Droit à l'alimentation

Rôle de la FAO dans la réalisation du Droit à l’alimentation

Malgré les progrès significatifs accomplis dans la réduction de la faim et de la dénutrition au cours des 25 dernières années, 690 millions de personnes souffrent quotidiennement de la faim.

La concrétisation du droit à une alimentation adéquate va au-delà d’une promesse à réaliser sur la base d’actions de bienfaisance. Il s’agit d’un droit humain pour chaque femme, homme et enfant, que doivent respecter les gouvernements et les acteurs non étatiques moyennant l’application de mesures adéquates. Le programme de développement durable à l’horizon 2030 met l’accent sur l'intensification de l'action et la mise en œuvre de mesures de transformation pour éradiquer la pauvreté et venir à bout de la faim et de toutes les formes de malnutrition, sachant que les objectifs de l’éradication permanente de la faim et la concrétisation du droit à une alimentation adéquate pour tous sont parfaitement réalisables.

Toutefois, le scénario du statu quo ne suffira pas pour parvenir à la réalisation des objectifs de développement durable (ODD). Le droit à une alimentation adéquate peut contribuer à un changement transformateur en créant des synergies au sein de l’environnement politique existant, dans chaque contexte, de manière à renforcer la cohérence entre les différents secteurs concernés. 

Un long chemin

Au fil des années, des progrès substantiels ont été accomplis à différents niveaux. À l’échelle mondiale, le droit à une alimentation adéquate est entériné depuis plus de 35 ans comme droit humain juridiquement contraignant dans le droit international et, depuis lors, des garanties juridiques supplémentaires ont été accordées à des groupes spécifiques, comme les femmes, les enfants et les personnes handicapées.

En 2004, les états membres de la FAO ont adopté à l’unanimité les Directives volontaires à l'appui de la concrétisation progressive du Droit à une alimentation adéquate dans le contexte de la sécurité alimentaire nationale (Directives sur le droit à l'alimentation) qui offrent des orientations pratiques sur la façon de mettre en œuvre le droit à une alimentation adéquate dans un large éventail de sphères programmatiques et politiques.

Plus récemment, dans certains documents concertés à l’échelle internationale visant la réalisation du droit à l’alimentation tels que les Directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts dans le contexte de la sécurité alimentaire nationale, ou comme but réaffirmé par le Secrétaire général des Nations Unies à la lumière du Défi Faim Zéro, la concrétisation du droit à l’alimentation tient une place de plus en plus prioritaire dans l’agenda international. 

Liens entre le droit à l’alimentation et l’action de la FAO à l’appui des ODD

Les travaux menés en faveur du droit à l’alimentation sous-tendent une approche transversale qui contribue à et a un impact sur l’éradication de la faim, de l’insécurité alimentaire et de la malnutrition (ODD2). Ainsi, le droit à l’alimentation renforce l’environnement propice à une réduction plus rapide de la faim et de la malnutrition:

Meilleure conception des politiques: les gouvernements ciblent leurs efforts sur les personnes les plus vulnérables, mettent l’accent sur la participation de multiples parties prenantes et sur la transparence des processus, et contribuent à la réalisation du droit à une alimentation adéquate. Un soutien est apporté aux pays pour qu’ils protègent juridiquement le droit à une alimentation adéquate moyennant l’application de dispositions constitutionnelles, de lois et de réglementations nationales, ainsi que pour renforcer leurs cadres politiques et programmatiques afin d’en assurer la concrétisation.

Accroissement des investissements: une capacité accrue des représentants des gouvernements, des parlementaires et de la société civile de mener des analyses budgétaires et d’assurer le suivi des dépenses se traduit par une plus grande effectivité et efficacité des dépenses publiques en matière de sécurité alimentaire et nutritionnelle .

Amélioration de la gouvernance: le dialogue et les mécanismes de coordination entre les parties prenantes sont renforcés. L’autonomisation des membres de la société civile oblige les fonctionnaires gouvernementaux à rendre des comptes afin d’améliorer la conception et la mise en œuvre des interventions en matière de sécurité alimentaire et nutritionnelle

Soutien fondé sur les preuves: les normes et les principes, les politiques, les programmes et les lois en matière de droits de l’homme sont périodiquement évalués afin d’améliorer leur impact sur les personnes vivant dans l’insécurité alimentaire et souffrant de malnutrition, ainsi que pour s’attaquer aux causes fondamentales de la faim.

Le Sommet mondiale sur les systèmes alimentaires

Avec seulement 10 ans restants avant l'échéance de 2030, le monde est loin de pouvoir atteindre les ODD. La transformation des systèmes alimentaires offre l'une des opportunités les plus fortes que nous disposons pour réaliser la vision du Programme 2030 et «reconstruire en mieux» à partir du COVID 19.

Le Sommet mondiale sur les systèmes alimentaires sera convoqué par le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, pour tirer parti de ces changements afin de progresser dans tous les ODD.

Le Sommet accordera une attention particulière à la réalisation de cinq objectifs (Actions Tracks, en anglais). La FAO sera l'agence d'ancrage des Nations Unies pour la première: garantir l'accès à des aliments sains et nutritifs pour tous. En collaboration avec les autres agences de l'ancrage, la FAO fournira une assistance technique ainsi qu'un lien vers l'expérience et l'expertise plus larges de l'ensemble du système des Nations Unies, et supervisera le soutien aux activités de suivi du Sommet.

L´objectif 1 soutiendra la réalisation progressive du droit à l'alimentation en visant à éliminer la faim et à améliorer les niveaux de nutrition en permettant à toutes les personnes à tout moment d'avoir accès à des quantités suffisantes de produits alimentaires abordables et sûrs qui, ensemble, constituent une alimentation saine qui est nutritionnellement équilibré et fournit un apport nutritionnel quotidien adéquat.

Le Droit à l'alimentation à la FAO

L’équipe du droit à l’alimentation de la FAO soutient la mise en œuvre du droit humain à une nourriture adéquate sur la base des Directives sur le droit à l’alimentation. Elle élabore des méthodes et des instruments visant à épauler les parties prenantes dans la mise en œuvre du droit à l’alimentation, ainsi que du matériel d’information et de formation pour faciliter la sensibilisation et la compréhension des ayants droit, des ayants obligation, de la société civile et du grand public à propos du droit à l’alimentation, et soutient la mise en œuvre initiale du droit à l’alimentation et des Directives à l’échelle nationale.

L’équipe travaille en étroite collaboration avec le Bureau juridique de la FAO,  pour aider les états membres de la FAO à élaborer une législation qui contribue à la réduction de la faim et à l’élimination de la pauvreté, ainsi qu’avec la part des partenariats, des activités de plaidoyer et du renforcement des capacités, qui est chargée de l’élaboration des outils, des méthodologies et de la vision à long terme qui permettront à la FAO de s’engager de façon active au sein de ces alliances, de promouvoir ses messages et de renforcer les capacités dans tous les domaines relevant des objectifs stratégiques de la FAO.

 

 

Partagez