FAO.org

Accueil > SMIAR - Système mondial d’information et d’alerte rapide > Analyse par pays > External Assistance
SMIAR - Système mondial d’information et d’alerte rapide

Pays nécessitant une aide extérieure pour couvrir leurs besoins alimentaires

Les pays en situation de crise ayant besoin d’une aide extérieure pour couvrir leurs besoins alimentaires sont ceux qui devraient manquer de ressources pour traiter eux-mêmes les problèmes d’insécurité alimentaire signalés. La liste ci-dessous couvre les crises liées à un manque de disponibilités vivrières, à un accès limité à la nourriture, ou à des problèmes graves mais localisés. Le SMIAR met cette liste à jour quatre fois par an.

décembre 2017
  (total: 37 pays)
Nature de l’insécurite alimentaire
Raisons principales
Changements vis-à-vis du dernier rapport
Conflit, déplacements et difficultés d’approvisionnements vivriers
  • En octobre, le nombre des personnes déplacées à l'intérieur du pays était estimé à environ 602 000, soit une augmentation de 12 pour cent depuis juin et de près de 50 pour cent depuis janvier 2017. Selon les estimations, 1,1 million de personnes (30 pour cent de la population totale) nécessitent une aide alimentaire d'urgence.
  • La situation de la sécurité alimentaire devrait s'améliorer à mesure que les cultures nouvellement récoltées seront disponibles pour la consommation. Toutefois, ces améliorations devraient être limitées, car la diminution des récoltes dans les zones touchées par le conflit ne permettra pas aux ménages de reconstituer suffisamment les stocks et la période de soudure devrait commencer plus tôt que d'habitude.
Insécurité civile, ralentissement de l'économie et insuffisance de la production agricole en certains endroits
  • La perturbation des marchés, des activités agricoles et des moyens de subsistance, associée à l’aide humanitaire limitée et au recul de la capacité à importer des vivres, continue de compromettre gravement la sécurité alimentaire. Les régions les plus touchées par l'insécurité alimentaire sont la plaine d'Imbo à l'ouest et les plaines du nord (province de Kirundo).
  • Environ 2,6 millions de personnes sont estimées en situation d'insécurité alimentaire grave.
Effets néfastes de plusieurs mauvaises saisons des pluies consécutives sur les moyens de subsistance des éleveurs
  • Environ 197 000 personnes sont en situation d'insécurité alimentaire grave, principalement dans les zones pastorales situées au nord de la ville d'Obock et dans les zones frontalières du sud-est, qui ont été touchées par plusieurs mauvaises saisons des pluies consécutives.
Les difficultés économiques ont rendu la population plus vulnérable à l'insécurité alimentaire
Impact de la sécheresse sur les systèmes de subsistance locaux
  • Les cultures et les pâturages ont été touchés par la sécheresse au cours de la deuxième campagne dans le sud et le sud-est.
  • On estime à 8,5 millions le nombre de personnes actuellement en situation d'insécurité alimentaire. La région qui suscite le plus de préoccupations est celle des Somalis, où le nombre de cas d'insécurité alimentaire a été estimé en septembre à 2,3 millions (42 pour cent de la population de la région).
Déplacements de population et insécurité civile
  • Selon les estimations, plus de 301 000 personnes sont en situation d'insécurité alimentaire grave.
  • À la fin octobre, on estimait le nombre de réfugiés nigérians et maliens vivant dans le pays à environ 108 000 et 57 000.
  • En octobre 2017, environ 129 000 personnes, pour la plupart dans le sud-est de la région de Diffa, étaient déplacées à l'intérieur du pays par crainte des attaques.
Crise économique, affaiblissement de la monnaie, déplacements de population et insécurité civile grave dans le nord
  • Selon les estimations, environ 3,16 millions de personnes sont exposées à une insécurité alimentaire aiguë et nécessitent une intervention d'urgence pour leur survie et la protection de leurs moyens de subsistance, dont environ 2 000 personnes en phase CH 5 "Famine" (IPC "Catastrophe").
  • Malgré une récolte céréalière supérieure à la moyenne en 2016, la faiblesse de la monnaie, associée à la persistance d'un conflit civil dans les États du nord, a perturbé les activités commerciales et maintenu les prix alimentaires à des niveaux élevés.
  • Environ 1,7 million de personnes ont été déplacées à l'intérieur du pays en raison de l'insurrection dans le nord-est du pays.
Les conflits et les déplacements dans les provinces de l'est ainsi que l'afflux de réfugiés exercent une pression sur les communautés d'accueil
  • Selon les estimations, environ 7,7 millions de personnes sont en situation d'insécurité alimentaire aiguë et verraient leurs moyens de subsistance compromis. Le pays accueille 102 000 réfugiés de la République centrafricaine, 81 000 du Soudan du Sud et 44 000 du Burundi, et en novembre 2017, le nombre de personnes déplacées était estimé à 4,1 millions.
  • Un recul des semis a été signalé dans les zones touchées par le conflit du Kasaï et du Tanganyika.
Conflit, insécurité civile et crise économique grave
  • En dépit d'une aide humanitaire soutenue, l'insécurité alimentaire touche encore une grande partie de la population. Le nombre de personnes gravement touchées par l'insécurité alimentaire est estimé à 4,8 millions en raison de l'insécurité persistante, des perturbations du commerce et des prix élevés des denrées alimentaires.
Déplacements de population et insécurité civile
  • La présence d’environ 409 000 réfugiés, de 174 000 PDI, ainsi que d’environ 20 000 Tchadiens de retour dans le pays exerce une pression supplémentaire sur les disponibilités vivrières locales, ce qui compromet la sécurité alimentaire.
  • Entre octobre et décembre 2017, on estime qu'environ 318 000 personnes nécessitaient une aide alimentaire.
L’afflux de réfugiés exerce une pression sur les communautés d’accueil
  • Selon les estimations, en janvier 2015, plus de 24 000 réfugiés maliens vivaient dans le pays en octobre 2017.
  • Selon les estimations, environ 133 000 personnes nécessitent une aide alimentaire.
L'afflux de réfugiés met à rude épreuve les communautés d'accueil et les personnes déplacées
  • Le nombre de réfugiés en provenance de la République centrafricaine était estimé à 241 000 en octobre 2017. L’insécurité qui règne le long des frontières avec le Nigéria a également provoqué le déplacement à l'intérieur du pays de 238 000 personnes.
L’afflux de réfugiés exerce une pression supplémentaire sur les ressources déjà limitées des communautés d’accueil
  • À la fin octobre 2017, environ 50 000 réfugiés de la République centrafricaine avaient trouvé refuge dans le pays.
Baisses de production localisées
  • Selon les estimations, environ 34 000 personnes nécessitent une aide alimentaire.
La production agricole et l’élevage sont touchés par plusieurs saisons des pluies défavorables consécutives
  • Environ 2,6 millions de personnes sont en situation d'insécurité alimentaire grave, principalement dans les régions de l'est, du sud-est et du littoral, car la saison des "courtes pluies" a été mauvaise en 2016 et celle des "longues pluies" inférieures à la moyenne en 2017, compromettant la production agricole et les moyens de subsistance des éleveurs.
Baisses de production localisées
  • Le nombre de personnes en situation d'insécurité alimentaire est estimé à environ 225 000 personnes en 2017/18, soit nettement moins que l'année précédente, du fait de l'amélioration de la production céréalière nationale et de la baisse des prix des denrées alimentaires. Les conditions devraient être difficiles fin 2017 et début 2018 dans les régions du sud-ouest, où les vagues de sécheresse ont compromis la production, tandis que les ménages épuisent leurs réserves et renforcent les mécanismes d'adaptation.
Pertes de production localisées et afflux de réfugiés
  • En septembre 2017, le pays accueillait environ 12 000 réfugiés, Ivoiriens pour la plupart.
  • Selon les estimations, environ 29 000 personnes nécessitent une aide alimentaire.
Insécurité civile
  • Le nombre de personnes nécessitant une aide alimentaire est estimé à 0,4 million, les réfugiés, les demandeurs d'asile et les personnes déplacées à l'intérieur du pays étant parmi les plus vulnérables.
  • Des pénuries alimentaires sont signalées principalement dans le sud et l'est, où les denrées alimentaires de base sont insuffisantes. L'accès aux aliments subventionnés est limité parmi les populations touchées.
Vagues de sécheresse et impact des cyclones
  • Selon les estimations, la production de riz a reculé pour atteindre un niveau nettement inférieur à la moyenne en 2017 en raison de la sécheresse et de l'impact des cyclones, ce qui a limité les disponibilités alimentaires.
  • Dans les régions du sud-est, la sécurité alimentaire s'est dégradée par rapport à l'année précédente, car la production agricole a reculé en raison des aléas météorologiques mentionnés ci-dessus.
Impact localisé des aléas météorologiques
  • Le nombre de personnes en situation d'insécurité alimentaire a fortement diminué, passant de 6,7 millions l'année précédente à 0,86 million, du fait de l'amélioration générale de la production agricole en 2017. La sécurité alimentaire des ménages touchés par les chocs météorologiques localisés, vivant pour la plupart dans la région du Sud, devrait s'aggraver au plus fort de la période de soudure, de janvier à mars 2018.
Déplacements de population et insécurité civile dans le nord
  • Selon les estimations, 58 000 personnes, vivant pour la plupart à Tombouctou, région la plus touchée par l’insécurité civile, ont été déplacées à l’intérieur du pays.
Le nombre important de réfugiés exerce une pression supplémentaire sur les disponibilités alimentaires locales
  • À la fin octobre 2017, environ 52 000 réfugiés maliens étaient toujours dans le camp de Mbera à Hodh Ech Chargui, région située au sud-est de la Mauritanie.
  • Selon les estimations, plus de 378 000 personnes seraient en situation d’insécurité alimentaire grave
Impact localisé des inondations et des vagues de sécheresse
  • Environ 314 000 personnes sont exposées à l'insécurité alimentaire et ont besoin d'une aide humanitaire en 2017/18, ce qui représente une baisse significative par rapport à l'année précédente, du fait de l'amélioration générale de la production agricole nationale.
  • Les ménages exposés à des conditions de sécurité alimentaire précaires sont concentrés dans les provinces centrales, principalement en raison des chocs météorologiques qui ont limité la production.
Production inférieure à la moyenne
  • Selon les estimations, environ 0,4 million de personnes sont en situation d'insécurité alimentaire grave en raison des effets persistants des deux mauvaises campagnes agricoles consécutives  enregistrées en 2016.
  • Plus d'un million de réfugiés du Soudan du Sud sont hébergés dans des camps situés dans le nord-ouest du pays et dépendent de l'aide humanitaire.
Inondations et pertes de production localisées
  • Plus de 500 personnes ont perdu la vie et des milliers ont été déplacées à la mi-août, suite aux pluies torrentielles et à un glissement de terrain massif dans la capitale, Freetown, et ses environs.
Conflit, insécurité civile et sécheresse généralisée
  • Environ 3,1 millions de personnes nécessiteraient une aide d’urgence, principalement des PDI et des communautés agro-pastorales dans tout le pays.
Conflit et insécurité civile
  • On estime à 3,4 millions le nombre de personnes nécessitant une aide humanitaire, essentiellement des PDI et des communautés d’accueil dans les régions touchées par le conflit.
Vagues de sécheresse localisées dans le sud-est
  • Environ 159 000 personnes, qui vivent pour la plupart dans la province de Lumombo, nécessitent une aide alimentaire en raison des vagues de sécheresse qui ont entravé la production agricole dans ces régions, compromettant la sécurité alimentaire. Toutefois, le nombre de personnes souffrant d'insécurité alimentaire est en baisse de 75 pour cent sur une base annuelle, du fait de l’amélioration générale de la récolte céréalière en 2017.
Accès limité à la nourriture
  • Le manque de fonds continue d’entraver l’accès à la nourriture. Selon les estimations, 1,05 million de personnes en milieu rural devraient souffrir d'insécurité alimentaire au plus fort de la période de soudure entre janvier et mars 2018, principalement dans les régions du sud et de l'ouest. Ces estimations sont toutefois en baisse de 74 pour cent par rapport à celles portant sur la même période en 2017 en raison de la nette amélioration de la production céréalière en 2017.
  • Le manqué de fonds continue de limiter l’accès à la nourriture.
Conflit civil
  • Environ 6,5 millions de personnes sont en situation d'insécurité alimentaire et 4 millions sont exposées à l'insécurité alimentaire.
  • Malgré l’aide alimentaire internationale, les communautés d’accueil dans les pays voisins subissent également la pression des réfugiés syriens.
Production agricole réduite et crise économique
  • Selon les estimations, la production de la campagne principale de 2017 aurait diminué par rapport au niveau proche de la moyenne de l'an dernier, en raison du manque d’eau.
  • Ainsi, la consommation alimentaire de la plupart des ménages devrait rester à peine suffisante ou mauvaise.
Conflit, pauvreté et cherté des produits alimentaires et du carburant
  • Selon la dernière analyse IPC (mars 2017), 17 millions de personnes sont en situation d'insécurité alimentaire et nécessitent une aide humanitaire d'urgence, soit une augmentation de 3 millions par rapport à la précédente analyse IPC de juin 2016.
Conflit persistant et déplacements de population
  • Près de 1,9 million de personnes sont en situation d'insécurité alimentaire grave et 5,7 millions en situation d'insécurité alimentaire modérée.
  • Plus de 630 000 personnes ont été déplacées en raison du conflit en 2016, principalement dans des zones difficiles d'accès. Entre janvier et début novembre 2017, plus de 344 000 personnes ont été contraintes de quitter leur foyer.
Conflit civil
  • Au cours du premier semestre de 2017, environ 922 000 personnes ont été déplacées à l'intérieur du pays, principalement en raison des opérations militaires menées à Mossoul, en plus des 3 millions de personnes déjà déplacées en novembre 2016.
  • Environ 3,2 millions de personnes nécessitaient une aide alimentaire en juillet 2017.
Affrontements par endroits à Kachin, Shan et recrudescence de la violence à Rakhine
  • Depuis la recrudescence de la violence en août 2017 dans l'État de Rakhine, on estime à 616 000 le nombre de personnes ayant trouvé refuge au Bangladesh.
  • Selon l'OCHA, plus de 800 000 personnes avaient trouvé refuge au Bangladesh en octobre. La plupart de ces personnes comptent sur l'aide humanitaire pour répondre à leurs besoins fondamentaux.
Déplacement de la population et baisses de production localisées
  • Dans le district de Tharparkar et les régions environnantes de la province du Sindh, la production céréalière touchée par la sécheresse et les pertes de bétail pour la troisième année consécutive ont aggravé l'insécurité alimentaire et provoqué une malnutrition aiguë.
Sécheresses récurrentes et dommages causés par les ouragans
  • En raison de l'impact des sécheresses récurrentes en 2014 et 2016, conjugué aux effets des ouragans Matthew et Irma en 2016 et 2017, respectivement, on estime à 1,32 million le nombre de personnes nécessitant une aide alimentaire.