Portail d’appui aux politiques et gouvernance
©Benedicte Kurzen/NOOR for FAO

Protection sociale

En 2013, la protection sociale a contribué à sortir 150 millions de personnes de l’extrême pauvreté. Mais seuls 45 % de la population mondiale sont couverts par au moins une prestation sociale. Les résidents des régions rurales, notamment, n’en bénéficient pas.

Renforcer les systèmes de protection sociale dans le but de réduire la pauvreté et d’éradiquer la faim.

En collaboration avec les gouvernements et des partenaires, l’Organisation œuvre à intégrer la protection sociale dans les politiques nationales de développement rural, dans les stratégies relatives à la sécurité alimentaire et à la nutrition ainsi que dans les plans d’investissement. Elle accorde la plus haute importance à son élargissement aux régions rurales et aide les pouvoirs publics à concevoir, mettre en œuvre et évaluer des systèmes bénéficiant aux populations rurales pauvres.

Non seulement la protection sociale est en mesure de réduire l’extrême pauvreté et de renforcer la sécurité alimentaire, mais elle peut aussi augmenter la résilience aux crises des ménages et inciter les familles rurales à investir dans la production agricole. La FAO définit trois catégories de mesures de protection sociale : l’aide sociale (p. ex., transferts monétaires), l’assurance sociale (p. ex., assurance-maladie) et les programmes liés au marché du travail (allocations chômage).

Messages clés

  • Il convient de considérer la protection sociale comme un investissement et non comme un coût. Des mécanismes de protection sociale bien conçus et correctement mis en œuvre non seulement génèrent de multiples impacts productifs et sociaux, mais peuvent aussi dynamiser la croissance économique locale. Le but est de dynamiser le potentiel économique et productif des ménages ruraux et de maximiser l’impact de la protection sociale sur la transformation rurale.
  • Les programmes de protection sociale réduisent l’insécurité et contribuent à lutter contre les déterminants sociaux et économiques de la malnutrition. Ainsi, la protection sociale peut donner accès à une nourriture plus abondante et de meilleure qualité et permettre aux ménages pauvres de diversifier leur consommation alimentaire, souvent grâce à l’augmentation de leur propre production.
  • La protection sociale constitue également une composante cruciale des stratégies de réduction de la pauvreté rurale. Grâce à l’allègement des contraintes pesant sur le crédit, l’épargne et les liquidités, elle est à même de soutenir directement et d’améliorer les moyens d’existence agricoles. L’aide sociale assure le socle minimal de sécurité des revenus requis pour garantir la sécurité alimentaire et rendre possible une activité de subsistance à petite échelle. L’assurance sociale atteint les populations vulnérables et permet aux résidents des régions rurales de gérer les risques inhérents aux activités agricoles. L’accès à une protection sociale adéquate dans les régions rurales a des implications en matière de gestion des risques et d’inclusion économique.
  • La protection sociale renforce également la résilience des ménages ruraux et leur capacité à atténuer leur vulnérabilité face aux catastrophes naturelles et d’origine humaine, dont celles liées aux variations du climat, au changement climatique et aux conflits. En outre, elle est potentiellement capable de surmonter les obstacles économiques et de permettre aux ménages pauvres d’adopter des moyens d’existence plus productifs et plus durables, notamment des pratiques intelligentes face au climat.
  • En dépit de leurs impacts cruciaux, le maintien et l’optimisation du rôle de la protection sociale requièrent une approche globale. La protection sociale est d’autant plus efficace qu’elle est intégrée à des stratégies multisectorielles axées sur le développement agricole, la sécurité alimentaire et nutritionnelle, la gestion des ressources naturelles et la réduction de la pauvreté rurale. Les faits ont montré que les bénéfices de la protection sociale augmentent lorsque les ministères, les organisations locales et les partenaires collaborent dans le but d’assurer la cohérence et la compatibilité des politiques.

 

 

Ressources mises en avant

Share this page