Page tools
codexalimentarius > À propos du Codex > Commerce

Codex et commerce

D'après les statistiques de la FAO sur le commerce, la valeur des échanges de produits alimentaires a dépassé 1120 milliards d'USD en 2013 et continue d'augmenter.

La Commission du Codex Alimentarius n'a pas explicitement pour mandat de faciliter les échanges mais les pays tirent des avantages supplémentaires de l'alignement de leurs dispositions nationales sur les normes Codex.

Au moment de la création du Codex, l'idée était qu'il y aurait moins d'obstacles au commerce si tous les pays harmonisaient leur législation en adoptant des normes approuvées à l'échelle internationale, et que les produits alimentaires seraient ainsi échangés plus librement entre les pays. Les agriculteurs et leurs ménages en seraient les bénéficiaires et on contribuerait à la réduction de la faim et de la pauvreté. Une partie fondamentale des activités du Codex contribue par conséquent à garantir des pratiques loyales dans les échanges de produits alimentaires. Si un pays aligne ses normes alimentaires nationales sur celles du Codex, les partenaires commerciaux peuvent exercer leur activité dans des conditions de concurrence équitables.

L'Organisation mondiale du commerce (OMC) a en particulier reconnu les normes, directives et recommandations établies par la Commission du Codex Alimentarius concernant les additifs alimentaires, les résidus de médicaments vétérinaires et de pesticides, les contaminants, les méthodes d'analyse et d'échantillonnage, ainsi que les codes et les directives en matière d'hygiène. Autrement dit, les normes Codex sont considérées comme justifiées sur le plan scientifique et sont acceptées comme référence à des fins d'évaluation des mesures et des règlements nationaux.