FAO.org

Accueil > Systèmes Ingénieux du Patrimoine Agricole Mondial (SIPAM) > SIPAM autour du monde > SIPAM reconnus > Afrique du Nord et Proche Orient > Système oasien de l'Atlas marocain
Systèmes Ingénieux du Patrimoine Agricole Mondial (SIPAM)

Oases System in Atlas Mountains

 

 

Résumé

Situation: Le Imilchil-Amellago, Haut Atlas de l’Est, Maroc.

Surface du SIPAM: 309.000 ha

Population travaillant pour ce système: 38 000 pers.

Caractéristiques topologiques : rares ressources en sols fertiles avec seulement 2% des terres arables

Classification climatique: conditions climatiques extrêmes sèches

Groupes ethniques / populations autochtones: les tribus amazighes Ait Marghad et Ait Hdidou (Berbères, habitants pré arabe).

Principales sources de revenu: vivant principalement de la production d'autosuffisance

-------------------------------------------------------------------------------------------

Dans le Haut Atlas du Maroc, les communautés locales doivent faire face à des conditions climatiques extrêmes pour survivre. Malgré les rares ressources en eau, les agriculteurs ont réussi à créer des systèmes adaptés non seulement pour répondre à leurs différents besoins pour survivre dans cette région. Loin des villes, ces communautés sont essentiellement auto-suffisantes répondant à leurs besoins et conservant leurs principaux traits culturels.

Leur système agroforestier intègre une production de légumes, de céréales et de fruits avec de l’élevage. Ces agriculteurs pratiquent des rotations culturales et différentes techniques d’agroforesterie. L'ensemble du système est organisé avec une gestion de l'eau remarquable: les communautés locales ont construit un système hydraulique appelé khettara consistant à drainer les aquifères par gravité à travers des tunnels.

Ce système a été maintenu à travers les générations avec un aspect culturel fort et une organisation sociale basée sur ce mode de vie rural. Par ailleurs, les collectivités locales tentent de préserver des siècles de connaissances et des techniques telles que les médecines traditionnelles, l'architecture, etc. Les oasis froids de l'Atlas de l'Est ont façonné les paysages les rendant uniques. Grace à leurs connaissances et leur conservation des sols et de l'eau, les communautés locales sont aujourd’hui les gardiens de ces montagnes.