FAO.org

Accueil > Appui aux politiques et gouvernance > Thèmes de politiques > Pêche artisanale durable
Appui aux politiques et gouvernance
©FAO/Bernal Vilela

Pêche artisanale durable

Les moyens d’existence de plus de 120 millions de personnes dépendent de la pêche de capture. La pêche artisanale génère les deux tiers des prises destinées à la consommation humaine directe et 90 % des emplois du secteur.

Soutenir les artisans pêcheurs, les travailleurs du secteur des pêches et leurs communautés.

Le secteur est confronté à de multiples défis dont, notamment, sa faible représentation et son faible poids dans la gestion des ressources, le déclin des stocks halieutiques, la concurrence d’autres secteurs (p. ex., industrie, tourisme) et le nombre restreint de moyens d’existence alternatifs.

La FAO est le fer de lance d’un processus participatif élargi qui a débouché sur le premier instrument international consacré à la défense et à la promotion des pêches maritime et continentale artisanales, les Directives volontaires visant à assurer la durabilité de la pêche artisanale dans le contexte de la sécurité alimentaire et de l’éradication de la pauvreté.

Ce document privilégie une approche fondée sur les droits de l’homme, qui, au-delà de la chaîne de valeur des pêches, tient compte des questions de genre, du développement social, de l’emploi, des changements climatiques, des risques de catastrophe et du commerce. La FAO collabore à leur mise en œuvre avec des gouvernements, des instances régionales en charge des pêches, des organisations de pêcheurs artisanaux et d’autres partenaires. En savoir plus ici.

Messages clés

  • De grandes flottilles industrielles et des intérêts politiques dominent la gestion des pêches. Les politiques doivent se recentrer sur la réponse aux besoins et aux difficultés de la pêche artisanale, qui constitue une source cruciale d’emploi, de moyens d’existence, d’alimentation et de nutrition pour des millions de familles et de communautés côtières.

  • Les Directives sur la pêche artisanale adoptées par les pays membres en 2014 sont issues d’un consensus mondial sur les principes, les bonnes pratiques et les orientations qui assureront la durabilité de la pêche artisanale et permettront aux artisans pêcheurs, aux travailleurs du secteur des pêches, à leurs communautés et à la société en général de tirer pleinement profit de cette activité. Il revient maintenant aux ministères et aux décideurs de les mettre en œuvre.

  • Les Directives sur la pêche artisanale prônent la collaboration entre les agences gouvernementales, les organisations d’artisans pêcheurs, les communautés de pêcheurs et d’autres parties prenantes. Il convient notamment d’améliorer la collaboration entre les ministères et d’assurer la cohérence des politiques car la pêche artisanale touche au commerce, à l’environnement, au tourisme, au développement socio-économique et aux questions de genre.

  • Les politiques doivent s’efforcer d’améliorer la disponibilité des données, les définitions et les informations disponibles sur la pêche artisanale, notamment dans les contextes où les prises ne sont pas signalées et où le commerce est informel, afin de mieux quantifier l’importance, la valeur monétaire et l’échelle de ce secteur et de mieux analyser les problèmes connexes.

  • Les pays devront résoudre les problèmes que rencontre la pêche artisanale pour réaliser de nombreux aspects des Objectifs de développement durable à l’horizon 2030, et notamment la cible 14.b de l’Objectif 14 sur la « vie aquatique » visant à « garantir aux petits pêcheurs l’accès aux ressources marines et aux marchés ». 

Ressources mises en avant

Share this page