Contexte

En dépit des efforts déployés aux échelons national et international pour combattre la faim et réduire l’insécurité alimentaire, le nombre de personnes sous-alimentées dans le monde, proche du milliard en 2010, reste outrageusement inacceptable. L’Asie-Pacifique est la région qui présente le plus grand nombre de personnes sous-alimentées (3.5 millions) mais les chiffres restent très élevés en Afrique subsaharienne où 28% de la population est encore victime de la sous-alimentation (SOFI 2010).

Pour renverser cette tendance, il est important d’appréhender la façon d'améliorer l'efficacité de politiques et des programmes actuellement mis en œuvre à l'échelle mondiale, nationale et locale en termes d'impact sur la réduction de la faim. À cet effet,  il faut accorder une plus grande attention à la création d'un environnement plus favorable à la sécurité alimentaire, à la mise en place de systèmes plus efficients et efficaces pour l’élaboration (cartographie), le suivi et l’évaluation des politiques et des programmes, ainsi qu’à l’adoption d’approches plus efficaces de gestion axées sur les résultats dans le domaine de la sécurité alimentaire. Ceci devrait permettre d’améliorer l’efficacité, de garantir une meilleure reddition de comptes et surtout de jeter les bases d’un apprentissage plus systématique des succès et des échecs du combat contre la faim, l’insécurité alimentaire et la malnutrition.

Justification

Le rapport de l’évaluation externe indépendante  de la FAO publié en 2007 souligne la nécessité de redoubler d’efforts pour mettre au point un cadre stratégique de l’Organisation  intégré à la planification traditionnelle de l’organisation, cristallisée dans le document Plan à moyen terme et le Programme de travail et Budget.

En novembre 2009, la conférence de la FAO a adopté un Cadre stratégique renouvelé pour la période 2010-2019, portant sur les 3 objectifs mondiaux des membres de la FAO dans le contexte des objectifs du Millénaire pour le développement. La Conférence a également adopté 11 objectifs stratégiques (OS), objectifs fonctionnels (OF) et fonctions centrales (FC) pour la FAO, ainsi que l’environnement favorable à l'action de la FAO et les moyens dont elle doit se doter.

Dans ce contexte, l'Agence flamande de Coopération internationale (FICA) a manifesté, au nom du gouvernement de Flandre et dans la foulée des activités qu’elle mène pour soutenir la sécurité alimentaire dans la région de l'Afrique australe, son intention d’apporter également un soutien de type transversal au travail normatif de l’Organisation dans le domaine de la sécurité alimentaire et du combat contre la faim, en particulier en ce qui concerne l’Afrique australe.

Les activités qui recevront le soutien de la FICA, telles qu'elles sont proposées dans cette note, devront s’appuyer sur les ressources, les outils et les techniques mis au point par la FAO et contribueront à l'obtention des résultats prévus dans le Cadre stratégique de la FAO, en particulier l’objectif stratégique (H) relatif à l’amélioration de la sécurité alimentaire et de la nutrition, et le résultat organisationnel 1 (H01OR1) consigné comme suit : « Les pays et autres parties prenantes ont renforcé leur capacité de formuler, de mettre en œuvre et de superviser des politiques, des stratégies et des programmes cohérents qui s’attaquent aux causes profondes de la faim, de l’insécurité alimentaire et de la malnutrition. »

Financé par