FAO.org

Accueil > Passerelle sur l’aviculture et les produits avicoles > Aviculture > Le bien-être des animaux
Passerelle sur l’aviculture et les produits avicoles

Le bien-être des animaux

Le bien être des volailles est important pour des raisons tant éthiques que pratiques. D'un point de vue éthique, les volailles ont un degré suffisant de conscience et de «sensation» pour ressentir la douleur si leur santé est mauvaise, ou la privation s’ils sont logés de façon précaire. D'un point de vue pratique, les producteurs qui travaillent à l’amélioration du bien-être de leurs troupeaux de volailles se positionnent favorablement sur le marché car le consommateur est sensible à cet aspect.

De nombreux progrès ont été réalisés au cours des vingt dernières années dans le développement de méthodes reconnues pour mesurer le bien-être des animaux en aviculture intensive. Les recherches scientifiques réalisées sur la capacité d'adaptation et les préférences des poules ont permis le développement d’outils visant à mesurer le bien-être des poules pondeuses et des poulets de chair dans les exploitations commerciales. La disponibilité de méthodes quantitatives précises est la première étape pour améliorer le bien-être des volailles. Il existe des incitateurs économiques importants qui favorisent l’action lorsque des problèmes de bien-être sont détectés car l’amélioration du bien-être se traduit souvent par une amélioration de la production.

Cependant, les normes pour le bien-être des volailles doivent être parfois renforcées par une législation appropriée. Certains pays ont interdit (ou ont l'intention d'interdire) les systèmes de logement tels que les cages conventionnelles pour les poules pondeuses. La législation peut aussi fixer des limites sur des facteurs comme la densité au mètre carré pour les poulets de chair. Les producteurs qui participent à des programmes de certification volontaire sont à même d’obtenir un meilleur bien-être pour leur volaille.

Dans les systèmes avicoles extensifs à petite échelle des pays en développement, les oiseaux sont principalement issus de races indigènes et sont par conséquent plus en mesure de s’adapter à l’environnement local que les races commerciales. Toutefois les risques de transmission des maladies sont élevés et causent des souffrances et une mortalité élevée chez les oiseaux. Les autres préoccupations communes liées au bien-être sont la mauvaise alimentation et le manque d’accès à de l’eau propre et fraîche. Dans les climats chauds, les oiseaux peuvent avoir des difficultés à se tenir au frais si un abri naturel ou artificiel ne leur est pas fourni.