FAO.org

Accueil > agriculture > Programme de Gestion intégrée de la production et des déprédateurs en Afrique > Activités > Autonomisation des communautés
Programme de Gestion intégrée de la production et des déprédateurs en Afrique
Photo: ©FAO/Riccardo Gangale

Le programme de gestion intégrée de la production et des déprédateurs (GIPD) de la FAO s’appuie sur la formation, la diffusion et la participation communautaire afin d’aider les agriculteurs à augmenter durablement la production agricole, à réduire leur utilisation de pesticides hautement toxiques et à commercialiser plus efficacement leurs produits.

Autonomisation des communautés à travers les clubs d’écoute communautaires

Les personnes vivant dans les communautés rurales sont souvent coupées des informations vitales et des moyens de communication. Les clubs d’écoute communautaires (CEC) – mis en place par FAO Dimitra en 2006, tout d’abord en République démocratique du Congo et plus tard dans d’autres pays africains – cherchent à changer cela en offrant un espace pour le partage d’informations et de connaissances, la discussion et la prise de décision collective. Le concept est d’encourager chacun – en particulier les femmes et les jeunes – à s’impliquer davantage dans les décisions économiques, sociales et politiques qui affectent leurs vies, leurs moyens de subsistance et leurs communautés.

Les CEC se réunissent régulièrement et choisissent un thème ou un sujet d’intérêt qui peut aller de pratiques agricoles mises à jour, de questions foncières, de l’accès à l’eau ou de la nutrition jusqu’à la prévention du VIH. Ensuite, un journaliste ou un facilitateur prépare un programme radio interactif basé sur le sujet choisi qui est diffusé dans les langues locales via la radio communautaire ou rurale – un bon moyen d’atteindre les communautés éloignées en Afrique.

Suite à la diffusion, les membres débattent des questions et invitent parfois un expert extérieur. Ces discussions alimentent souvent la prise de décision et l’action collectives et peuvent mener à des partenariats avec d’autres clubs ou des agences de développement. Les CEC permettent de générer de l’information et de promouvoir les connaissances locales et, en donnant la parole à chacun, en particulier aux plus marginalisés, ils renforcent la confiance en soi et favorisent la cohésion sociale et l’habilitation.

Les clubs d’écoute communautaires et la GIPD

Le programme de gestion intégrée de la production et des déprédateurs (GIPD) de la FAO se combine bien avec les CEC car il utilise une approche participative similaire à travers les champs écoles des producteurs (CEP). Tout comme les CEP où les agriculteurs découvrent et testent les nouvelles techniques de culture pour déterminer ce qui fonctionne le mieux pour eux, les clubs d’écoute permettent aux membres de débattre ensemble de problèmes et de décider ensemble du meilleur plan d’action.

En partenariat, les diffusions radio peuvent aborder des questions de GIPD, comme la façon de réduire l’utilisation de pesticides toxiques, de gérer le changement climatique, d’améliorer la fertilité du sol ou bien encore de l’endroit où acheter les meilleurs intrants pour des résultats optimaux – des informations qui aident les agriculteurs à protéger les ressources naturelles ainsi qu’à augmenter la sécurité alimentaire et les revenus.

Le programme GIPD collabore actuellement avec 24 clubs d’écoute Dimitra au Sénégal et travaille avec des clubs semblables au Mali, en Mauritanie et au Niger, permettant d’impliquer toujours plus de femmes et de jeunes sur les questions liées à l’agriculture, la santé, la nutrition et l’environnement. Le programme GIPD pilote également une approche vidéo participative afin de partager les connaissances des CEP avec un plus large public.