Science and Innovation Forum
17/10/2022 - 21/10/2022

17 October 2022 | 14.00-16:00 (CEST) | Opening Ceremony | FAO headquarters (Rome, Italy) 


Video
FAO's first ever Science and Innovation Strategy

The  FAO Science and Innovation Strategy promotes a holistic approach to minimize trade-offs using science, technologies and innovation, and enabling policies particularly for low- and middle-income countries, small-scale producers, women, youth and Indigenous Peoples.

Actualité
Europe and Central Asia: Promoting green agriculture to transform local agrifood systems
28/07/2022

FAO rolls out its global initiative “One Country One Priority Product”

Publications
Small-scale producers in sustainable agrifood systems transformation
09/2022

If the world is to transition towards agrifood systems that are more sustainable and equitable, small-scale production systems will be key to progress.

Stratégie
Stratégie de la FAO en matière de science et d’innovation

FAO’s first ever Science and Innovation Strategy endorsed in June 2022.

Annexe D, Rapport du Conseil de la FAO ( page 45). 

Messages clés
Le Cadre stratégique de la FAO pour 2022-2031 s’articule autour de la transition vers des systèmes agroalimentaires plus efficaces, plus inclusifs, plus résilients et plus durables, qui doivent permettre d’améliorer la production, la nutrition, l’environnement et les conditions de vie – les quatre améliorations –, en ne laissant personne de côté.
Il est essentiel de tirer parti de la science, de la technologie et de l’innovation pour lutter contre la pauvreté, la faim et la malnutrition. La FAO intègre la science, la technologie et l’innovation pour offrir des solutions destinées à accroître la productivité alimentaire tout en renforçant la résilience face au changement climatique, en protégeant les ressources naturelles, en améliorant l’accès à des aliments sûrs, à l’eau potable et à une énergie propre, en améliorant les moyens d’existence et en contribuant à la santé des êtres humains, des animaux, des plantes et de la planète.
Les technologies et les innovations doivent être adaptées aux besoins des petits producteurs et accompagnées d’investissements importants dans les infrastructures rurales ainsi que dans la formation et l’apprentissage de ceux à qui elles profiteraient le plus, faute de quoi elles risqueraient d’accentuer les disparités.
La FAO élabore actuellement sa toute première stratégie en matière de science et d’innovation, laquelle contribuera à renforcer le recours à la science et à l’innovation dans ses interventions techniques et ses orientations normatives.
Il est indispensable de concevoir l’innovation de manière globale – elle ne concerne pas seulement les nouvelles technologies, mais aussi le financement, la constitution de réseaux et les nouveaux modèles économiques. Pour obtenir des résultats à grande échelle, il convient de nouer de nouveaux partenariats porteurs de transformation.

Le rôle de la FAO dans la science, la technologie et l’innovation

La FAO contribue à renforcer les liens entre la science, la recherche et le développement, apporte sa pierre aux activités scientifiques (par exemple grâce à ses activités sur les données), et met au point des innovations qui peuvent être d’ordre institutionnel (telles que le Codex Alimentarius), social (telles que les écoles pratiques d’agriculture), ou encore technologique (telles que la plateforme géospatiale de l’Initiative Main dans la main), par exemple.

La FAO transpose les avancées scientifiques et les innovations émanant d’autres acteurs en outils pratiques et en orientations à l’appui du développement. Elle fournit aux pays des orientations en ce qui concerne les pratiques, approches, méthodes et outils novateurs. Elle soutient par ailleurs les mécanismes multipartites, plateformes et processus innovants étayés par une démarche scientifique.

Grâce à son statut particulier d’institution spécialisée des Nations Unies et de médiatrice des processus intergouvernementaux, la FAO est bien placée pour favoriser les rapprochements entre les partenaires techniques, financiers et de développement, les décideurs, les producteurs, les scientifiques et les innovateurs dans tous les secteurs des systèmes agroalimentaires, dans le cadre d’un programme d’action mondial commun. Les organes directeurs et statutaires de la FAO peuvent faire office d’interface entre la science et les politiques.

La FAO se trouve dans une position privilégiée pour réunir l’ensemble des acteurs des systèmes agroalimentaires autour de la table afin qu’ils discutent et débattent de questions scientifiques controversées, notamment le déséquilibre des rapports de forces et les inégalités socioéconomiques existants. Elle est, en outre, idéalement placée pour aider ses Membres à renforcer leurs cadres d’action nationaux afin de faire progresser la science et l’innovation, à définir les priorités de la recherche aux échelons régional et mondial et à les communiquer aux grandes institutions de recherche.

La FAO se trouve dans une position privilégiée pour réunir l’ensemble des acteurs des systèmesagroalimentaires autour de la table afin qu’ils discutent et débattent de questions scientifiques controversées, notamment le déséquilibre des rapports de forces et les inégalités socioéconomiquesexistants. Elle est, en outre, idéalement placée pour aider ses Membres à renforcer leurs cadres d’action nationaux afin de faire progresser la science et l’innovation, à définir les priorités de larecherche aux échelons régional et mondial et à les communiquer aux grandes institutions de recherche.


Science

La science peut être indispensable pour y voir clair dans des systèmes agroalimentaires complexes, analyser leur fonctionnement, trouver les synergies spatiales et temporelles à créer et les arbitrages à réaliser entre les différentes dimensions et entre une multiplicité de secteurs, et concevoir des politiques intégrées cohérentes.

Technologie

La technologie occupe une place essentielle dans l’ensemble de solutions nécessaires à la transformation des systèmes agroalimentaires; l’élaboration et la diffusion de nouvelles technologies et des connaissances connexes peut être un puissant moteur du développement durable.

Innovation

L’innovation est un élément moteur essentiel pour parvenir à un monde libéré de la faim et de la malnutrition. Les innovations technologiques, sociales, politiques, institutionnelles et financières sont indispensables à la transformation des systèmes agroalimentaires.

Science, technologie et innovation et ODD

Au cœur du Programme de développement durable à l’horizon 2030, la science, la technologie et l’innovation se retrouvent dans de nombreuses cibles des objectifs de développement durable (ODD). Plusieurs cibles en rapport avec les systèmes agroalimentaires tiennent compte de la technologie (les cibles 2a, 6a et 14a, qui concernent respectivement l’agriculture et l’infrastructure rurale, l’utilisation de l’eau et la technologie marine). D’autres ODD comprennent des cibles sur les technologies en lien avec l’énergie, l’autonomisation des femmes, l’infrastructure et l’industrialisation, ainsi que les moyens de mise en œuvre (par exemple, les partenariats).

L’innovation intervient en ce qui concerne la productivité économique, la création d’emplois décents, le développement industriel et les capacités des pays en développement. La science (comme la technologie et l’innovation) est considérée comme un moyen essentiel de réaliser les ODD. Le Mécanisme de facilitation des technologies, établi dans le cadre du Programme de développement durable à l’horizon 2030, géré par son Groupe de travail interinstitutions des Nations Unies pour la science, la technologie et l’innovation (dont la FAO est un membre actif), est un instrument de coopération multipartite ayant pour mission de promouvoir la coordination au sein du système des Nations Unies. 

SDG 01 - No Poverty SDG 02 - No Poverty SDG 02 - No Poverty SDG 02 - No Poverty SDG 02 - No Poverty SDG 02 - No Poverty SDG 02 - No Poverty SDG 02 - No Poverty SDG 02 - No Poverty SDG 02 - No Poverty SDG 02 - No Poverty SDG 02 - No Poverty SDG 02 - No Poverty SDG 02 - No PovertySDG 02 - No Poverty SDG 02 - No Poverty SDG 02 - No Poverty