FAO.org

Accueil > Appui aux politiques et gouvernance > Thèmes de politiques > Autonomiser les personnes
Appui aux politiques et gouvernance
©FAO

Autonomiser les personnes

Un habitant sur cinq des pays en développement vit avec moins de 1,90 $ par jour. 75 % de ces personnes résident dans des régions rurales. Leur subsistance dépend directement de l’agriculture familiale, des ressources forestières, de l’élevage et de la pêche.

Autonomiser les personnes pour réduire la pauvreté rurale.

Le développement d’un secteur agricole plus inclusif passe par l’investissement dans les personnes ainsi que par le renforcement des organisations de producteurs et des institutions rurales. Ce type d’investissement est porteur d’un considérable potentiel de croissance économique équitable et apte à réduire la pauvreté rurale.

La FAO collabore à la conception et à la mise en œuvre de stratégies de développement et de réduction de la pauvreté rurale avec des États membres et des partenaires. Elle axe son action sur l’accès accru des ménages ruraux pauvres aux connaissances, à la technologie, à des services de conseil et financiers ainsi qu’à des emplois décents. Elle s’efforce également de renforcer leur capacité à gérer les ressources naturelles, de les associer à des chaînes de valeur agricoles et alimentaires afin d’améliorer leur accès au marché et de renforcer la protection sociale.

Messages clés

  • Les politiques doivent soutenir et renforcer les institutions rurales, notamment les organisations, les coopératives et les réseaux de producteurs. L’amélioration de l’organisation des petits producteurs favorise le dialogue avec les organismes publics et les parties prenantes privées, permet aux agriculteurs, aux éleveurs ou aux pêcheurs de mieux se faire entendre et améliore leur accès aux marchés agricoles, à l’épargne, au crédit et aux informations.
  • L’expérience a montré que l’autonomisation des petits producteurs ruraux peut se traduire par une réduction majeure de la pauvreté rurale. Les politiques doivent faciliter l’autogestion des terres et des ressources productives et augmenter l’accès aux services sociaux et financiers ainsi qu’aux marchés nationaux et à l’exportation. Il est particulièrement important de s’attaquer aux inégalités entre les femmes et les hommes dans ces différents domaines.
  • Il est urgent d’améliorer l’accès des petits producteurs ruraux à la technologie, aux connaissances agricoles et aux informations sur les marchés. Les politiques doivent s’efforcer d’améliorer et d’élargir les possibilités d’éducation des hommes et des femmes des régions rurales grâce aux technologies d’information modernes et à des pratiques innovantes en matière de fourniture de services de conseil.
  • Des politiques relatives aux marchés et aux échanges commerciaux qui profitent aux petits agriculteurs, aux pêcheurs, aux éleveurs et aux communautés dépendantes de la forêt contribueront à favoriser le développement, à renforcer la sécurité alimentaire, à réduire la pauvreté et à optimiser la durabilité environnementale. La souplesse de leurs politiques nationales permet aux pays en développement de trouver l’équilibre entre les besoins des consommateurs pauvres et ceux des producteurs ruraux.
  • L’autonomisation des populations rurales pauvres est essentielle à la réalisation des objectifs de développement durable à l’horizon 2030. Les questions d’accès et d’autonomisation jouent un rôle majeur dans la réalisation des cibles de l’Objectif 1 relatif à l’éradication de l’extrême pauvreté, à la diminution de moitié minimum du nombre de personnes vivant dans la pauvreté et à un droit équitable d’accès aux ressources.

Ressources mises en avant

Share this page